du 26 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le réseau social a enfreint la loi sur la protection des données, en utilisant ces adresses email pour acheter de la publicité ciblée chez Mark Zuckerberg, selon un rapport de la Commission irlandaise de protection des données. Une courte partie est consacrée à l’affaire, a repéré TechCrunch.

La commission irlandaise a été saisie en début d’année par un internaute, non-membre de LinkedIn, dont le service a utilisé l’adresse email pour de la publicité ciblée sur Facebook. Selon l’institution, 18 millions de personnes sans compte LinkedIn sont dans le même cas, voyant leurs données malaxées sans autorisation par LinkedIn Ireland.

La plainte a été « résolue à l’amiable », assure la commission. Le réseau social professionnel (qui revendique 600 millions d’utilisateurs) aurait pris des mesures immédiates pour se mettre en conformité.

Un audit a été lancé, menant à la suppression de toutes les données de résidents européens non-membres, obtenues avant le 25 mai, soit l’entrée en application du Règlement général sur la protection des données (RGPD). LinkedIn pré-créait un graphe social pour ces utilisateurs, afin de leur suggérer des contacts à l’inscription.

À TechCrunch, LinkedIn plaide une erreur, pas une mauvaise pratique. « Nous avons pris les mesures appropriées et avons amélioré nos processus pour nous assurer que ça ne se reproduise plus. »

La semaine dernière, le réseau social s’affichait pour la protection des adresses email de ses membres, en empêchant désormais par défaut leurs relations d’exporter cette information.

LinkedIn a utilisé les adresses email de 18 millions de personnes pour de la publicité sur Facebook
chargement Chargement des commentaires...