du 06 juin 2019
Date

Choisir une autre édition

Au travers d’un rapport consacré à l’application des lois, le Sénat déplore une fois de plus l’absence de nombreux décrets d’application, à l’image de ceux prévus par la dernière loi relative aux « caméras-piétons ».

La Haute assemblée a néanmoins appris que le décret censé permettre aux sapeurs-pompiers d’expérimenter ces appareils embarqués avait été transmis pour avis à la CNIL « dans le courant du mois de mars ». Le ministère de l’Intérieur a ainsi assuré aux parlementaires que « des expérimentations pourraient être conduites, à compter du troisième trimestre 2019, dans une dizaine de départements ».

« Aucune procédure n'a en revanche été engagée s'agissant des surveillants de l'administration pénitentiaire », qui devraient eux aussi pouvoir recourir, à titre expérimental, à ces caméras en vogue notamment au sein de la police nationale.  

Les pompiers d’une dizaine de départements expérimenteront bientôt des « caméras-piétons »
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le fabricant a publié la liste des terminaux sur son forum, comme le rapporte XDA-Developers.

Au quatrième trimestre de cette année, neuf smartphones sont prévus : Xiaomi Mi 9, Mi 8, Mi 8 Screen Fingerprint Edition, Mi 8 Explorer Edition, Mi Mix 2S, Mi Mix 3, Mi 9 SE, Redmi K20 et K20 Pro.

Au premier trimestre 2020, les Redmi Note 7 et Note 7 Pro suivront. Pour rappel, les Mi MIX 3 5G et Mi 9 peuvent déjà accéder à la bêta d'Android Q.

Copié dans le presse-papier !

Les développeurs peuvent télécharger depuis hier soir les bêtas 2 de toutes les nouvelles plateformes présentées lors de la WWDC, y compris iPadOS dont les nouveautés suivent celles d’iOS 13.

On note quelques apports dans ces préversions, mais les testeurs seront surtout ravis d’apprendre que des profils spécifiques ont été mis en ligne contrairement à la première bêta, il n’est donc pas nécessaire pour un iPhone ou un iPad de télécharger le système complet et d’exécuter l’opération depuis un Mac avec Xcode 11 bêta ou Catalina.

Quelques nouveautés font leur apparition. Par exemple, Fichiers affiche désormais les partages réseaux SMB dans iOS 13 et iPadOS, suivant les promesses d’Apple de rendre l’application plus utile. Quelques nouveaux gestes avec les doigts apparaissent pour les Memojis (V de la victoire, doigts croisés…), Safari peut désactiver l’aperçu des liens et tvOS 13 a enfin son mode picture-in-picture.

Il s’agit pour l’instant de préversions réservées aux développeurs. Elles corrigent de nombreux bugs mais en contiennent encore beaucoup, avec des incompatibilités pour certaines applications, qui ne se lancent plus. Les bêtas publiques, qui devraient être plus fiables, sont attendues pour le mois prochain.

Copié dans le presse-papier !

Le décret de Donald Trump plaçant le Chinois sur liste noire a de lourdes conséquences pour ses clients, ses partenaires et lui-même. Le président et fondateur de Huawei estime que les pertes de son chiffre d'affaires sur l'année 2019 atteindraient 30 milliards de dollars.

Il ne s'attendait visiblement pas à ce que la volonté de « démolir » Huawei soit « aussi forte et omniprésente ». En cause, la fameuse liste noire sur laquelle se retrouve l'équipementier lui interdisant tout échange avec des sociétés américaines. Pour l'instant, il dispose d'un peu de répit avec une autorisation temporaire valable jusqu'à mi-août.

Un autre fabricant, américain cette fois-ci, en fait les frais : Broadcom. Lors de la publication de ses résultats trimestriels, il prévoit un chiffre d'affaires de 22,5 milliards de dollars pour 2019. C'est 2 milliards de dollars de moins qu'au premier trimestre, dont les résultats sont tombés le 14 mars, juste avant le décret.

Toujours dans les estimations pour l'année fiscale 2019, la marge d'exploitation est en baisse de 3 %

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, la version Mac de l’application To-Do a été mise en ligne dans l’App Store de macOS, après une semaine de « précommande » qui n’en était pas. Le bouton permettait simplement de réserver le téléchargement, qui se déclenchait alors automatiquement.

To-Do est pour rappel l’application de tâches de Microsoft, bâtie pour reprendre les fonctions de Wunderlist, que la firme avait rachetée. Les données sont synchronisées entre les versions, le client existant maintenant sur presque toutes les plateformes : Windows, macOS, Android, iOS et web.

L’application prend en charge les comptes multiples, synchronise les tâches avec Outlook, permet d’attacher des notes et des pièces jointes (jusqu’à 25 Mo) aux tâches, gère les étapes et les échéances, peut colorer les tâches, supporte les partages avec les contacts et affiche une vue « Ma journée » pour résumer ce qui reste à faire.

To-Do est gratuite et pèse un peu moins de 13 Mo. Notez que Wunderlist n’a pour l’instant aucune date de départ en retraite annoncée. Microsoft a confirmé plusieurs fois que l’application n’irait nulle part tant qu’elle ne serait pas certaine d’une parité fonctionnelle entre les deux.

Copié dans le presse-papier !

Il est désormais possible de consulter la liste des personnes ayant soutenu l’organisation d’un premier référendum d’initiative partagée, au sujet de la privatisation des Aéroports de Paris.

Comme l’avait réclamé la CNIL, il faut remplir un captcha avant de pouvoir accéder à chaque page de cette liste (classée par ordre alphabétique). L’objectif ? Éviter une extraction automatisée, notamment par des personnes malintentionnées. Cela n’a néanmoins pas empêché certains internautes de procéder à un comptage du nombre de soutiens. Benjamin Sonntag, par ailleurs co-fondateur de La Quadrature du Net, les a par exemple estimés à plus de 125 000.

Sont ainsi librement accessibles : le nom, le ou les prénoms et le lieu de vote de chaque électeur ayant apporté son soutien.

Un moteur de recherche est également proposé. Celui-ci est cependant destiné aux citoyens qui souhaitent par exemple vérifier que personne n’a « voté » pour eux. Il faut en effet fournir différentes informations dont seuls les intéressés disposent en principe : date et lieu de naissance, commune d’inscription sur les listes électorales, etc.

Cette liste sera consultable durant toute la période de recueil des soutiens (soit jusqu’au 12 mars 2020) et même au-delà, le temps que le Conseil constitutionnel rende sa décision arrêtant le nombre de soutiens définitivement exprimés en faveur de la proposition de loi référendaire. Les noms des électeurs seront accessibles jusqu’à dix jours après cette décision, puis détruits dans les deux mois.