du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Comme promis lors de la Twitchcon, quelques nouveautés ont fait leur apparition aujourd’hui sur la plateforme de streaming, à commencer par les trophées.

Twitch les a mis en place afin que chaque diffuseur puisse juger rapidement de son évolution sur la plateforme et déterminer en un coup d’œil s’il est éligible au statut de partenaire.

Ces trophées s’accompagnent d’une nouvelle page résumant les données importantes de la chaîne, comme le nombre de spectateurs moyens, d’abonnés, de personnes actives sur le chat, etc.

Du côté des développeurs, ils peuvent désormais implémenter un bouton Suivre dans leurs extensions. Une première étape qui sera suivie d’autres fonctions comme le partage d’un pseudo, l’abonnement à une chaîne ou le suivi d’un évènement.

Les trophées font leur apparition sur Twitch
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Flutter est probablement l’un des projets les plus attendus de Google, puisqu’il propose un kit cohérent de développement d’interfaces pour les applications mobiles, sur Android et iOS. Il est inspiré de Material Design et doit permettre un travail rapide.

Flutter est disponible depuis peu en Release Preview 1. Comme l’indique Google, le code est maintenant assez stable pour être utilisé par tout le monde, le travail se concentrant sur des optimisations et corrections de bugs.

Bien que cette RP n’arrive que maintenant, certains éditeurs ont déjà adopté Flutter, notamment en Chine. L’application Alibaba utilise ainsi le kit, tout comme celle de Tencent, en cours de déploiement.

La RP inclut par ailleurs quelques nouveautés, comme le support des claviers matériels et scanners de codes-barres, l’enregistrement vidéo ainsi qu’un dossier pour les assets images et polices. La version prend également en charge Firebase Dynamic Links et les appareils iOS 32 bits avec puces ARMv7.

Dans la foulée, Google a publié une nouvelle version de l’extension Flutter pour Visual Studio Code. Plusieurs nouveautés y sont présentes, comme la complétion de déclarations et la possibilité de lancer des émulateurs depuis l’IDE.

Copié dans le presse-papier !

Début mai, nous apprenions que le fabricant de smartphones préparait son introduction à la bourse de Hong Kong. Il devait alors lever 10 milliards de dollars, contre 6,1 milliards aujourd'hui, selon l'AFP.

« Xiaomi ne s'introduira dans un premier temps que sur la place hongkongaise, où il propose 2,18 milliards de titres au prix unitaire de 17 à 22 dollars hongkongais », détaillent nos confrères.  L'introduction se déroulerait le 9 juillet et valoriserait l'entreprise entre 54 et 70 milliards de dollars, en baisse par rapport aux 100 milliards évoqués début mai.

Parmi les investisseurs potentiels, China Mobile et le fabricant de puces Qualcomm. Selon South China Morning Post, les deux sociétés envisageraient d'investir 100 millions de dollars chacune. Le fonds CICFH Entertainment mettrait pour sa part 192 millions de dollars.

Copié dans le presse-papier !

Nous avons pu rencontrer des soucis de paiement dans les supermarchés de l'enseigne ces derniers temps. Selon iGen, cela viendrait d'un souci entre le géant américain et les acteurs de la grande distribution.

Une vérification systématique du solde ne serait ainsi pas toujours effectuée sur des comptes sans autorisation de découvert, comme ceux des néo-banques. Même si la façon de gérer les cartes bancaires par Apple Pay est en partie en cause, c'est le vendeur qui ne procéderait pas systématiquement à cette vérification.

La transaction peut donc lui être refusée, et l'argent ne pas lui être versé. Pour régler le problème, E.Leclerc a pour le moment bloqué les paiements mobiles selon nos confrères, d'autres prenant des décisions plus ou moins drastiques.

Une solution pourrait être trouvée d'ici l'été, pour une mise en place dans la foulée.

Copié dans le presse-papier !

Google fête l’été avec une nouvelle préversion de son Android Studio. La mouture 3.2 en approche officialise l’Android App Bundle, un nouveau format de distribution pour les applications Android

App Bundle se sert de la Dynamic Delivery, amenant un changement de taille (dans tous les sens du terme). Le fichier APK en sortie sera en effet davantage optimisé, plus petit et ne contiendra que les ressources nécessaires à un appareil en particulier. Un fonctionnement qui rappelle l’App Slicing chez Apple. Google assure qu’aucun changement de code n’est nécessaire.

La nouvelle bêta permet également de créer des instantanés (snapshots) depuis n’importe quel émulateur. Google promet une restauration de ces états en moins de 2 secondes. Les développeurs pourront par ailleurs préconfigurer un snapshot Android Virtual Device avec les applications et données qu’ils souhaitent.

L’Energy Profiler doit pour sa part faire la chasse aux pics de consommation d’énergie dans les applications. Les développeurs sont donc invités à surveiller l’impact sur les batteries de leurs créations, le Profiler relevant automatiquement les évènements en arrière-plan potentiellement liés aux pics.

Comme toujours, la bêta permettra de se faire une bonne idées des améliorations en approche, au prix d’éventuels bugs pouvant gâcher la fête.

Copié dans le presse-papier !

Dans une question écrite au gouvernement, le sénateur du Doubs, Jean-François Longeot, pointe la possible pénurie de fibre, qui pourrait ralentir (voire mettre en pause) le déploiement du très haut débit.

Il pointe la situation de départements en Bourgogne-Franche-Comté (la Côte-d'Or, le Jura, la Nièvre, la Saône-et-Loire et l'Yonne) qui ont pris du retard dans leurs déploiements, assurés par une société publique.

Le sénateur demande donc des solutions au gouvernement. Pour mémoire, face à la tension mondiale sur la fibre, l'Agence du numérique songe à recommander l'utilisation d'un autre type de fibre que celle habituellement utilisée pour connecter les habitations.

Pour l'Avicca, une association de collectivités, ce tour de passe-passe ne règlerait la question que quelques mois, en ouvrant des risques techniques et juridiques pour les réseaux publics (voir notre analyse). Fin mai, elle niait d'ailleurs tout arrêt des déploiements à cause de ce manque de fibre, refusant de parler de pénurie.