du 21 novembre 2019
Date

Choisir une autre édition

Les satellites de la constellation Starlink font grincer des dents des astronomes

Libération revient sur le récent lancement de 60 satellites de la constellation Starlink de SpaceX, en combinant des retours d'astronomes sur Terre, mécontents, car ils tentaient d'examiner l'univers.

« SpaceX a lancé sa deuxième salve de 60 satellites le 11 novembre. Une semaine plus tard, ils n’avaient pas encore pris assez d’altitude pour devenir discrets dans le ciel et gênaient le travail des télescopes », expliquent nos confrères.

« On consacrait la deuxième partie de la nuit aux observations, et soudain on découvre toutes ces traces. On a réfléchi un peu et on a compris ce que c’était : la traînée de tous les satellites Starlink », explique Cliff Johnson. 

Clarae Martínez-Vázquez fait part de son mécontentement sur Twitter : « Nos clichés ont été gravement affectés par le passage de 19 satellites. Le train des satellites Starlink a duré plus de cinq minutes ! C’est déprimant… et pas cool ! ».

Face à ce problème, SpaceX a déjà annoncé qu'il allait...peindre en noir la face visible des satellites, mais c'est insuffisant pour les scientifiques : « Perdre cinq minutes d’observation n’est pas si grave, relativise Cliff Johnson. Mais si dans le futur on en arrive à perdre 30 ou 60 minutes en une nuit, ça représentera une grosse tranche de notre temps d’observation. Chaque minute est précieuse ».

Sur Twitter, un astronome demande à Elon Musk « d'arrêter de détruire notre ciel ».  Et on ne parle ici que du début de Starlink, qui doit à terme compter plus de 12 000 satellites, voire 42 000 si l'on en croit une demande récente de la société. 

chargement Chargement des commentaires...