du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Cette décision a été prise mardi par la juge américaine Lucy Koh, comme le rapporte Reuters. Cette décision préliminaire a été prise suite à une action en justice de la Federal Trade Commission (FTC) contre Qualcomm.

Ce dernier doit donc accorder des licences de certains brevets utilisés pour la conception de modems, notamment à Intel. Pour rappel, les deux sociétés s'attaquent régulièrement, parfois par l'intermédiaire d'Apple.

Nos confrères ajoutent que Qualcomm et la FTC avaient tous les deux demandé au juge un report de sa décision de 30 jours, le temps de poursuivre des négociations en vue d'un accord. Requête rejetée.

Qualcomm, Intel et la FTC n'ont pas répondu aux questions de Reuters. En bourse, cette nouvelle n'a que peu d'effet sur le cours de l'action de Qualcomm. Il est en effet en baisse de 0,3 %.

Modems : Qualcomm doit proposer des licences de ses brevets à ses concurrents, dont Intel
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'ancien dirigeant de la plateforme d'échange de bitcoins Mt.Gox avait été arrêté au Japon durant l'été 2015.

Le jugement vient de tomber. Il est condamné pour manipulations de données à deux ans et demi de prison avec sursis. Il est par contre acquitté des charges de détournements de fonds et d'abus de confiance, comme l'explique Les Echos.

« Pour le parquet, ce verdict, qui innocente largement Mark Karpelès, sonne comme une rare défaite, dans un système judiciaire nippon où les mis en examen sont condamnés dans 99,97 % des procès », expliquent nos confrères.

« Humiliés », les procureurs pourraient décider de faire appel.

Copié dans le presse-papier !

Jamais deux sans trois ? Après une amende record de 2,42 milliards d'euros en juin 2017 (Google Shopping) et une autre de 4,34 milliards d’euros (Android) en juillet 2018, la CE se préparerait à prononcer une troisième amende pour abus de position dominante, sur AdSense cette fois.

C'est en tout cas ce que pense savoir le Financial Times, repris par Le Figaro. Les griefs concernent là encore la mise en avant de ses propres services vis-à-vis de ceux de la concurrence.

La sanction pourrait tomber cette semaine.

Copié dans le presse-papier !

Suite à la découverte de deux failles d'envergure, le géant du Net avait décidé de fermer son réseau social pour le grand public. La date du 2 avril a été officiellement annoncée fin janvier.

Alors que la date fatidique approche, l'équipe ArchiveTeam d'Internet Archive est sur la brèche pour sauvegarder les publications publiques. Elle demande ainsi aux personnes ne souhaitant pas que leurs publications soient enregistrées de supprimer leur compte. Dans tous les cas, il existe une procédure permettant de demander le retrait d'une page sur Internet Archive.

Il existe certaines limitations au travail de fourmis entrepris : les images et vidéos ne seront peut-être pas dans leur résolution d'origine, et tous les commentaires ne seront peut-être pas sauvegardés.

De plus amples informations sont données sur Reddit, tandis qu'une page permet de suivre l'avancement de la sauvegarde de Google+

Copié dans le presse-papier !

L’application de musique Groove perd peu à peu ses fonctions. Après le retrait du Music Pass, elle ne pourra plus lire en streaming les fichiers musicaux stockés dans OneDrive, alors qu’il s’agissait d’une de ses capacités phares.

Sur une machine Windows 10 ou un Xbox, le compte Microsoft servait de lien. Si Groove détectait des MP3, MP4 ou autres, il en référençait les métadonnées dans son interface afin que les titres apparaissent dans la bibliothèque de l’utilisateur.

Cette fonction sera coupée au 31 mars, laissant moins de deux semaines aux utilisateurs pour s’y faire.

Les fichiers musicaux eux-mêmes ne bougeront pas. Ils pourront toujours être lancés depuis OneDrive ou, localement, ajoutés dans des listes de lecture dans VLC ou autre. Seule la capacité de Groove va disparaître.

On se demande d’ailleurs si l’application elle-même ne finira pas par être abandonnée

Copié dans le presse-papier !

Après la signature d'un accord en février, l'opération d'acquisition est désormais bouclée. L'opérateur détient donc « 100 % du capital et des droits de vote de Nerim », un opérateur alternatif spécialisé sur le marché des TPE, PME et ETI.

Comme prévu, « Nerim conservera son autonomie juridique et commerciale et bénéficiera de l’appui de Bouygues Telecom Entreprises pour poursuivre son développement ».