du 12 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le launcher pour Android, anciennement Arrow, embarque maintenant l'assistant vocal.

Compatible pour l'instant avec les pays anglophones uniquement, Cortana prend en compte de multiples commandes du type passer un appel à un contact, rédiger un message, changer le fond d'écran, lire les nouvelles du jour, prévoir une réunion ou continuer une tâche sur le PC.

La nouvelle mouture présente d'autres nouveautés, comme le support de l'arabe et d'autres langues RTL (right to left), la prise en charge de l'effacement à distance pour Intune, le choix des contacts dans la carte associée, la possibilité de placer des widgets dans le dock, ou encore d'épingler sur l'écran d'accueil des applications ou contact recherchés.

Le Microsoft Launcher est assez léger et peut fonctionner sur Android 4.0.3 minimum.

Microsoft Launcher 4.6 intègre Cortana
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le bug est apparu en mai 2017, mais n'a été découvert que le 10 septembre 2018. Il a évidemment été corrigé dans la foulée. Moins de 1 % des comptes sont touchés selon la société.

« Si vous avez interagi sur Twitter avec un compte ou une entreprise travaillant avec un développeur qui utilise l'AAAPI pour fournir ses services, ce bug peut avoir provoqué l'envoi involontaire de certaines de ces interactions à un autre développeur inscrit ». L'AAAPI est l'API d'activité du compte de Twitter.

Une enquête est en cours selon la notification reçue par les utilisateurs concernés (ce qui est le cas d'un de nos comptes) : « Nous n'avons aucune raison de penser que des données envoyées à des développeurs non autorisés aient été mal utilisées » affirme également la société. 

Les développeurs ayant reçu des données auxquelles ils n'auraient pas dû avoir accès sont contactés pour s'assurer « qu'ils respectent leurs obligations en matière de suppression des informations ».

Copié dans le presse-papier !

WLinux se veut une distribution Linux axée sur l’utilisation sous Windows 10, via le WSL (Windows Subsystem for Linux). À l’inverse d’autres systèmes comme Ubuntu, Debian, Kali et OpenSUSE, WLinux serait pleinement conçue pour cet usage.

Selon son développeur principal, Hayden, elle fournit d’emblée une tripotée d’outils de développement (dont zsh shell, git, Python 3.7 et wslu), tout en supprimant des composants jugés inutiles, comme systemd.

La distribution est basée sur Debian et doit donc fournir un environnement prêt à l’emploi, sitôt après l’installation. Elle est également censée pouvoir être patchée plus rapidement que les distributions disponibles dans le Windows Store.

WLinux n’est cependant pas gratuite. Ses sources ont beau être disponibles sur GitHub (licence MIT), elle est vendue 19,99 dollars, avec une réduction de 50 % pour son lancement.

Beaucoup attendront sans doute d’avoir des retours sur cette nouvelle venue avant de se jeter à l’eau. Cela étant, une distribution Linux optimisée pour Windows 10 reste un amusant signe des temps.

Copié dans le presse-papier !

Après Google Chrome et Safari d'Apple, le chercheur en sécurité Sabri Haddouche a découvert un bug empêchant l'utilisation de Firefox sur Windows, macOS et Linux. Il peut geler ou planter le navigateur et, dans certains cas, planter le PC.

Le bogue, détaillé à ZDNet, consiste à générer un fichier (blob) au nom très long, et à demander à Firefox de le télécharger toutes les millisecondes. Ces demandes répétées saturent un canal de communication inter-processus (IPC) entre le processus principal et son enfant.

Au grand minimum, le navigateur gèle entièrement. Au pire, l'ordinateur plante. Le problème a été signalé à Mozilla… avant que le ticket ne soit passé en privé. Le bogue existe toujours sur la dernière révision du logiciel, la 62.0.2.

Pour mémoire, le chercheur a déjà obtenu le plantage d'appareils iOS via l'appel d'une propriété CSS très gourmande en ressources.

Copié dans le presse-papier !

Le OnePlus 6 est l’un des premiers téléphones tiers à recevoir la nouvelle version du système mobile. La diffusion commence tout juste : un petit nombre vendredi, puis plus important en ce début de semaine et ainsi de suite.

La mise à jour, distribuée bien sûr en OTA, se nomme OxygenOS 9.0. Elle reprend les nouveautés d’Android 9.0 Pie (interface révisée, navigation tactile, gestion adaptative de la batterie…) et ajoute un mode Ne pas déranger personnalisable, des notifications texte pour le Gaming mode 3.0 et diverses options de personnalisation.

Le constructeur prévient que les utilisateurs tentés par le VPN pour avoir plus tôt la mise à jour se retrouveront le bec dans l’eau. Le déploiement n’est en effet pas basé sur des régions mais sur un tirage au sort.

La récupération d’OxygenOS 9.0 ne dépend donc que du hasard, mais tous les utilisateurs devraient quand même être servis d’ici la fin de la semaine.

Copié dans le presse-papier !

Trois ans après la station de charge 2-en-1 pour iPhone et Apple Watch, le fabricant profite de l'annonce des nouveaux terminaux Apple pour sortir une nouvelle version… encore plus chère : la BOOST UP Wireless Charging Dock.

La puissance maximale pour un smartphone compatible Qi est de 7,5 watts (iPhone X et Xs par exemple), contre 5 watts pour l'Apple Watch. Sur cette nouvelle version, un port USB Type-A est également présent, avec une puissance de 5 watts seulement (1 A sur 5 V).

La station de charge sera disponible en décembre, pour 159,99 dollars tout de même, un créneau tarifaire à prendre puisque l'AirPower d'Apple semble abandonné. Pour rappel, on trouve des stations de charge 2-en-1 à moins de 20 euros chez Amazon, mais il faut alors utiliser votre chargeur d'Apple Watch alors qu'il est intégré chez Belkin.

Le fabricant propose aussi une nouvelle version de sa station PowerHouse pour Apple Watch et iPhone. La première se charge par induction, tandis que le second utilise le port Lightning. La nouvelle version prend en charge les iPhone Xs (Max) et Xr. Elle est vendue au même tarif de 99,99 euros.