du 10 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Alors que les choses commencent doucement à se décanter concernant les failles Meltdown et Spectre dévoilées la semaine dernière par Google, Microsoft a diffusé un premier point concernant l'évolution des performances liée à son correctif.

La société indique que celles-ci sont bien en baisse sur différents processeurs Intel, mais que l'utilisateur ne devrait le plus souvent pas ressentir de différence, excepté dans des applications où l'accès aux E/S est intensif, notamment sur les serveurs.

Pour un usage grand public, l'effet semble moins prononcé sur des processeurs récents. Des conclusions qui demanderont sans doute une analyse plus détaillée sur différents types d'applications et modèles de CPU afin de savoir précisément ce qu'il en est.

Meltdown/Spectre : Microsoft publie un premier point des performances sur son patch
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans un billet de blog, OpenWhisper Systems officialise sa fondation. Elle est soutenue par Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, à hauteur de 50 millions de dollars.

Elle doit financer le développement du logiciel de manière pérenne. L'équipe comptait jusqu'ici sur le soutien fiscal de l'organisation Freedom of the Press. Elle comportait deux à trois développeurs à plein temps en général, sur une équipe qui n'a jamais dépassé sept personnes. Pas de quoi développer sereinement un outil si utilisé.

Pour mémoire, Signal est une application de messagerie, qui a contribué à démocratiser le chiffrement de bout en bout pour les discussions en ligne. Son moteur (libsignal) est entré dans de nombreux services de messagerie, comme Google Allo, Facebook Messenger ou WhatsApp, seul ce dernier l'activant par défaut.

Signal reste critiqué par certains défenseurs des libertés numériques, qui goûtent peu à la centralisation des communications (via un serveur géré par l'équipe), l'absence de fédération et l'appui sur les services de communication de Google pour les notifications sur mobile.

Des évolutions sont promises depuis quelques mois, sans grand effet pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Kenneth Christiansen, contributeur sur Chromium, a partagé plusieurs captures d’écrans montrant le travail actuel d'intégration des applications web dans Chrome OS. Que Google concentre des efforts dans ce domaine n’étonnera d’ailleurs personne.

Il est déjà possible depuis longtemps d’ajouter n’importe quel site web dans la bibliothèque d’applications. Le site s’ouvre alors dans sa propre fenêtre, et donne une sensation raisonnable d’indépendance. Dans les dernières builds Canary et Dev de Chrome, cette intégration va plus loin.

La barre de titre récupère ainsi la couleur principale du site, et affiche le domaine principal. Un bouton fournit quelques informations supplémentaires, dont l’URL complète active. Les utilisateurs intéressés pourront activer le flag #enable-desktop-pwas dans chrome://flags.

En activant #enable-experimental-web-platform-features, ils débloqueront également une autre nouveauté : les Progressive Web Apps deviennent d’authentiques cibles de partage. Un bouton Twitter sur un site pourra par exemple appeler Twitter Lite, la version mobile du service.

Il est évident désormais que les PWA sont amenées à jouer un grand rôle. Le simple fait d’être poussées par Google ne peut que jouer en leur faveur, avec Android comme force de frappe principale. Mais Microsoft s’y met aussi et a annoncé récemment qu’elles auraient une place de choix dans Windows 10, jusqu’à être présentes dans son Store. De quoi faire changer peut-être d’avis Apple.

Copié dans le presse-papier !

Interpelé au Sénat, le gouvernement a indiqué la semaine dernière que 134 entreprises ne respectant par la liste anti-démarchage téléphonique « Bloctel » avaient été condamnées depuis sa mise en œuvre, en juillet 2016. « Certaines d'entre elles » ont écopé du montant maximum prévu par la loi, soit 75 000 euros, a précisé la secrétaire d’État Delphine Gény-Stephann.

L’intéressée a renvoyé les problèmes d’application de ce dispositif au fait qu'un « nombre trop grand d'entreprises n'y a pas adhéré et continue de démarcher en toute illégalité ». « Seules 800 entreprises ont adhéré au dispositif Bloctel, ce qui semble très en deçà du nombre de professionnels tenus d'y recourir », a poursuivi la locataire de Bercy.

L’exécutif entend ainsi « inciter » les entreprises à adhérer à Bloctel. « Plusieurs campagnes de mailing à grande échelle ont été lancées et des rencontres avec les différents secteurs d'activité organisées » a déclaré Delphine Gény-Stephann. Dans une logique plus répressive, la DGCCRF aurait lancé de « nombreuses enquêtes, afin de sanctionner les entreprises contrevenantes ».

Copié dans le presse-papier !

Face à l'émergence du marché des objets connectés, tous les constructeurs y vont de leur solution maison, devant leur permettre d'être LE leader qui fournira ces milliards d'appareils.

Dans cette course, ARM annonce une nouvelle initiative peu avant l'ouverture du MWC 2018 de Barcelone : un SoC contenant un microcontrôleur (MCU), un modem et une integrated SIM (iSIM).

Cette dernière est basée sur Kigen OS et la solution de sécurité CryptoIsland d'ARM, le tout étant compatible avec les standards de la GSMA.

Copié dans le presse-papier !

Fin 2017, on apprenait que plusieurs groupes de médias américains étaient dans une fâcheuse posture, de Mashable à Oath en passant par BuzzFeed. La situation semble se répandre. Aujourd'hui, on apprend que c'est Vox Media qui se sépare d'une cinquantaine de personnes (soit 5% de ses équipes).

Les publications les plus concernées sont Racked, Curbed, SB Nation, ainsi que son équipe dédiée à la vidéo de manière plus large. Le navire amiral The Verge ne semble pas touché. Une douzaine d'employés sont invités à prendre un nouveau rôle au sein de l'entreprise.

La principale raison invoquée est celle de la non viabilité de la vidéo à destination des réseaux sociaux, malgré les succès en termes d'audience, notamment du fait « de changements dans l'industrie ces derniers mois ». Difficile de ne pas penser ici aux changements récents annoncés par Facebook, d'autant que Jim Bankoff, PDG de Vox Media, a été plutôt critique à cet égard récemment.