du 28 mars 2019
Date

Choisir une autre édition

Le réseau social explique qu'il a depuis longtemps banni les discours de haine raciale et la suprématie blanche, mais reconnaît qu'il n'appliquait pas la même règle pour le nationalisme et le séparatisme. Pour rappel, Motherboard avait enquêté longuement sur le sujet il a quelques mois.

Facebook tente de se justifier en expliquant qu'il « pensait à des concepts plus larges de nationalisme et de séparatisme », comme la « fierté américaine » et le « séparatisme basque », « qui constituent une part importante de l’identité des gens ».

Après trois mois d'échanges avec des experts dans le monde entier, Facebook reconnait que « le nationalisme et le séparatisme blanc ne sauraient être séparés de manière significative de la suprématie blanche ».

Les changements seront mis en place à partir de la semaine prochaine, aussi bien sur Facebook qu'Instagram. De plus, les personnes effectuant des recherches sur ce genre de sujet seront redirigées vers l'organisation de lutte dans la haine raciale Life After Hate.

Lutte contre la haine : Facebook interdit le nationalisme et séparatisme blanc
chargement Chargement des commentaires...