du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Lancé début décembre sur iOS, l'application débarque sur le système mobile de Google. Le service n'est toujours proposé qu'aux États-Unis.

Pour rappel, il s'agit de donner accès à la messagerie de Facebook à de très jeunes utilisateurs, avec un contrôle parental et sans publicité pour le moment.

Une initiative critiquée outre-Atlantique, notamment par deux sénateurs. Wired nous apprend également que Facebook finance en partie les experts ayant assuré la promotion de cette initiative.

Messenger Kids disponible sur Android
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Android Police rapporte que la version 64 de Chrome pour Android a tendance à faire le ménage dans les URL lors d'un partage. Une pratique bienvenue, de nombreux paramètres étant parfois inutiles, mais pas forcément sans conséquences.

En effet, nos confrères précisent que certains éléments nécessaires ont parfois tendance à « sauter », comme une ancre permettant d'atteindre une partie précise de la page par exemple.

On aurait aussi aimé que l'utilisateur soit un minimum notifié de cette modification, ou puisse avoir la possibilité d'activer ou non une telle fonction. Espérons que cela sera amélioré à l'avenir.

Copié dans le presse-papier !

Connus sous le nom de code Cliffdale Refresh (les SSD Cliffdale ont été lancés fin 2017), ils sont désormais disponibles en versions de 4 et 8 To, toujours dans un format de 2,5" (15 mm de hauteur), avec un connecteur U.2 (PCIe NVMe 3.1 x4).

Comme leurs prédécesseurs de 1 et 2 To, ils exploitent de la 3D NAND TLC sur 64 couches. Le fabricant annonce des débits de respectivement 3 et 3,2 Gb/s avec une latence en lecture de 9 µs. Tous les détails sont disponibles par ici.

Enfin, une gamme SSD DC P4511 arrivera plus tard cette année, au format M.2 (110 mm) cette fois-ci, avec une consommation revue à la baisse. Nous n'avons pas plus de détail pour le moment.

Que ce soit pour les DC P4510 ou P4511, aucun prix n'a été précisé.

Copié dans le presse-papier !

La première étape de la levée de fonds en crypto-monnaie de la messagerie chiffrée semble avoir dépassé ses attentes. Début janvier, elle s'attendait à obtenir 500 millions de dollars via cette opération, qui aurait déjà été une des ICO les plus rémunératrices jusqu'ici.

Selon une déclaration au gendarme boursier américain, la SEC, ce sont 850 millions de dollars qui ont été récoltés. Selon TechCrunch, il s'agirait pour le moment de préventes.

Le projet est de constituer une nouvelle chaine de blocs fondée sur les utilisateurs de la messagerie, le Telegram Open Network (TON). Il doit permettre des échanges financiers moins coûteux que les crypto-monnaies habituelles (via une nouvelle monnaie, le « gram »).

Des services décentralisés, tel du stockage de fichiers, un réseaux privé virtuel (VPN), des outils pour des applications distribuées, ainsi que des smart contracts sont aussi prévus. Comme indiqué en janvier, certains éléments devraient tout de même être centralisés.

De premières briques du TON sont censées apparaître au deuxième trimestre de l'année.

Copié dans le presse-papier !

La société, rebaptisée suite à l'investissement de Richard Branson, indique avoir signé un accord-cadre avec l'État indien du Maharashtra (il ne s'agit donc pas d'un contrat définitif).

L'objectif est de construire un système Hyperloop entre la ville de Pune, l'aéroport international de Navi Mumbai et Bombay, le trajet pouvant être effectué en 25 minutes. Il s'agit des deux villes les plus importantes de l'État du Maharashtra.

La première étape de ce projet est la construction d'une piste de démonstration opérationnelle, dont le calendrier n'est pas précisé. Une première étape pour un projet d'envergure, mais dont on attend maintenant de voir s'il se concrétisera.

Copié dans le presse-papier !

Le groupe explique que cette acquisition doit positionner l'enseigne « comme un leader omnicanal du Lifestyle (Mode, Décoration, Beauté) ».

D'un côté il y aura donc le réseau physique et les équipes de Monoprix, de l'autre le savoir-faire d'e-commerçant de Sarenza précise le communiqué.

Sur Twitter, Stéphane Treppoz (PDG de Sarenza) s'explique davantage : « On s’est battus seuls face au pouvoir des GAFA mais c’est un combat déséquilibré. On sera plus forts pour innover ensemble ».

Le montant de la transaction n'est pas précisé, pas plus que le délai prévu pour qu'elle arrive à son terme.