du 09 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Si l’on en croit 9to5Mac – qui semble sûr de ses sources – la gamme iPad Pro 2018 à venir n’a plus grand-chose de mystérieux.

On retrouverait donc un écran bord à bord de type iPhone X, faisant disparaître au passage le bouton Accueil, comme sur les smartphones. Les bords ne seraient pas aussi fins cependant, un exigence tenant à la manière dont une tablette est tenue, les pouces débordant sur l’écran.

En outre, le même bord devrait héberger le capteur Face ID, obligatoire en cas de suppression du bouton Accueil. À la différence toutefois des iPhone X et Xs, Face ID serait ici capable de reconnaître l’utilisateur si l’iPad est utilisé en mode paysage. Un bon point, la tablette étant parfois utilisée en mode ordinateur portable, avec un clavier connecté.

Toujours selon nos confrères, une vraie surprise attendraient les clients de cet iPad : un port USB-C capable de relier la tablette à un écran 4K HDR. Dans les Réglages d’iOS, on trouverait alors de quoi modifier la résolution, la luminosité et autre pour cet écran externe.

Un nouveau Pencil ferait son apparition en même temps. Il serait capable de se connecter à l’iPad Pro en l’approchement simplement, à la manière des AirPods. Un Magnectic Connector, au dos de l’appareil, complèterait l’ensemble pour raccorder des accessoires, mais on n’en sait pas plus.

Les nouveaux iPad Pro 2018 et leurs bords fins seraient imminents
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après une phase de consultation organisée en début d’année, la Commission d’accès aux documents administratifs (CADA) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ont publié hier leur « guide pratique de la publication en ligne et de la réutilisation des données publiques ».

Ce document, à destination tant des administrations que des citoyens, fait un point sur les réformes impulsées notamment par la loi pour une République numérique de 2016 et le RGPD : obligations de mise en ligne, formats de données, etc.

Une « fiche pratique relative à l’anonymisation des documents administratifs » a également été diffusée. D’autres devraient suivre « ultérieurement », afin « d’apporter un éclairage spécifique sur d’autres thématiques en lien avec l’Open Data ».

Le fameux guide, attendu depuis 2016, sera mis à jour régulièrement « pour intégrer notamment les évolutions légales et jurisprudentielles ainsi que les éléments de doctrine développés par la CNIL et la CADA », précisent les deux autorités administratives.

Copié dans le presse-papier !

Au troisième trimestre, le fondeur revendique des revenus de 293,05 milliards de dollars taïwanais (environ 8,61 milliards d'euros), en hausse de 12,6 % sur un an et de 21,6 % sur trois mois.

Le bénéfice net est de 101,07 milliards de dollars taïwanais (environ 3,2 milliards d'euros), soit une augmentation de 13,5 % sur 12 mois et de 51,4 % par rapport au trimestre précédent.

Pour rappel, TSMC est actuellement sous le coup d'une plainte de GlobalFoundries qui demande à la justice américaine d'interdire l'importation de certains produits.

La société avait alors répliqué en demandant également à la justice de trois pays (États-Unis, Allemagne et Singapour) de stopper la production et d'interdire à la vente des produits GlobalFoundries. 

Copié dans le presse-papier !

Hier, le patron de Facebook a livré un long discours devant un parterre d'étudiants de l'université de Georgetown à Washington. Pendant plus d'une demi-heure, il est revenu sur de nombreux sujets d'actualité.

C'était notamment le cas d'une publicité controversée (avec de fausses informations sur Joe Biden) de Donald Trump pour sa réélection : « Nous ne vérifions pas les faits des publicités politiques. Nous ne faisons pas cela pour aider les politiciens, mais parce que nous pensons que les gens devraient pouvoir voir eux-mêmes ce que les politiciens disent ». 

Il s'est également prononcé en faveur d'une plus large liberté d'expression : « en cas de doute, nous devrions toujours pencher vers une plus grande liberté d'expression », comme le rapporte l'AFP. Il est également revenu sur le cas de la Chine qui construit son propre Internet D'autres sujets comme la question du respect de la vie privée et des données personnelles semblent par contre avoir été éludés. 

Copié dans le presse-papier !

Canonical a respecté les délais. Après la bêta fin septembre, la version finale vient d'être mise en ligne. On y retrouve évidemment le noyau Linux 5.3 (avec prise en charge des GPU Navi et des CPU Zhaoxin x86), GNOME 3.34, un nouveau thème Yaru GTK plus léger, le système de fichiers ZFS, etc. Les notes de versions sont disponibles par ici.

Parmi les autres changements, Ubuntu 19.10 n'a plus de version 32 bits, mais prend en charge le Raspberry Pi 4. Il ne s'agit pas d'une version LTS, le support est donc proposé pendant neuf mois, jusqu'en juillet 2020.