du 25 février 2019
Date

Choisir une autre édition

Microsoft : des employés demandent l'annulation du contrat avec l'armée

Fin novembre, Microsoft remportait un gros contrat de 480 millions de dollars avec l’armée américaine. Objectif, fournir 100 000 casques HoloLens pour organiser des « batailles sans effusions de sang ».

Un groupe d’employés de la firme n’apprécie pas ce contrat. Comme Google et son projet Maven, Microsoft fait face à une grogne interne présentée par une lettre ouverte adressée à Satya Nadella et Brad Smith, respectivement directeur général et président.

Le cœur du grief est prévisible : « Nous nous alarmons que Microsoft travaille à fournir une technologie d’armes à l’armée américaine, aidant le gouvernement d’un pays à accroitre la létalité en utilisant des outils que nous avons bâtis ». « Nous n’avons pas signé pour concevoir des armes » continue la lettre.

La lettre est signée par des dizaines d’employés, mais ce nombre augmente avec le temps. Ils estiment que Microsoft a « franchi la limite ».

Leurs demandes sont très claires : l’annulation du contrat avec l’armée, l’arrêt de tout développement technologique lié à des armes, l’engagement de l’entreprise dans une politique publique dans ce domaine et l’appel à un comité éthique externe pour en surveiller l’application.

Les employés notent qu'un processus interne de réflexion éthique existe déjà pour tout ce qui touche à l’intelligence artificielle. Nommé Aether, il n’est cependant « pas assez robuste pour empêcher le développement d’armes, comme le démontre le contrat IVAS » (Integrated Visual Augmentation System). Ils dénoncent également son « opacité ».

Cette grogne n’est pas nouvelle et perdure depuis des mois. Brad Smith avait notamment écrit un billet de blog sur la question en octobre dernier et avait proposé aux inquiets d’être déplacés vers d’autres projets. Insuffisant selon eux, la proposition « ignorant le problème que les employés ne sont pas informés correctement de l’utilisation faite de leur travail ».

La réaction actuelle de Microsoft n’est donc pas étonnante. Un porte-parole a ainsi répondu à The Verge que l’entreprise « appréciait toujours les remarques d’employés », qu’elle connaissait ces objections depuis l’automne, et qu’elle respecterait son engagement auprès de l’armée américaine, incluant le contrat pour IVAS.

Contrairement à Google qui avait finalement fait machine arrière, Microsoft ne compte donc pas reculer. À moins que la pression ne soit pas encore assez forte.

chargement Chargement des commentaires...