du 12 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Logan Paul n'a finalement rien compris et tase des rats morts, YouTube suspend la publicité

Il y a un mois, Logan Paul faisait les gros titres à cause d'une de ses vidéos montrant le cadavre d'une personne suicidée au Japon. Il s'était ensuite rapidement excusé.

Fin janvier, les yeux rouges, il mettait en ligne une vidéo de prévention sur le suicide et annonçait des dons. Fin des dérapages ? Pas vraiment non… Début février, le youtubeur publiait un tweet expliquant qu'il avalerait une capsule de lessive liquide par retweet, avant de le supprimer.

Pour rappel, le « Tide Pod challenge » fait des ravages outre-Atlantique, alors que les autorités ne cessent de rappeler que ce « jeu » est dangereux pour la santé. Durant la même période, il publie une nouvelle vidéo au cours de laquelle il tase des rats morts. Bien évidemment, les réactions ont été nombreuses, notamment sur Twitter.

YouTube a réagi avec un communiqué envoyé à plusieurs de nos confrères, dont le Monde : « Après un examen approfondi, nous avons décidé de suspendre temporairement les publicités sur les chaînes YouTube de Logan Paul. Ce n’est pas une décision que nous avons prise à la légère, mais nous pensons qu’il a fait preuve d’un comportement dans ses vidéos qui non seulement rend sa chaîne inadaptée aux annonceurs, mais qui est aussi potentiellement dommageable pour l’ensemble de la communauté des créateurs ».

Pour rappel, il avait déjà été retiré de YouTube Preferred, le programme de publicité premium de la plateforme de streaming. Cette fois-ci, YouTube frappe donc plus fort. De manière plus générale, YouTube annonce du changement sur ses règles de monétisation.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Il y a quelques jours, des membres de Facebook se sont plaints de notifications par SMS sur le numéro de téléphone qu'ils avaient réservé à l'authentification à deux facteurs. Après avoir répondu à ces SMS, le développeur Gabriel Lewis avait même tweeté le résultat : une publication sur son mur Facebook… un tout autre comportement que celui attendu.

L'entreprise a réagi à la nouvelle. « Il n'était pas dans nos intentions d'envoyer des notifications SMS sans rapport avec la sécurité à ces numéros de téléphone, et je suis désolé pour tout désagrément que cela a pu causer » écrit Alex Stamos, le directeur de la sécurité du groupe.

Un correctif est attendu pour les prochains jours, la fonctionnalité permettant de publier des statuts par SMS devrait être mise de côté. Stamos espère que l'incident ne découragera pas les internautes voulant utiliser cette fonction, aussi disponible via les applications du type Google Authenticator, au code généré localement.

Copié dans le presse-papier !

Quand AMD a mis en ligne ses nouveaux pilotes graphiques Adrenalin, la société avait également évoqué de nombreuses nouveautés pour le monde de l'entreprise (voir notre analyse).

Elles sont désormais disponibles dans le pilote 18.Q1, tout juste mis en ligne, notamment pour l'Overlay ou des fonctionnalités supplémentaires pour l'enregistrement et la diffusion via ReLive.

Copié dans le presse-papier !

C'est terminé pour l'application officielle destinée aux Mac. L'annonce a été effectuée via un simple tweet, dans la nuit de vendredi à samedi. Twitter pour macOS n'est plus disponible au téléchargement, et ne sera plus supportée d'ici trente jours.

Les utilisateurs sont invités à utiliser la version web (ou Tweetdeck). Il peuvent aussi opter pour l'un des clients tiers proposés sur le Mac App Store… tout du moins, tant que Twitter décide qu'il ne sont pas incompatibles avec sa stratégie. Twiterriffic en profite d'ailleurs pour lancer une promotion : 8,99 euros au lieu de 21,99 en ce moment.

Autant dire que les jours de l'application Windows 10 nous semblent comptés.

Copié dans le presse-papier !

Dans un élan « low tech », le réseau social annonce qu'il vérifiera l'existence de ceux achetant des publicités liées à des élections américaines via une carte postale. Elles contiendront un code spécifique, qu'il sera obligatoire de fournir pour obtenir une publicité en lien avec un candidat à un mandat fédéral, d'abord pour l'élection de mi-mandat en novembre.

C'est la méthode la plus efficace qu'a trouvé l'entreprise, les ressortissants étrangers étant interdits de contribution financière à une élection locale ou fédérale. Facebook ne précise pas pourquoi il a choisi ce format spécifique.

L'annonce est la dernière réaction de la société face à la débâcle de l'élection américaine de 2016, sur laquelle les plateformes en ligne sont sur le banc des accusés. Les États-Unis considèrent que leur modèle, privilégiant la viralité plutôt que la véracité des informations, a grandement contribué à la diffusion de fausses informations.

En déni sur la question pendant des mois, Facebook multiplie depuis les gestes de bonne foi, comme le Journalism Project lancé en janvier 2017 et de grandes promesses sur la transparence des publicités politiques. Le 16 février, le juge Robert Mueller a inculpé 13 Russes et trois entités pour ingérence dans l'élection de 2016. Le principal accusé est Evgueni Prigojine, lié à l'Agence de recherche sur l'Internet, considérée comme une usine à contenus divisant l'opinion américaine.

Copié dans le presse-papier !

Le français s'était développé ces dernières années dans le domaine des smartphones, mais également des trottinettes et autres scooters (voir ce communiqué). Quelques jours avant l'ouverture du MWC 2018, la marque a décidé de changer son fusil d'épaule avec un… PC tout-en-un, qui sera disponible en mai : le Vision 215.

Selon la marque, il s'agit d'une machine « polyvalente à partager en famille ». Elle est construite autour d'un écran de 21,5 pouces (1080p) « presque sans bords », et est livrée avec Windows 10 dans son édition Famille ainsi qu'un duo clavier/souris. Elle vise l'entrée de gamme avec son tarif de 299,99 euros.

Elle embarque une configuration presque identique à celle des Compute Stick :  un processeur Intel Atom x5-Z8350 (Cherry Trail, 14 nm, 4 cœurs, 1,44/1,92 GHz) accompagné de 4 Go de LPDDR3 et 32 Go de stockage (eMMC). Un disque dur de 2,5" peut être ajouté, un lecteur de cartes MicroSD est également présent.

Côté connectique, on retrouve cinq ports USB, une sortie HDMI et un port réseau, sans aucun détail concernant les normes utilisées. Deux enceintes de trois watts sont intégrées à l'écran, en complément d'une prise jack. Du Bluetooth 4.0 et du Wi-Fi 802.11n sont aussi de la partie. L'ensemble affiche des dimensions de 541 x 320 x 36,5 mm avec un écran de 6,85 mm d'épaisseur et un poids total de 2,25 kg. La machine est livrée avec un adaptateur secteur de 36 watts.

Bref, il s'agit surtout d'un PC de bureau assez basique, dont on regrettera presque qu'il ne soit pas livré sans OS afin de grapiller quelques dizaines d'euros supplémentaires. Il pourrait s'agir d'un partenaire idéal pour l'équipe de Blade et son PC « dans le Cloud », Shadow (voir notre dossier).