du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Sur Android et iOS, l'application Xbox intègrent désormais le chat de groupe, permettant les discussions textuelles et vocales n'importe où.

La plateforme de Microsoft est désormais loin d'être seule sur ce créneau, sortie de la console. Discord devient peu à peu le nouveau standard des discussions de groupe pour joueurs, remplaçant les outils historiques sur PC et grignotant l'utilisation des outils intégrés aux consoles.

 

Microsoft ouvre les discussions de groupes Xbox à ses applications mobiles
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Mike Bombich, créateur du logiciel Carbon Copy Cloner, a trouvé deux bugs très précis dans le système de fichier APFS d’Apple (voir notre analyse), désormais utilisé par défaut dans toutes les dernières révisions des plateformes.

Sous High Sierra, il peut ainsi survenir des problèmes avec les images disques formatées en APFS, réalisées par exemple dans le cadre d’une sauvegarde. D’une part, leur espace libre n’est pas mis à jour quand celui de la machine hôte se réduit.

D’autre part, le système de fichiers ne renvoie pas d’erreur quand l’ajout de données échoue par manque de place. Bombich indique avoir ajouté une vidéo dans son image test, alors même que le disque local était plein. La copie du fichier a « réussi », le système ne signalant aucun problème, mais l’opération s’était faite dans le vide. Il s’agit donc bien d’une perte de données.

Ces deux soucis sont assez spécifiques prévient le développeur. Les utilisateurs de Mac ne tomberont pour la grande majorité jamais dessus. Apple a été informée de la situation, et Bombich ajoute que Carbon Copy Cloner ne prendra pas en charge APFS tant que ces bugs n’auront pas été résolus.

Dans ses explications, Mike Bombich fournit une vidéo montrant comment se manifeste la perte de données.

Copié dans le presse-papier !

Durant l'été 2016, Samsung annonçait ce SSD de 2,5" avec une interface SAS (12 Gb/s). 18 mois plus tard, la production de masse débute enfin.

Pour rappel, il exploite 32 modules de 1 To, chacun constitué de 16 puces de V-NAND de 512 Gb (soit 64 Go). Pas moins de 40 Go de DRAM sont également présents. Le fabricant annonce des débits de 2,1 Go/s en lecture et de 1,7 Go/s en écriture, pour respectivement 400 000 et 50 000 IOPS.

Aucun prix n'est par contre indiqué.

Copié dans le presse-papier !

L'équipe travaille sur une exploitation de la console et semble avancer. Après avoir montré que la tablette pouvait lancer Linux au début du mois, on a désormais droit à une vidéo de son utilisation, navigateur Chromium à la clé.

Reste maintenant à voir ce qu'il sera possible de faire une fois la console « libérée », à moins que Nintendo ne trouve rapidement une solution pour empêcher un tel usage.

Copié dans le presse-papier !

La plateforme de financement participatif vient d'annoncer avoir franchi cette nouvelle étape, un peu plus de sept ans après sa création.

Selon les derniers chiffres, ce sont pas moins de 21 000 projets qui ont été financés grâce à 1,9 million de membres et plus de 2 millions de contributions. Le taux de succès était de de 65 % en 2017, stable par rapport aux années précédentes.

Ces bons résultats sont d'ailleurs le signe de la croissance continue d'Ulule, qui a collecté plus de 28 millions d'euros en 2017 contre 25 millions en 2016. Une augmentation qui était néanmoins plus faible que les années précédentes.

Nouvel objectif : dépasser la barre des 30 millions d'euros par an en 2018.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir mis 148 milliards de dollars (dette incluse) sur la table, Broadcom s'était vu opposer un refus unanime du conseil d'administration de Qualcomm, mais ce dernier avait laissé la porte ouverte à des négociations.

Une rencontre entre les deux sociétés s'est déroulée le 14 février, mais Cupidon n'était pas au rendez-vous. Selon Qualcomm, Broadcom a précisé que son offre de 148 milliards de dollars était « sa meilleure et dernière proposition », tandis que son conseil d'administration reste unanime sur la sous-évaluation de Qualcomm, avec « un niveau de risque inacceptablement élevé » quant à l'approbation par les autorités compétentes.

« Notre conseil a jugé la réunion constructive en ce sens que les représentants de Broadcom ont exprimé leur volonté d'accepter certaines cessions potentielles liées à des ententes antitrust autres que celles contenues dans la convention de fusion déposée publiquement » ajoute tout de même Qualcomm.

Mais ce dernier précise que son concurrent refuse d'accepter d'autres engagements qui pourraient être imposés par la FTC, la Commission européenne, etc.  De plus, « Broadcom a également refusé de répondre à toute question sur ses intentions concernant l'avenir de l'activité de licence de Qualcomm » et « insiste sur le contrôle de toutes les décisions importantes concernant nos activités de licence » entre la signature de l'accord et la finalisation de l'achat.

Si Qualcomm envoie de nouveau une fin de non-recevoir à Broadcom, la société laisse une nouvelle fois la porte ouverte aux négociations... la suite au prochain épisode.