du 06 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Elon Musk a récemment présenté une mise à jour de son plan pour coloniser Mars et explorer le système solaire (lire notre compte rendu). Cette fois-ci, le vice-président Mike Pence est monté au créneau : « Nous enverrons des astronautes américains sur la Lune. Pas seulement pour laisser des empreintes de pas et des drapeaux, mais afin de construire les fondations nécessaires pour envoyer des Américains sur Mars et au-delà ».

Pour rappel, Donald Trump avait déjà fait part de son intention d’envoyer des hommes sur Mars : « Je crois que nous voulons le faire pendant mon premier mandat, ou au pire pendant mon second. Alors je crois qu'il va falloir que nous accélérions un peu ça ».

Des ambitions refroidies par le responsable des vols habités à la NASA (William H. Gerstenmaier) : « Je ne peux pas fixer de date à laquelle des humains pourront embarquer pour Mars, pour la raison qu’avec le budget actuel [...], nous ne disposons pas des systèmes nécessaires ».

Il faudra maintenant voir si le gouvernement américain se donnera les moyens suffisants pour mettre en œuvre cette promesse.

Les États-Unis veulent retourner sur la Lune, puis aller sur Mars
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après des bêtas en 2017, le service est maintenant disponible sur les ordinateurs pour 14,99 euros par mois, sans engagement.

La société rennaise explique que son offre est désormais disponible sur la Fire TV d'Amazon dans trois pays : France, Allemagne et Royaume-Uni. Le service permet d'accéder à « une centaine de jeux dont certains directement jouables avec la télécommande de la Fire TV ».

Blacknut prévoit ensuite d'étendre son service aux mobiles et tablettes, sans précision sur le calendrier.

Copié dans le presse-papier !

Le format semble en plein essor depuis qu'Apple l'a adopté par défaut dans iOS, pour des questions d'efficacité. Il est également supporté en lecture par Windows 10 depuis la récente April Update.

La nouvelle version de GIMP en profite donc, en import comme en export,

Cette mouture 2.10.2 corrige également 44 bugs, ajoute deux nouveaux filtres GEGL (Spherize et Recursive Transform), améliore la prise de captures sous Windows et le calcul d'histogrammes, et attire l'attention des développeurs sur la nouvelle documentation du XCF, le format de travail de GIMP.

Copié dans le presse-papier !

Après des années de disettes et de mauvaises nouvelles, le fabricant change (enfin) de braquet. Le constructeur a en effet annoncé des bénéfices de 6 milliards de dollars en 2017, et affirme désormais avoir obtenu le feu vert de l'ensemble des autorités pour la vente de sa division Memory.

Il espérait pour rappel la boucler avant le 31 mars (date de clôture de ses comptes), mais la Chine n'avait toujours pas donné son accord.

Toshiba a donc mis en place la procédure de vente avec K.K. Pangea afin que cette transaction se termine « aussi vite que possible ». Pour le moment, la date butoir est fixée au 1er juin.

Copié dans le presse-papier !

Le père de Windows compte se renforcer dans l'IA et rachète une start-up spécialisée dans le domaine. Elle travaille sur des systèmes permettant d'interagir de manière beaucoup plus naturelle avec un assistant numérique.

Microsoft ajoute qu'il va « créer à Berkeley un centre d'excellence de l'IA conversationnelle afin de repousser les limites de ce qui est possible ». Le montant de la transaction n'est pas précisé.

Cette annonce intervient juste après la conférence Google I/O (lire notre compte rendu) où l'intelligence artificielle et l'interaction avec les humains étaient justement au cœur des annonces.

Copié dans le presse-papier !

Notre système solaire comprend huit planètes (neuf pendant un temps avec Pluton), ainsi que de très nombreux astéroïdes et autres objets célestes. Parmi eux, l'astéroïde 2015 BZ509 est particulier : il s'agit du « tout premier corps du Système solaire dont l'origine extrasolaire est démontrée » affirme le CNRS.

Si l'astéroïde Oumuamua provenait lui aussi de l'extérieur de notre système solaire, il ne faisait que croiser notre route avant de repartir. « L'astéroïde 2015 BZ509, lui, est bien un membre permanent du Système solaire… mais il n'y serait pas né », c'est du moins la conclusion à laquelle sont arrivées Helena Morais, chercheuse (Unesp au Brésil), et Fathi Namouni (Laboratoire J.-L. Lagrange du CNRS) grâce à des calculs.

Si 2015 BZ509 est le premier astre du Système solaire dont l'origine extrasolaire a été identifiée, la liste pourrait bientôt s'allonger affirme le centre national de la recherche scientifique.