du 13 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

MacBook Pro 13 et 15" : Core de 8ème génération, True Tone, « Dis Siri » et GPU externe Blackmagic

Le fabricant ne renouvelle que ses portables les plus chers, avec Touch Bar et Touch ID. Ils passent aux processeurs Core de 8ème génération, tandis que le MacBook 13 sans Touch Bar reste sur la version précédente.

Le nouveau MacBook Pro 13 pouces dispose désormais d'un Core i5 ou i7 jusqu'à 2,7 GHz, avec une partie graphique Intel Iris 655, 8 Go de mémoire vive et 256 Go de SSD. Vous pouvez passer à 16 Go de LPDDR3 pour 240 euros de plus et à un SSD de 1 To pour 750 euros, des tarifs élevés comparés aux prix des composants.

De son côté, le MacBook Pro 15 pouces propose un Core i7 avec six cœurs minimum, et un Core i9 en option. 16 Go de DDR4 sont présents, avec une Radeon Pro 555X et un SSD de 256 Go. Cette fois-ci, 1 To de stockage est facturé 720 euros (et jusqu'à 4 080 euros pour 4 To), contre 480 euros pour 32 Go de DDR4.

D'autres changements ont été apportés dans les deux cas. L'écran Rétina et la Touch Bar exploitent la technologie True Tone permettant d'afficher des couleurs « plus naturelles » selon Apple. Les machines intègrent une puce maison T2 pour renforcer la sécurité et profiter de « Dis Siri ». Toutes les nouveautés sont détaillées par Apple par ici.

Pour ceux ayant de gros besoins GPU, Apple vend le Blackmagic eGPU à 695 euros. Développé par Blackmagic, il s'agit d'un boîtier intégrant une Radeon Pro 580, à brancher à son ordinateur via Thunderbolt. La connectique comprend deux Thunderbolt 3, quatre USB 3.x et une sortie vidéo HDMI 2.0.

Sur son site, le fabricant annonce des performances doublées par rapport au MacBook Pro de 15 pouces (version 2016, avec une Radeon Pro 460) et multipliées par 7 comparées au MacBook Pro de 13 pouces (version 2016 également, avec Iris 550).

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La plateforme de streaming explique qu'un « accord définitif » a été signé entre les deux parties. Les 3,5 milliards de dollars s'échangeront sous forme d'actions. L'année dernière, SiruisXM avait déjà injecté 480 millions de dollars.

Selon Pandora, « ce regroupement crée la plus grande société de divertissement audio au monde, avec plus de 7 milliards de dollars de revenus pro forma attendus en 2018 ». La transaction devrait être finalisée au premier trimestre 2019.

En bourse, l'action de SiriusXM a perdu près de 10 % depuis le début de la semaine. Pour expliquer cette sanction, plusieurs analystes avancent le fait que la société aurait surpayé la plateforme de streaming.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Mojave est disponible depuis hier soir 19h pour l’ensemble des possesseurs de Mac compatibles. Si votre modèle date d’au minimum mi-2012, il est pris en charge.

Les principales nouveautés sont un Mac App Store entièrement revu, un thème sombre, des actions rapides dans le Finder, les Piles sur le bureau, un outil capture remanié, de nouvelles applications (Bourse, Dictaphone et Maison) ou encore une sécurité qui se veut renforcée.

Le téléchargement fait environ 6 Go et peut donc prendre du temps, tout comme l’installation, selon la puissance de la configuration et surtout la présence d’un SSD. Comme toujours, une sauvegarde des données est chaudement recommandée. Mojave se récupère depuis le Mac App Store.

Nous reviendrons plus en détails prochainement sur les nouveautés de Mojave.

En marge de ce lancement, Apple diffuse aussi depuis hier soir une mise à jour 12.0.1 pour tvOS. On ne sait cependant pas ce qu’elle corrige, mais ce devrait être suffisamment important pour être géré une semaine à peine après l’arrivée de tvOS 12.

Copié dans le presse-papier !

Android Studio vient de paraître en version 3.2, avec bon nombre de nouvelles fonctionnalités à la clé.

Le support des Slices d’Android 9.0 Pie est ainsi pleinement intégré. Il s’agit pour rappel du pendant Google des raccourcis Siri dans iOS. Les développeurs déclarent les fonctionnalités qui seront ensuite affichées dans les suggestions de recherche et Assistant.

