du 04 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Microsoft préparerait un Windows Lite... qui pourrait ne plus s'appeler Windows

Nombreuses rumeurs actuellement, autour de l’abandon d’Edge comme de l’avenir de Windows. Microsoft préparerait ainsi le successeur du mode S, un « Windows Lite » qui ne s’appellerait peut-être même plus Windows.

Le mode S est actuellement un fonctionnement optionnel permettant au système de se concentrer sur les seules applications UWP et provenant du Store, y compris Win32. Le mode est loué par Microsoft, qui y voit l’occasion de proposer un Windows présenté comme plus rapide et plus sécurisé. Des affirmations que nous avions relativisées.

Selon Brad Sams, outre les mentions d’un Windows « Lite » dans le code de la préversion 18282 actuelle, des signes pointent vers l’utilisation d’une base Windows Core OS, agrémentée des seuls éléments indispensables au fonctionnement des applications UWP et des PWA. Si la rumeur de Windows Central est vraie, Chromium y jouerait alors un rôle essentiel.

Comme nous l’avions pointé dans une analyse récente, Microsoft aurait là son occasion de faire un grand ménage dans le code de Windows, en supprimant Win32 ou en le virtualisant pour garder la compatibilité. De nombreux vieux composants seraient extirpés, Microsoft obtenant alors son propre Chrome OS.

Toujours selon les rumeurs, Windows Lite pourrait ne pas s’appeler Windows du tout, rendant le message plus clair puisque ne jouant pas avec les attentes du public. Les entreprises ne seraient en outre pas concernées par ce nouveau système. Mais marché professionnel ou pas, il faudrait que les versions UWP d’Office soient remises sur les rails, alors qu’elles sont à ce jour presque abandonnées.

Quels que soient les plans de l’entreprise, ils ne seront probablement pas dévoilés avant la prochaine conférence Build, qui se tient en général en mai chaque année. La rumeur a donc le temps d’enfler.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est du moins ce qu'affirment trois sources différentes à Reuters. Selon l'une d'elles, le projet aurait débuté il y a un an et demi. Selon une autre, le jeu ne devrait pas arriver cette année.

Tencent a refusé de commenter, tandis que Riot n'a pas répondu aux sollicitations de nos confrères pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

La 20th Century Fox a mis les petits plats dans les grands avec Tim Miller (Deadpool) à la réalisation et James Cameron à la production.

Arnold Schwarzenegger et Linda Hamilton reprennent leurs rôles respectifs du T-800 et Sarah Connor. MacKenzie Davis, Natalia Reyes, Gabriel Luna et Diego Boneta sont également au casting.

L'histoire est une suite directe à Terminator 2, ignorant les autres opus de la saga. Voici le pitch : « De nos jours à Mexico. Dani Ramos (Natalia Reyes), 21 ans, travaille sur une chaîne de montage dans une usine automobile. Celle-ci voit sa vie bouleversée quand elle se retrouve soudainement confrontée à 2 inconnus : d’un côté Gabriel (Gabriel Luna), une machine Terminator des plus évoluées, indestructible et protéiforme, un « Rev-9 », venue du futur pour la tuer ; de l’autre Grace (Mackenzie Davis), un super-soldat génétiquement augmenté, envoyée pour la protéger ».

« Embarquées dans une haletante course-poursuite à travers la ville, Dani et Grace ne doivent leur salut qu’à l’intervention de la redoutable Sarah Connor (Linda Hamilton), qui, avec l’aide d’une source mystérieuse, traque les Terminators depuis des décennies ». Bien évidemment, il n'est pas seulement question de sauver une personne, mais l'humanité tout entière.

Au cinéma le 23 octobre.

Copié dans le presse-papier !

Elle sera diffusée sur la plateforme Amazon Prime Video. Pour rappel, une autre série autour de l'univers de Star Trek est disponible sur Netflix : Discovery.

Dans Star Trek : Picard, Patrick Stewart reprend donc son rôle de l'emblématique officier de Starfleet Jean-Luc Picard. Une question dans la bande-annonce : « Pourquoi avez-vous quitté Starfleet, amiral ? ». Et une affirmation : « La fin n’est que le commencement ».

Aucune date de sortie pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Cette nuit, depuis le Space Launch Complex 40 (SLC-40) à Cape Canaveral, une fusée a décollé avec pas moins de 60 petits satellites à son bord.

Ils ont été largués à 440 km d'altitude, à charge ensuite pour eux de rejoindre leur orbite de croisière à 550 km. Il s'agit pour rappel du premier lancement en masse pour Starlink, un réseau mondial d'accès à Internet par satellite.

Pour cette mission, SpaceX a réutilisé un premier étage qui avait déjà volé par deux fois (en septembre 2018 et janvier 2019). Pour cette troisième mission, il est encore venu se poser sans encombre sur une barge en pleine mer.

Copié dans le presse-papier !

Les deux entités sont étroitement liées. Prospress propose (entre autres) en effet depuis longtemps un plugin Subscriptions pour WooCommerce (une extension pour WordPress, développée par Automattic) afin de mettre en place des paiements récurrents avec un abonnement.

Comme l'explique TechCrunch, Prospress dispose d'une vingtaine d'employés qui vont rejoindre les 900 d'Automattic. Cela ne changera pas en profondeur la société, mais indique sa volonté de maîtriser en interne certains outils.

Le montant de la transaction n'est pas précisé.