du 12 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

C’est la confirmation d’une annonce faite durant la dernière conférence dédiée à l’éducation. MakeCode désigne pour rappel un lot de cas pratiques pour apprendre le développement. Désormais, les étudiants pourront l’appliquer à des projets Minecraft.

Pour s’en servir, il faut se rendre sur la page éducation de Minecraft et récupérer Code Connection. Mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, le lien semble cassé. Par ailleurs, un téléchargement est présent pour macOS, mais Microsoft ne l’évoque pas dans son annonce. Un point que nous tenterons d'éclaircir.

Microsoft relie MakeCode à Minecraft pour Windows 10
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dernièrement, le département d'innovation stratégique de l'éditeur a été particulièrement actif. Son rôle : se pencher sur les technologies émergentes pour y trouver des applications en jeu. Dans un entretien avec IGN, en amont de DICE 2018, Lidwine Sauer détaille son travail sur la blockchain, plus qu'à la mode.

Pour elle, la blockchain est la chance d'enfin posséder des objets collectables vraiment uniques. Le registre distribué étant très difficile à falsifier. L'idée est de concevoir des objets uniques, et non un simple exemplaire d'une création existante. L'application la plus évidente, selon Ubisoft, concerne des contenus téléchargeables (DLC) propres à chaque joueur.

L'obligation de passer par une blockchain pour un tel projet n'est pas très claire, une simple base de données pouvant sûrement remplir le même office. Les perspectives commerciales, en matière d'échanges entre joueurs (un des grands marchés de Steam) n'a pas non plus été détaillé.

Le département de recherche d'Ubisoft est déjà à l'origine d'un assistant vocal, capable d'aider le joueur dans sa progression dans certains jeux, en lui fournissant des conseils personnalisés. Une bêta est proposée en anglais pour Android et iOS.

Copié dans le presse-papier !

Samsung annonce un investissement de 6 milliards de dollars d'ici 2020 pour développer sa technologie Extreme Ultraviolet (EUV) dans son usine de Hwaseong en Corée. Elle permet de créer des motifs plus fins et denses qu'avec les autres méthodes de gravure, grâce à une longueur d'onde plus courte.

Le fabricant compte utiliser cette technologie avec son procédé de gravure Low Power Plus (LPP) de 7 nm au cours de la seconde moitié de 2018, un calendrier déjà annoncé durant l'été 2017. Les lignes de production de l'usine de Hwaseong devraient être prêtes en 2020.

Cette annonce intéresse Qualcomm qui « prévoit que ses prochains chipsets mobiles Snapdragon 5G utiliseront la technologie 7nm LPP EUV de Samsung ». Les puces seront ainsi plus petites, avec une meilleure efficacité énergétique, mais le constructeur ne donne pas beaucoup plus de détails pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

À force de renforcer ce critère, on s'attend à ce que la transparence soit totale, mais les équipes de Facebook semblent constamment trouver des points à améliorer.

Dans un billet de blog, le réseau social explique que les informations « estimées ou en développement » seront désormais indiquées comme telles, pour relativiser leur fiabilité.

De plus, une vingtaine d'éléments jugés comme redondants, dépassés ou peu utilisés seront supprimés de ses tableaux de bord. Un programme « Measure what matters » sera également lancé d'ici mars pour pointer aux annonceurs les informations qui comptent.

Celles que Facebook met à votre disposition et sont à son avantage, assurément.  

Copié dans le presse-papier !

Après Éric Bothorel, c’est au tour de Christine Hennion de demander des comptes au secrétaire d’État au Numérique sur la mise en œuvre de la loi Numérique de 2016.

Au travers d’une question écrite, l’élue LREM invite Mounir Mahjoubi à lui expliquer « les causes des retards et des difficultés d'application » du 1° de l’article L312-1-1 du Code des relations entre le public et l'administration, en vertu duquel tout document administratif (rapport, code source, statistiques...) communiqué par mail à un demandeur devrait dans le même temps être mis en ligne.

Une missive similaire a été lancée en direction du ministère de l’Intérieur (dont nous avons récemment contesté l’inertie sur ce dossier devant la justice administrative), afin que la Place Beauvau détaille « ce qui est mis en œuvre par le gouvernement pour que le public (particuliers, chercheurs, journalistes, parlementaires...) profite des documents administratifs transmis au fil de l'eau, mais à titre individuel, à l'ensemble des usagers ».

L’exécutif dispose théoriquement d’un délai de deux mois pour répondre aux questions écrites des députés.

Copié dans le presse-papier !

Le premier dispose d'un écran de 5 pouces, contre 5,3 pouces pour le second, mais avec une définition HD (1280 x 720 pixels) seulement dans les deux cas.

LG explique que le K10 dispose du capteur optique arrière que l'on retrouve sur son G6, avec une caméra frontale de 8 Mpixels disposant d'une fonction bokeh, dont on attendra de voir les résultats.

De son côté, le K8 renforce également sa caméra, dont la qualité devrait être meilleure, notamment en faible luminosité.

Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles par ici. Aucun prix ou date de disponibilité pour le moment.