Sample Date est également un apport important. Il est en quelque sorte l’équivalent d’un lorem ipsum pour les données. Il permet ainsi de remplir tout ou partie d’une application avec des données test, pour visualiser un résultat qui dépendrait autrement de calculs.

Android Studio 3.2 introduit également l’AAB (Android App Bundle), un nouveau format de publication pour obtenir des APK plus petits. Côté serveurs, Dynamic Delivery peut optimiser l’APK pour servir une version adaptée à chaque appareil. Google encourage évidemment au passage à l’AAB.

Outre ces fonctions, Android Studio inclut plusieurs améliorations et mises à jour. Par exemple, un assistant « Quoi de neuf » liste les apports d’une mise à jour après son installation. Le support de CMake est renforcé, la plateforme IntelliJ passe en version 2018.1.6, Kotlin peut-être utilisé avec le SDK Android Pie et des Snapshots sont enfin disponibles dans l’émulateur.

Android Studio est disponible au téléchargement pour Linux, macOS et Windows. Les développeurs ayant déjà la mouture 3.1 peuvent installer la mise à jour depuis le menu correspondant. Les autres pourront récupérer l’environnement depuis son site officiel.

Copié dans le presse-papier !

Avec l'arrivée d'une nouvelle version du modèle de base en avril, on se doutait que le reste de la gamme allait rapidement suivre. C'est désormais chose faite.

Quatre Yubikey 5 ont été dévoilées, reprenant les formats actuels de la marque en USB Type-A ou Type-C selon les cas : 5 Nano, 5C Nano, 5 NFC et 5C. On note que le modèle classique (Yubikey 4) disparaît au profit d'une nouvelle version de la Neo devenant la 5 NFC.

Côté prix, Yubico a coupé la poire en deux : 45 dollars. Les précédentes étaient proposées respectivement à 40 et 50 dollars. Le reste de la grille tarifaire est inchangé.

Ne vous attendez à rien de transcendant pour ce qui est des nouveautés, la seule étant la compatibilité FIDO2. Pour rappel, ce standard doit se répandre dans les navigateurs et les services en ligne, notamment à travers l'API Web Authentification (WebAuthn) et permettre une connexion sans mot de passe via des solutions de sécurité comme les Yubikey.

Ce n'est bien entendu pas la seule possibilité, les développeurs pouvant opter pour une authentification à deux facteurs ou plus : mot de passe ou PIN, action physique sur la clé, etc.

Une mise à jour ne sera donc pas forcément vitale pour le moment, puisque FIDO2 commence seulement à être exploité. Mais Yubico prépare sa gamme pour les étapes à venir et l'affrontement contre de nouveaux concurrents.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, le service de partage de photos annonce le départ de son directeur général Kevin Systrom et de son directeur technique Mike Krieger.

« Nous comptons prendre du temps pour explorer à nouveau notre curiosité et notre créativité » justifient-ils laconiquement.

Selon TechCrunch, des tensions sont apparues l'an passé entre les deux fondateurs et Mark Zuckerberg sur l'autonomie de la filiale de Facebook. Plusieurs de ses responsables sont partis discrètement ces derniers mois.

Elles seraient apparues en mai, lorsque le vice-président produits Kevin Weil s'est concentré sur son équipe « blockchain ». Il a été remplacé par Adam Mosseri, qui aurait pris trop d'initiatives au goût des fondateurs.

Zuckerberg aurait aussi voulu que les partages d'Instagram arrivent jusqu'à Facebook, alors que les fondateurs du service photo auraient préféré les conserver sur leur plateforme.

Pour Bloomberg, Instagram deviendra sûrement une filiale plus intégrée, au lieu du service indépendant qu'il était encore.

Récemment, il a passé le milliard d'utilisateurs, lancé son application vidéo IGTV et préparerait un service de shopping. La plateforme en elle-même est devenue un haut lieu de la publicité en ligne, à force de publications de vedettes sur leurs produits.

Les départs se succèdent en tout cas chez Facebook. En mai, Jan Koum, le fondateur de WhatsApp, avait claqué la porte du groupe. Des désaccords sur la publicité et le chiffrement auraient contribué à ce départ. Récemment, Zuckerberg estimait que le chiffrement compliquait la lutte contre la désinformation.