du 10 février 2020
Date

Choisir une autre édition

Les eurodéputés privés de « services biométriques »

« Il n'y a pas de projet de reconnaissance faciale au Parlement européen », a déclaré un porte-parole du Parlement après que le Guardian ait pu consulter une page de son intranet suggérant que la reconnaissance faciale pourrait être utilisée « dans le contexte de la sécurité et des services biométriques aux députés ».

Intitulée « l'intelligence artificielle pour de meilleurs services », la page expliquait comment ces technologies, y compris la reconnaissance faciale et la traduction assistée par l'IA, auraient « des conséquences sur les méthodes de travail, les processus, les profils du personnel et la passation de marchés de services ». 

Elle a été supprimée après que l'eurodéputée libérale néerlandaise Sophia in 't Veld, qui siège à la commission des libertés civiles du Parlement européen, et des syndicats du personnel, aient remis en question l'utilisation potentielle de la reconnaissance faciale au Parlement.

Le porte-parole a déclaré qu'il s'agissait d'« une version ancienne et obsolète » d'un « projet exploratoire » qui avait été « mal placé sur l'intranet du PE ».

D'après le Guardian, la Commission européenne devrait annoncer ce mois-ci l'interdiction de la reconnaissance faciale dans les gares, les stades et les centres commerciaux, pendant trois à cinq ans, afin de laisser aux régulateurs le temps d'évaluer son impact.

chargement Chargement des commentaires...