du 28 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

L’intégration du gestionnaire de tâches To-Do à Cortana est désormais effective aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en Inde. Elle fait suite à une phase de test accessible aux membres du programme Insider.

Cortana, repositionné comme outil de productivité et plus comme assistant général façon Alexa ou Siri, récupère ainsi les requêtes vocales pour ajouter par exemple un nouvel élément dans une liste, To-Do étant chez Microsoft le successeur désigné de Wunderlist.

Il est d’ailleurs recommandé de couper la liaison entre ce dernier et Cortana pour que la nouvelle intégration fonctionne au mieux.

Microsoft a besoin d’un nombre croissant de ces produits capables de faire la liaison entre toutes les plateformes ou presque. To-Do est en effet disponible sous Windows, macOS, Android, iOS et en version web.

Il ne manque finalement plus qu’une large disponibilité de la fonction dans d’autres pays, tout comme la disponibilité de l’application Cortana pour Android et iOS, essentiellement limitée aux marchés anglosaxons.

Si vous êtes concernés par cette intégration, il suffira de renseigner le compte Outlook ou Office 365 dans Cortana (si ce n’est pas déjà fait). Côté Windows 10, la version 1803 doit être installée au minimum.

Microsoft intègre To-Do à Cortana dans quelques premiers pays (pas en France)
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Elle sera proposée de série sur toutes les voitures du constructeur à partir de 2021. Le propriétaire de la voiture peut ainsi définir une limite de vitesse pour lui-même, les membres de sa famille ou des amis à qui il prête son véhicule.

Cette annonce intervient peu de temps après celle d'une limite de vitesse à 180 km/h sur toutes ses voitures « à compter de 2020 ». Le constructeur veut ainsi « envoyer un message fort sur les dangers de la vitesse au volant ».

Håkan Samuelsson, directeur général de Volvo Cars, en profite pour affirmer que son entreprise « entend engager un dialogue portant sur le droit, voire l’obligation, pour les constructeurs de doter leurs véhicules d’équipements technologiques susceptibles de modifier le comportement de leurs utilisateurs ».

Copié dans le presse-papier !

L'ESA rappelle qu'il s'agit de sa première mission consacrée à l’étude des exoplanètes. Le lancement à bord d'une fusée Soyouz est prévu entre le 15 octobre et le 14 novembre 2019.

Une fois dans l'espace, « le satellite observera les étoiles brillantes dont on sait qu’elles abritent des exoplanètes, en ciblant plus particulièrement les planètes d’une taille comprise entre celles de la Terre et de Neptune », explique l'agence spatiale européenne.

Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

En ce 22 mars, deux éléments indispensables à notre vie sont à l'honneur. Le CNRS en profite pour mettre en ligne des articles de recherche sur divers questions autour du sommeil : « Pourquoi dormons-nous ? Que se passe-t-il alors dans notre corps ? D’où viennent les rêves ? ».

Comme chaque année, l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance – une association de loi 1901 fondée en 2000 sous l’impulsion de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil – se mobilise évidemment pour cette 19e journée du sommeil.

De son côté, la journée mondiale de l'eau est elle reconnue par les Nations Unies. Elle est célébrée depuis 1992 et placée cette année sous le thème : « Ne laisser personne de côté ».

Pour l'ONU c'est l'occasion de rappeler que « 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable chez elles ». L'Organisation indique aussi que, depuis 2010, elle a reconnu que « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit de l'homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme ».