du 04 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

Mageia 7, après une très longue gestation, sera très bientôt prête. Pour preuve, une Release Candidate disponible depuis dimanche et proposer le système dans une version – idéalement – stable.

On retrouve un noyau Linux 5.1.5 et toutes les améliorations de support matériel qui l’accompagnent, RPM 4.14.2 avec de nombreux ajouts, DNF 4.2.6, Mesa 19.1, Plasma 5.15.4, GNOME 3.32, Xfce 4.12, Firefox 67, Chromium 73 ou encore LibreOffice 6.2.3.

On note également un nouvel écran d’accueil, des pilotes graphiques libres à jour (le pilote propriétaire NVIDIA est fourni dans un dépôt, pas celui d’AMD, incompatible), rEFInd boot manager en alternative à GRUB2 pour le démarrage UEFI, des outils supplémentaires pour Docker ou encore l’utilisation par défaut de Wayland pour les sessions GNOME.

Si aucun bug majeur n’est trouvé, la version finale de Mageia 7 devrait être proposée d’ici une à deux semaines.

Mageia 7 disponible en Release Candidate, la version finale très proche
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors que le Conseil d’État vient tout juste de s’opposer à la communication des « algorithmes locaux » de Parcoursup (voir notre article), les députés LFI vont tenter d’épauler les futurs bacheliers en quête de transparence et de compréhension de la sélection opérée à leur égard.

Profitant de l’examen de la proposition de loi de lutte contre la haine sur Internet (ça ne s’invente pas...), le groupe de Jean-Luc Mélenchon vient de déposer un amendement qui obligerait l’administration à rendre publique « l’ensemble des documents permettant de prouver que les algorithmes utilisés n’ont pas pour conséquence, intentionnelle ou non, directement ou indirectement, un traitement défavorable des personnes candidates », par exemple « en raison de leur origine », ou « de leur situation de famille ».

Au regard des forces politiques en présence, cet amendement n’a quasiment aucune chance d’être adopté.

Copié dans le presse-papier !

Fin 2018, SFR obtenait le réseau public fibre en Corse. La décision avait ensuite été contestée par la préfecture devant le tribunal administratif, avec une demande d'annulation.

Le tribunal administratif de Bastia vient de rendre sa décision, comme le rapporte DegroupNews : « La requête de la préfète de Corse est rejetée ».

Copié dans le presse-papier !

La mission de la NASA a décollé en septembre 2016, puis est arrivée à destination deux ans plus tard. Après une première image en « super résolution » à 330 km de distance, l'agence spatiale américaine en publie une seconde à 690 mètres cette fois-ci.

L'image a été capturée le 13 juin après la seconde manœuvre orbitale par NavCam 1, une des trois caméras de navigation de TAGCAMS (the Touch-and-Go Camera System). « À cette distance, des détails de 0,5 m peuvent être identifiés au centre de l'image », indique la NASA.

La mission est loin d'être terminée puisque Osiris-Rex doit effectuer un « touch-and-go » sur Bennu en 2020, puis ramener des échantillons sur Terre en 2023. C'est du moins le plan initial.

Copié dans le presse-papier !

C’est dans la chaleur de l’été, à partir du 1er juillet 2019, que seront examinés le texte transférant l’article 15 de la directive sur le droit d’auteur et celui visant les produits Huawei notamment.

Au Journal officiel, le Président de la République a convoqué en effet députés et sénateurs en session extraordinaire pour examiner toute une série de textes.

Parmi eux, la proposition de loi « tendant à créer un droit voisin au profit des agences de presse et des éditeurs de presse » et celle « visant à préserver les intérêts de la défense et de la sécurité nationale de la France dans le cadre de l'exploitation des réseaux radioélectriques mobiles ».

 

 

Copié dans le presse-papier !

Un contrat entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Arianespace a été signé à l'occasion du salon du Bourget.

Il s'agit de la première mission « lourde » du programme Cosmic Vision 2015–2025. « Juice consacrera au moins trois ans à l'observation détaillée de la planète géante gazeuse Jupiter, de trois de ses plus grandes lunes et de ses satellites potentiellement océaniques Ganymède, Europe et Callisto ».

La fenêtre de lancement s'ouvrira mi--2022 à bord d'une fusée Ariane 5 ou 64 (voir notre article) en fonction des disponibilités. Le satellite aura une masse au décollage de six tonnes. Après 7,5 années de voyage, une assistance gravitationnelle de la Terre, Vénus et Mars, la sonde entrera en orbite autour de Jupiter.