Les États de plus en plus friands de désinformation en ligne

C'est le constat du rapport Freedom on the Net 2017 de l'organisation Freedom House, qui étudie les pratiques des autorités de juin 2016 à mai 2017. Si l'ingérence russe dans l'élection de Donald Trump l'an dernier est l'élément le plus proéminent, la manipulation et la désinformation en ligne « ont joué un rôle important dans les élections d'au moins 18 pays l'an passé » selon l'organisation.

Sur les 65 pays étudiés, 30 s'y seraient adonnés, contre 23 l'année précédente. Le phénomène (via les commentaires payés et bots) serait plus difficile à détecter que certaines formes de censure, alors que les opposants à Donald Trump sont victimes de harcèlement en ligne outre-Atlantique.

La Chine reste le pays restreignant le plus les libertés en ligne, suivi de la Syrie et de l'Éthiopie. La coupure des réseaux mobiles devient d'ailleurs de plus en plus fréquente, en parallèle de l'Internet fixe, visant en premier lieu des minorités comme les Tibétains. De même pour la diffusion vidéo en direct, de plus en plus ciblée.

Des cyberattaques contre des opposants ont été détectées dans 34 pays. Des attaques physiques étant répertoriées dans 30 pays, contre 20 un an avant. L'organisation s'inquiète de la lutte croissante contre le chiffrement et les limitations grandissantes des réseaux privés virtuels (VPN) utilisés pour sécuriser des connexions.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les annonces se suivent et se ressemblent plus ou moins pour Virgin Hyperloop One et Hyperloop TT. Ce dernier a signé un accord pour une étude de faisabilité en Indonésie et un partenariat avec la Corée du Sud, quand le premier à un contrat avec l'émirat de Dubaï, la Finlande et va installer un centre de recherche à Toulouse.

Virgin Hyperloop One annonce aujourd'hui la signature d'un accord avec un nouveau pays : l'Inde. Là encore, pas de lancement commercial à l'horizon, mais des études de faisabilité dans les régions de Maharashtra et Karnataka. Le but étant toujours le même : mesurer l'impact de l'installation d'un système Hyperloop.

Quoi qu'il en soit, nous attendons toujours la première annonce concrète du lancement des travaux pour un système Hyperloop commercial grandeur nature.

Copié dans le presse-papier !

Facebook vient d'annoncer la mise en ligne d'une application dédiée à une communauté qu'elle veut chouchouter dans le cadre de sa bataille avec YouTube : les créateurs de contenu.

Elle a donc décidé de leur dédier cet outil leur permettant de proposer plus facilement des vidéos ou des directs, mais aussi d'accéder à des fonctionnalités communautaires ou aux statistiques plus directement. Une manière également de mieux séparer l'usage de Facebook, qui peut être personnel, de leur activité professionnelle.

L'application est pour le moment proposée uniquement sur iOS, Android sera concerné dans les prochains mois précise l'équipe. En attendant, un site regroupe des guides et conseils à destination de ces créateurs, qui peuvent aussi rejoindre un groupe Facebook spécifique.

Copié dans le presse-papier !

Le 22 novembre, Futuremark proposera un nouvel outil pour mesurer les performances d'un système dans le cadre d'une utilisation pour la réalité virtuelle.

Il s'agit de la scène Cyan Room qui sera proposée à travers VRMark. On y retrouvera un monde sous-marin, un peu à la manière de Bioshock, qui doit exploiter de manière plus exigeante les cartes graphiques, avec un rendu 5K.

Copié dans le presse-papier !

C'est le compte officiel YouTube TV qui l'annonce : le service « est maintenant disponible sur les Smart TV Samsung 2016 et 2017 ».

Pour rappel, YouTube TV est disponible sur Android TV (à l'exception de la Mi Box de Xiaomi), les Xbox One, S et X, ainsi que sur les Smart TV LG et Samsung de 2016 et 2017.

Google prévoit de « bientôt » déployer son service sur les versions 2014/2015, les TV Sony et Apple TV.

Copié dans le presse-papier !

Facebook vient d'annoncer la fin de plusieurs services qui étaient accessibles aux développeurs. Ils ne doivent ainsi plus être utilisés, et seront définitivement retirés à partir du 5 février 2018.

Certains seront ravis d'apprendre que la décision concerne les invitations d'applications. Vous savez, celles que vous envoient tous vos amis jouant à tous les jeux les plus débiles de la terre.

Il en est de même pour le bouton Like natif, les boutons Send et Follow, le Content Mirroring, etc. La liste complète est accessible par ici.

Facebook invoque un besoin de se concentrer sur des solutions qui « créent le plus de valeur pour les développeurs ». Une séance de Questions/Réponses est accessible à travers le groupe Facebook réservé aux développeurs.