du 06 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

macOS Catalina abandonne Bash pour Zsh, des soucis suspectés de licence

Dans macOS 10.15, alias Catalina, Bash n’est plus le shell Unix du système. Il a été remplacé par Zsh. Apple n’en donne pas la raison, mais The Verge pense la connaître : la licence.

La version de Bash fournie avec macOS jusqu’ici était en effet particulièrement ancienne. Dans Mojave, on trouve ainsi la mouture 3.2 qui date de… 2007. Si Apple n’est pas allée plus loin, ce serait à cause de la GPLv3, dont plusieurs clauses poseraient de vrais difficultés à l’entreprise.

La première empêche un revendeur quelconque d’utiliser du code sous licence GPLv3 sur des systèmes empêchant des tiers d’installer leurs propres logiciels. L’autre oblige l’éditeur publiant du code à fournir automatiquement une licence pour les brevets éventuellement associés.

En dépit d’une utilisation massive de l’open source dans ses produits, Apple cherche à se débarrasser du code protégé par la GPL depuis longtemps. En témoignait le bilan d’un développeur il y a quelques années : de 47 paquets sous licence GPL dans macOS 10.5 (Leopard), on n’en trouvait plus que 16 dans macOS 10.12 (Sierra). Zsh est pour sa part sous licence MIT, plus souple (et utilisée la plupart du temps par Microsoft pour ses projets open source).

Les développeurs devraient largement profiter du changement, quelles qu’en soient les raisons. Compatible en grande partie avec sh et bash, Zsh fournit des fonctions modernes que l’on peut attendre d’un shell Unix en 2019, comme la complétion de la plupart des commandes, une plus grande facilité de manipulation des variables et tableaux, les commandes multilignes dans un même buffer ou encore la personnalisation de l’invite.

Les développeurs sont évidemment invités à se pencher sur cet important changement, pourtant très discret. Apple ne l’a en effet pas abordé sur scène et le changement n’est pas même référencé dans la page contenant les changements apportés par Catalina.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, une drôle d'histoire est remontée à la surface concernant les derniers smartphones de Samsung et leurs lecteurs d'empreintes digitales ultrasoniques.

Avec certains étuis et écrans de protection, la détection et la reconnaissance ne se passent pas correctement et il est ensuite possible de déverrouiller son smartphone avec d'autres doigts que ceux autorisés, comme l'explique la BBC.

Après avoir pointé du doigt des protections d'écran bas de gamme pendant un temps, Samsung a finalement reconnu le problème et annonce qu'il le corrigera avec une mise à jour, sans plus de précisions sur son fonctionnement. 

Suite à cette découverte, la banque coréenne KaKao Bank a demandé à ses clients de désactiver l'empreinte pour se connecter aux services, comme le rapportent nos confrères. D'autres pourraient suivre.

Copié dans le presse-papier !

Ben Cotton explique qu'en « raison de bugs bloquants et en l’absence de release candidate, Fedora 31 Finale a le statut "No-Go" ». L'équipe doit se réunir le 24 octobre prochain et espère publier la version finale de Fedora 31 le 29 octobre.

Pour rappel, la bêta est disponible depuis mi-septembre et, comme pour Ubuntu, il n'y a pas de version 32 bits.

Copié dans le presse-papier !

Hier, le patron de Facebook a livré un long discours devant un parterre d'étudiants de l'université de Georgetown à Washington. Pendant plus d'une demi-heure, il est revenu sur de nombreux sujets d'actualité.

C'était notamment le cas d'une publicité controversée (avec de fausses informations sur Joe Biden) de Donald Trump pour sa réélection : « Nous ne vérifions pas les faits des publicités politiques. Nous ne faisons pas cela pour aider les politiciens, mais parce que nous pensons que les gens devraient pouvoir voir eux-mêmes ce que les politiciens disent ». 

Il s'est également prononcé en faveur d'une plus large liberté d'expression : « en cas de doute, nous devrions toujours pencher vers une plus grande liberté d'expression », comme le rapporte l'AFP. Il est également revenu sur le cas de la Chine qui construit son propre Internet D'autres sujets comme la question du respect de la vie privée et des données personnelles semblent par contre avoir été éludés. 

Copié dans le presse-papier !

Le groupe audiovisuel explique que vous pouvez étendre sa capacité de 80 à 320 Go pour 10 euros en vous rendant dans la rubrique Abonnement, Mes options et Modifier mes options. 

Vous pouvez également demander un disque dur de 1 To ou demander l'échange de celui de 80 Go (qui devra être restitué sous peine de payer 55 euros). Cette option est facturée 50 euros et il faudra rendre le HDD à la fin. 

Bien évidemment, « vous pouvez connecter votre disque dur personnel (auto-alimenté) sur la prise USB ou eSATA du décodeur Canal+ ». On trouve des disques durs externes de 1 To pour 50 euros, mais celui-ci vous appartient à la fin de l'abonnement.