du 07 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

À Redmond, Microsoft dispose d'un campus d'un peu plus de 2 km² pour accueillir la centaine de bâtiments abritant ses employés. Un espace colossal qui doit encore recevoir une vingtaine de bâtiments supplémentaires d'ici 2022.

Pour aider ses employés à se repérer dans ce dédale, Microsoft a fait appel à Blockworks, une entreprise spécialisée dans la reproduction de lieux réels avec Minecraft. Ainsi quiconque disposant d'une version Education du jeu peut visiter virtuellement les locaux du géant américain.

Des quizz à l'attention des employés (avec des questions très spécifiques telles que « dans quel bâtiment les stagiaires ne peuvent pas trouver de quoi manger »)  sont également éparpillés tout autour de la carte. Des personnages non-joueurs sont aussi présents pour raconter l'historique des lieux. Culture d'entreprise, quand tu nous tiens…

Microsoft a fait reproduire son futur campus dans Minecraft
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La jeune pousse franco-belge, spécialisée dans les paiements internationaux pour les entreprises, vient de boucler un nouveau tour de table, avec Serena Capital, Breega Capital et un certain Xavier Niel.

Les 15 millions d'euros ainsi récoltés doivent lui permettre de poursuivre ses efforts d'adaptation autour de la nouvelle directive européenne sur les services de paiement (DSP2). iBanFirst envisage également de s'implanter en Europe de l'Est afin de mieux couvrir la région et séduire les PME locales.

Autre piste : un bureau à Singapour pour gérer la clientèle d'Asie du Sud-Est, mais cela impliquerait d'obtenir des agréments locaux, réclamant un certain temps.

Copié dans le presse-papier !

Lors d'une conférence à Barcelone, Dexter Goei, PDG d'Altice USA, a appelé ses confrères outre-Atlantique à s'intéresser au regroupement entre services fixes et mobile dans les télécoms aux États-Unis.

« Je crois fortement en la convergence fixe-mobile [...] et le marché américain est le seul à ne pas avoir vu une telle consolidation », a-t-il ainsi déclaré. Faut-il y voir une piste quant à d'éventuelles acquisitions du groupe dans le futur, ou un indice sur une participation aux enchères autour des fréquences 5G aux États-Unis ?   

Copié dans le presse-papier !

Le régulateur américain commence par proposer deux blocs de 425 MHz dans les 28 GHz, qui seront suivis par sept blocs de 100 MHz dans la bande des 24 GHz. Soit un total de 1,55 GHz de spectre.

Ajit Pai précise qu'il Il faudra ensuite attendre 2019 pour les 37, 39 et 47 GHz. L'ensemble de ces bandes millimétriques sont importantes car elles permettent de disposer d'une grande largeur de spectre et ainsi augmenter la bande passante des réseaux.

Copié dans le presse-papier !

Le New York Times publie une enquête sur les campagnes d’influence du réseau social pendant deux ans de scandales sur la manipulation politique et la vie privée, qui avaient culminé avec l’audition de Mark Zuckerberg au Congrès en avril.

En 2015, une publication de Donald Trump appelant à l’interdiction de l’immigration musulmane aurait déclenché une vague de protestations internes et externes à Facebook. Les critiques demandaient la suppression du message, ce à quoi la société s’est refusée, aucune règle n’étant officiellement violée.

Peu après l’élection de Donald Trump, en novembre 2016, Facebook a nié l’ingérence d’acteurs russes dans l’élection présidentielle de 2016, jugeant l’idée absurde.

Selon le NYT, il aurait pourtant repéré des signes d’ingérence dès le printemps 2016, et des emails de comptes piratés avec des journalistes quelques mois plus tard. Facebook aurait accumulé des preuves un an avant de l’annoncer au public et aux investisseurs.

Surtout, la société aurait lancé une campagne de lobbying, dirigée par sa numéro 2 Sheryl Sandberg, « pour combattre les critiques et diriger la colère contre les autres sociétés technologiques ».

Le réseau social aurait notamment embauché l’ex-directeur de cabinet du sénateur Mark Warner pour influencer ce dernier. Sheryl Sandberg aurait directement appelé la sénatrice Amy Klobuchar pour se plaindre de ses attaques.

Facebook a engagé le cabinet Definers Public Affairs pour attaquer personnellement les critiques. Entre autres méthodes, la société établissait des liens entre des critiques et le financier George Soros, bête noire des conservateurs américains, décrit par une étude financée par Definers comme une éminence grise derrière les attaques contre Facebook. Au NYT, les fondations Open Society de Soros déclarent ne jamais avoir financé de campagne contre le réseau social.

Le site conservateur NTK Network (lié à Definers) aurait par ailleurs défendu Facebook, en déviant les critiques contre la concurrence, dont Google.

Selon le NYT, Facebook aurait tout juste coupé les ponts avec l’entreprise, après son premier article. Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg n’auraient pas été au courant des agissements du cabinet, assure une source interne.

Le sénateur démocrate Chuck Schumer soutiendrait toujours le groupe, dont les employés auraient plus largement financé la campagne que tout autre parlementaire américain en 2016. Il aurait demandé à Mark Warner de cesser ses attaques et de travailler avec l’entreprise, plutôt que de la blâmer.

Selon le quotidien, la société pensait aussi pouvoir contenir l’outrage résultant du scandale Cambridge Analytica, sur le profilage politique de dizaines de millions de membres, en mars dernier.  Elle a remplacé son chef du lobbying outre-Atlantique et envisagé une campagne interne pour rassurer les employés.

Après les nombreuses scandales des deux dernières années, Apple a mis Facebook dans son collimateur. Le groupe de Cupertino, qui a fait de la vie privée un de ses grands axes marketing, tire à boulets rouges comme le réseau social… qui aurait ordonné à ses cadres de ne plus utiliser que des téléphones Android en réponse.

Copié dans le presse-papier !

Comme l'année dernière, Amazon commencera le Black Friday dès lundi avec sa « Black Friday Week ». Des ventes-flash seront ainsi mises en ligne et renouvelées tous les jours. D'autres revendeurs suivent le mouvement, notamment Cdiscount avec des ventes pour ses membres Cdiscount à volonté, Fnac et Darty avec des promotions pour le Black Friday dès le 19 novembre.

Le géant américain va également ouvrir des boutiques éphémères en Europe. L'annonce a été faite sur le site italien pour la ville de Milan, mais aussi d'autres comme Paris, Londres, Madrid, Berlin et Amsterdam.

Baptisé Amazon Loft for Xmas, le magasin de Milan mesurera plus de 500 m² et sera ouvert du 16 au 26 novembre ; il fermera donc juste après le Cyber Monday. Rien n'est encore précisé pour Paris.

Bien évidemment, la Team Bons Plans sera sur la brèche pour vous faire profiter des meilleures offres à l'occasion du Black Friday 2018 qui s'étalera cette année encore sur plus d'une semaine.

Mais attention, comme le rappelle la DGCCRF, il convient d'être prudent face aux risques de cyberarnaques.