du 11 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Et de 20 ! C'est ainsi que le constructeur présente le nouveau firmware de sa console sous Android TV, publié dans la nuit. Il lui consacre un billet de blog où il revient sur les évolutions récentes, de Google Assistant à la nouvelle mouture de GeForce Now.

Que faut-il retenir de cette nouvelle mouture 7.1 ? Tout d'abord l'arrivée du 120 Hz sur les téléviseurs et moniteurs compatibles. Quelques correctifs et améliorations des options sont également de la partie.

Les manettes et télécommandes sont mises à jour, tout comme certaines applications. Netflix inaugure un design repensé, GeForce Now intègre un chat en jeu, YouTube dispose de nouvelles intégrations de Google assistant, etc.

NVIDIA indique également que de nouveaux jeux Android sont proposés et met en ligne une application SHIELD TV pour Android et iOS. Votre appareil mobile peut ainsi faire office de télécommande ou de clavier distant, sans avoir à passer par l'application Android TV de Google.

La société promet également des sorties de jeux plus régulières dans GeForce Now et indique que les claviers/souris y sont désormais mieux supportés.

Au passage, la console voit son tarif réduit à 159/189 euros, via une promotion qui se terminera à la fin de la semaine.

Mise à jour 7.1 pour la SHIELD TV de NVIDIA : 120 Hz, application mobile, chat en jeu, etc.
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cette offre était proposée en partenariat avec Lydia. Si vous achetiez votre Samsung Galaxy S9 ou S9+ sur le site de Samsung avec un code promotionnel, une pluie de promotions vous était promise :

  • 60 euros de remise immédiate
  • 150 euros crédités sur votre compte Lydia
  • 100 euros remboursés par Samsung après le renvoi de l'offre de remboursement
  • 150 euros de bonus sur la reprise d'un autre téléphone, en plus de son prix estimé
  • Un accessoire offert au moment de la commande (valeur jusqu'à 149.90€)
  • Un an de Lydia Premium offert

60 millions de consommateurs a décidé de monter au créneau après que de nombreux clients ont signalé des problèmes avec la reprise de leur ancien téléphone par Evollis, partenaire de Samsung et Lydia dans cette affaire.

Les motifs sont variables (écran cassé, dalle pas d'origine, haut-parleur qui grésille, carte SIM non détectée, etc.), mais de nombreux clients affirment qu'ils sont sans fondement. Un refus signifie dire au revoir aux 150 euros de bonus de reprise.

« Nous traitons en moyenne entre 50 et 70 reprises par semaine. Or, là, nous avons dû faire face à une vague de 3 000 contrats » se défend Jérôme Beillevaire (directeur commercial d'Evollis) interrogé par nos confrères.

Il ajoute ne pas avoir été prévenu en amont et avoir découvert l'offre le jour de sa mise en place, le 23 juillet « alors que tout le monde était en vacances ». « Le standard explose, et chez son sous-traitant chargé de diagnostiquer l’état des portables, la machine de traitement est vite submergée » expliquent nos confrères.

Le directeur commercial juge cette opération « mal montée, mal préparée ». De son côté, Samsung France renvoie les mécontents vers Evollis et ajoute qu'elle était « à seule destination des clients Lydia », refusant ainsi d'en prendre la responsabilité ajoute 60 millions de consommateurs.

Copié dans le presse-papier !

Attendue d'ici quelques semaines, la nouvelle mouture de l'OS de Microsoft est désormais gérée par cet outil qui vous permet de tout savoir de votre machine.

Au passage, les GeForce RTX sont supportées, tout comme Vulkan 1.1, WDDM 2.4 ou les Radeon RX 560X, 570X et 580X. Quelques améliorations sont également au programme, notamment pour la gestion des systèmes avec un processeur ARM64.

Copié dans le presse-papier !

Difficile d’oublier Mirai : le malware a créé d’immenses botnets en infectant des objets connectés à la sécurité pauvre ou non maintenue à jour.

Mirai est devenu brusquement célèbre à cause d’attaques DDoS particulièrement massives, dont la plus connue était celle contre Dyn. Elle a engendré des perturbations chez de nombreux services, dont Amazon, Reddit ou encore GitHub.

Les trois auteurs du malware sont connus : Paras Jha, Josiah White et Dalton Norman. Ils avaient initialement créé une entreprise qui se proposait de fournir des protections anti-DDoS aux serveurs Minecraft.

Pour accentuer la demande, ils ont alors développé un malware : Mirai. Ils l’ont lancé à l’assaut de plusieurs prestataires de serveurs Minecraft. Ce n’est qu’après qu’ils ont diffusé son code source dans des forums de pirates. L’idée était qu’il ne soit pas retrouvé uniquement sur leurs machines en cas d’enquête.

Arrêtés, ils avaient plaidé coupable. Le verdict est finalement tombé : chacun est condamné à 5 ans de prison avec sursis, 2 500 heures de travail d’intérêt général et 127 000 dollars de dommages.

Pourquoi du sursis ? En témoignage de leur bonne volonté. Les trois jeunes ont non seulement donné toutes les informations qu’ils pouvaient sur Mirai, mais leurs connaissances ont aidé le FBI à déjouer d’autres malwares, comme le botnet Kelihos. Ils ont également aidé des entreprises à se défendre des attaques DDoS pendant la dernière période de Noël.

Une version moderne de l’histoire de Frank Abagnale Jr sans doute.

Copié dans le presse-papier !

La fuite est d'autant plus importante qu'il s'agit d'un des plus gros revendeurs aux États-Unis. Selon TechCrunch, ses revenus étaient de 2,65 milliards de dollars en 2016, avec plus de 45 millions de visiteurs uniques par mois.

Pendant un peu plus d'un mois, le site était infecté par du code malveillant qui envoyait les informations sur un serveur avec un nom de domaine proche de celui du revendeur neweggstats.com.

Ce dernier avait même un certificat délivré par Comodo. À Ars Technica, l'autorité de certification se défend et explique qu'elle « n'est pas en mesure de discerner l'intention du demandeur avant son utilisation réelle ».

De son côté, Newegg confirme la présence du malware (et son éradication), mais ne donne pour le moment aucun détail supplémentaire sur la quantité de données dérobéee et les clients concernés. Une enquête est évidemment en cours et des emails envoyés aux clients. Dans tous les cas, il est recommandé aux personnes ayant utilisé leur carte sur le site entre le 14 août et le 18 septembre de bien vérifier leur compte pour détecter rapidement une activité suspecte.

La faille est détaillée par RiskIQ ainsi que par Volexity. Les deux sociétés s'accordent à dire que le groupe de pirates Magecart est derrière cette attaque. Ils se seraient déjà illustrés avec des attaques similaires sur les sites de la British Airways et de Ticketmaster.

Copié dans le presse-papier !

L’initiative n’est pas sans rappeler la concertation qui avait été lancée, fin 2014, afin de préparer la loi Numérique. À l’époque, c’est également le Conseil national du numérique (CNNum) qui fut chargé de chapeauter cette consultation en ligne.

Dans le cadre de ses « états généraux des nouvelles régulations numériques », le gouvernement a annoncé hier que chaque internaute pouvait participer, après inscription, aux débats. Différents sujets (en lien avec les problématiques économiques, sociales et sociétales du numérique) sont soumis à discussion au travers de ce forum relativement sobre.

La consultation est ouverte jusqu’au 25 octobre 2018. Les contributions déposées par les internautes seront examinées par différents « groupes de travail », sachant que l’exécutif espère avec ces « états généraux des nouvelles régulations numériques » définir une « stratégie numérique », à défendre notamment au niveau de l’Union européenne.