du 12 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

Dans un email envoyé à ses équipes et consulté par Reuters, elle annonce son départ : il « semble un peu tomber du ciel pour certains d’entre vous, mais j’y pensais depuis un moment ». Elle ne donne aucun détail supplémentaire sur les raisons de cette démission.

Pour rappel, elle est accusée par des lanceurs d’alerte anonymes d'écarter systématiquement des signalements de discrimination raciale, expliquent nos confrères.

Ils indiquent l'avoir contacté lundi au sujet des accusations dont elle est la cible, sans réponse. Le lendemain, elle envoyait ce courrier à ses équipes.

Elle était arrivée chez Uber en novembre 2016 pour essayer de redorer l'image du VTC après les scandales de harcèlement sexuel.

Liane Hornsey, directrice des ressources humaines d'Uber, démissionne
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

C'est en tout cas l'affirmation faite par des hauts responsables à Reuters, sous couvert d'anonymat. « Il y a une préoccupation sérieuse. Si cela ne tenait qu'à moi, nous ferions ce que font les Australiens », affirme l'un d'entre eux. Pour rappel, l'Australie et les États-Unis ont décidé de se passer des équipementiers chinois à cause de risques liés à la sécurité et la confidentialité.

Tout le monde n'est pas sur une ligne aussi franche outre-Rhin, même si la prudence reste de mise : « Exclure tous les investisseurs d'un pays donné est une mauvaise approche, mais nous devons pouvoir examiner des cas particuliers afin de nous assurer que notre infrastructure critique est protégée. Cela pourrait entraîner l'exclusion d'entreprises chinoises » affirme Katharina Droege (les Verts) à nos confrères.

Un porte-parole de Huawei réfute en bloc : « La cybersécurité a toujours été notre priorité absolue et nous avons une solide expérience dans la fourniture de produits et de solutions sécurisés à nos clients, en Allemagne et partout dans le monde ».

Copié dans le presse-papier !

Cette puce exploite des cœurs CPU maison de quatrième génération, une unité de traitement neuronal améliorée (NPU) et un nouveau modem 4G (4x4 MIMO et eLAA).

Ce dernier est capable d'atteindre les 2 Gb/s via l'agrégation de huit bandes de fréquences… encore faut-il trouver des réseaux proposant un tel débit. En upload, le débit est de 316 Mb/s maximum.

Selon le fabricant, le NPU du Exynos 9 Series 9820 « effectue des tâches d'intelligence artificielle environ sept fois plus rapidement que son prédécesseur ». De son côté, un cœur CPU devrait être 20 % plus rapide ou 40 % plus économe qu'un cœur de troisième génération. La partie GPU est confiée au Mali-G76 annoncé début juin été par ARM.

La production de masse du Exynos 9 Series 9820 devrait débuter d'ici la fin de l'année. Il pourrait équiper le Galaxy S10 de Samsung, mais rien n'est confirmé par le fabricant pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Le 12 novembre, entre 22h et 23h, certains services du groupe étaient inaccessibles, à cause d’une fuite BGP. Un autre opérateur a déclaré des millions d’adresses IP appartenant au groupe de Mountain View, rapporte Ars Technica, qui a enquêté sur l’incident. Selon la société ThousandEyes, la recherche Google et G Suite auraient été touchés.

Un petit opérateur nigérian, MainOne Cable Company, s’est approprié 212 préfixes d’adresses IP de Google. La mauvaise déclaration a été acceptée par l’opérateur d’État chinois China Telecom après quelques minutes, et diffusée aux autres opérateurs.

Selon BGPmon, l’opérateur nigérian a aussi redirigé le trafic du service de protection anti-DDoS Cloudflare.

Selon plusieurs acteurs, dont BGPmon, Cloudflare, Google et le registre régional RIPE NCC, l’incident est très sûrement dû à une simple erreur, sans volonté malveillante de détourner du trafic sensible. Pour Cloudflare, lui et Google seraient touchés car ils sont interconnectés à l’opérateur responsable sur un point d’échange du pays. Il assure que l’effet était minimal pour ses clients.

« C’était une erreur effectuée lors d’une mise à niveau prévue du réseau, à cause d’une mauvaise configuration de nos filtres BGP. L’erreur a été corrigée en 74 minutes et un processus a été mis en place pour éviter toute récidive », a depuis assuré MainOne dans un tweet.

Selon Ars Technica, le trafic n’est jamais parvenu à sa nouvelle destination, mais s’est arrêté sur un routeur de China Telecom.

BGP est un des protocoles qui sous-tendent Internet. C’est par ce biais que les organisations déclarent leurs adresses IP. L’information est diffusée de serveur en serveur, sur tout le réseau. Mais ce vieux protocole n’impose pas de vérification des annonces. La moindre erreur (ou revendication frauduleuse d’adresses IP) peut donc être diffusée sur tout le réseau.

Cloudflare rappelle les efforts de l’industrie sur RPKI, qui permet de certifier qu’on contrôle des lots d’adresses IP. Le système est connu depuis de nombreuses années mais loin d’être assez déployé, selon l’entreprise, qui l’évoquait déjà fin septembre lors de la publication sur Internet, par erreur, de tables internes de Telekom Malaysia.

Copié dans le presse-papier !

Cette nouvelle mouture apporte le support des GeForce RTX, ainsi que de la plateforme Bassin Falls et des processeurs Skylake-X Refresh.

Deux nouveaux outils de mesure de performances sont également de la partie en version bêta. Ils permettent de tester les capacités d'un processeur via les jeux d'instructions AVX2 et AVX512.

Copié dans le presse-papier !

L'opérateur précise que Londres, Cardiff, Edinburgh, Belfast, Birmingham et Manchester seront les premières à en profiter. Bien évidemment, les zones les plus fréquentées seront principalement ciblées : Hyde Park à Londres, Manchester Arena, l'aéroport de Belfast, etc.

Dans un second temps, mais toujours en 2019, dix autres villes auront elles aussi droit à la 5G : Glasgow, Newcastle, Liverpool, Leeds, Hull, Sheffield, Nottingham, Leicester, Coventry et Bristol.

EE affirme qu'il se lancera avec plusieurs « smartphones partenaires » et un routeur 5G à antenne externe pour profiter d'une connexion 5G fixe. « Les 1 500 premiers sites 5G d'EE en 2019 transporteront 25 % de l'ensemble des données du réseau, mais ne couvriront que 15 % de la population du Royaume-Uni », explique l'opérateur.