du 14 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Microsoft annonce le rachat d’une petite entreprise spécialisée dans l’intelligence artificielle : Lobe.

Elle publie des outils de développement censés faciliter la création de modèles à entraîner. Ils adoptent une approche visuelle pour se concentrer sur la reconnaissance de gestes, de musiques, d’écriture manuscrite et ainsi de suite.

Entièrement tournés vers le machine learning, ces modèles peuvent ensuite être exportés aux formats CoreML et TensorFlow (Apple et Google donc). Actuellement, les outils ne peuvent pas exporter vers Windows ML. On imagine que le rachat va faire bouger les lignes, d’autant que l’approche de Lobe ressemble à celle d’Azure ML.

Les investissements de Microsoft vont tous dans le même sens, après Semantic Machines en mai et Bonsai en juin. L’entreprise étoffe son portefeuille d’outils de développement, l’une de ses forces vives. Comme dans d’autres domaines, elle souhaite devenir un intermédiaire privilégié sur la route de l’IA.

Microsoft récupère dans la foulée Mike Matas, designer connu pour avoir travaillé chez Apple sur les iPhone et iPad, chez Facebook sur Paper et les Instant Articles, ainsi que chez Nest sur leurs thermostats connectés.

Comme souvent, le montant de la transaction n’a pas été annoncé.

Microsoft rachète Lobe et ses outils simplifiant le développement IA
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a mis en ligne son observatoire du déploiement de la 4G pour le mois d'octobre. Orange se démarque largement avec plus de 1 800 antennes activées, contre 730 à 930 pour SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

Les deux derniers sont toujours les seuls sur la bande des 700 MHz, avec respectivement 79 et 417 antennes supplémentaires en service. Orange n'a toujours que 4 antennes, tandis que SFR n'en a aucune.

L'ANFR ajoute un tableau des supports 5G expérimentaux autorisés en métropole : Bouygues Telecom en a 18 (une de plus en un mois), tandis qu'Orange a obtenu ses six premières autorisations (cinq dans les Bouches-du-Rhône et une dans les Hauts-de-Seine), sur la bande des 3,5 GHz.

En outremer, on peut remarquer les premières autorisations pour Free Mobile à Saint Martin (page 32 et suivante du PDF).

Copié dans le presse-papier !

Annoncé fin octobre, cette nouvelle version renferme une bonne nouvelle : la mémoire vive est amovible alors qu'elle était auparavant soudée sur la carte mère.

C'est par contre toujours le cas du processeur et du SSD, il ne sera donc pas possible de revoir le stockage à la hausse de cette manière. Deux points noirs pour nos confrères, qui ajoutent que si un des ports de la carte mère est endommagé il faudra la changer en entier.

Comme son prédécesseur, le Mac mini 2018 obtient ainsi une note finale de 6 sur 10.

Copié dans le presse-papier !

Cette histoire fait le tour des réseaux sociaux depuis près de deux semaines : des personnes se sont retrouvées avec leur smartphone bloqué du jour au lendemain.

La cause a rapidement été identifiée : ils ont été blacklistés par Free Mobile car loués mais non restitués à la fin du contrat.

Comme l'explique l'UFC-Que Choisir, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne : « Les clients Bouygues et SFR sont les plus chanceux. Dans les jours qui ont suivi ce blacklistage, leur téléphone a été débloqué et ils ont pu l’utiliser comme avant ». Ce n'est par contre pas le cas des abonnés Orange/Sosh et Free Mobile.

Nos confrères ajoutent que « les conditions générales du service de location de mobiles de Free précisent que le téléphone demeure la propriété exclusive de Free et ne peut être ni cédé, ni loué, ni prêté à un tiers par l’utilisateur ».

« Le fait de payer une pénalité pour non-restitution ne vaut pas non plus transfert de propriété. Free reste donc dans tous les cas le propriétaire des mobiles loués et, à ce titre, est fondé à faire ce qu’il veut de ses terminaux, y compris les bloquer, quand bien même cette possibilité n’est pas évoquée dans les CGV », ajoutent-ils.

Les clients lésés doivent donc se retourner vers le vendeur, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'un professionnel (des boutiques proposant des produits d'occasion par exemple) : « le consommateur est en droit de demander la nullité de la vente car le vendeur lui a cédé un bien qui ne lui appartenait pas »… à condition qu'il puisse identifier et contacter le vendeur.

Copié dans le presse-papier !

C’est sans fanfare que Facebook vient de lancer une nouvelle application, Lasso, destinée à concurrencer TikTok et son grand succès chez les jeunes utilisateurs. Elle a le même objectif, largement inspiré de Vine : créer et partager rapidement de courtes vidéos amusantes.

Lasso n’a été annoncée que via un tweet, sans communiqué de presse, et avec une disponibilité limitée essentiellement aux pays anglosaxons.

L’utilisation est calquée sur TikTok, de la même manière que les Stories Instagram (puis Facebook et WhatsApp) calquaient Snapchat. L’utilisateur s’enregistre pendant un maximum de 15 secondes en train de danser, chanter (fonction lipsync incluse) ou autre, puis la publie.

Disponible sur Android et iOS, elle fonctionne avec un compte propre ou en se connectant via Facebook ou Instagram. Lors du partage des vidéos, on peut publier en même temps dans les Stories Facebook, et prochainement celles d’Instagram.

On retrouve tous les outils habituels de ce genre d’application, avec filtres, stickers et autres. Les vidéos se retrouvent dans un flux, les contenus étant démarrés automatiquement. Chaque vidéo peut évidemment être accompagnée de hashtags, sur lesquels on peut appuyer pour filtrer les contenus. Les hashtags sont également utilisables dans la recherche.

Ne reste plus qu’à attendre la disponibilité en France et les inévitables comparaisons avec TikTok. En outre, Byte, le successeur officiel de Vines, doit arriver au printemps prochain. On assistera alors à une bataille entre l’application du moment, la copie par un mastodonte et l’héritière de celle qui avait lancé le concept.

Copié dans le presse-papier !

Ces builds peuvent être utilisées d'ici à la mise en ligne de la bêta publique. Seule l'édition 64 bits pour ordinateur de bureau est pour le moment proposée. Le fichier pèse 1,9 Go.

Pour rappel, Disco Dingo est attendue pour le 18 avril prochain. Son calendrier indique que la liste des fonctionnalités ne sera pas arrêtée avant fin février. Bref, vous avez encore le temps de voir venir avant de tester les nouveautés de cette mouture.