du 28 novembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le dernier barème publié au Journal officiel fait grincer des dents chez les fabricants et distributeurs du secteur, en particulier ceux spécialisés sur les modèles d’entrée de gamme. Des appareils plutôt dédiés aux personnes âgées ou à celles qui ne peuvent s’offrir un modèle plus évolué. Ces « feature phones », dans le jargon, offrent des fonctionnalités très limitées.

Plusieurs marques sont spécialisées sur ce segment dédié aux « séniors » : Doro, EasyPhone, Maxcom, Switel, Thomson. De grandes touches, une simplicité d’usage, une compatibilité avec les appareils auditifs et évidemment des capacités très faibles. Une poignée de Mo, extensibles via le lecteur de carte mémoire.

Seul hic, ces appareils, vendus à partir de quelques dizaines d’euros, disposent parfois d’un lecteur de fichiers musicaux. C’est là où les derniers barèmes votés au ministère de la Culture ont eu l’effet coup de massue chez les fabricants, comme nous l’a fait confié l’un d’eux.

Depuis le 1er octobre 2018, les téléphones « permettant d’écouter des phonogrammes ou de visionner des vidéogrammes » sont frappés de 4 euros de redevance copie privée lorsque leur capacité ne dépasse pas les 8 Go. Par comparaison, sur la même tranche, l’ancien barème était jusqu’alors de 70 centimes d’euro/Go. Soit une hausse de 471.43 % pour les premières marches.

Les téléphones d'entrée de gamme plombés en Commission Copie privée
chargement Chargement des commentaires...