du 14 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Les États de plus en plus friands de désinformation en ligne

C'est le constat du rapport Freedom on the Net 2017 de l'organisation Freedom House, qui étudie les pratiques des autorités de juin 2016 à mai 2017. Si l'ingérence russe dans l'élection de Donald Trump l'an dernier est l'élément le plus proéminent, la manipulation et la désinformation en ligne « ont joué un rôle important dans les élections d'au moins 18 pays l'an passé » selon l'organisation.

Sur les 65 pays étudiés, 30 s'y seraient adonnés, contre 23 l'année précédente. Le phénomène (via les commentaires payés et bots) serait plus difficile à détecter que certaines formes de censure, alors que les opposants à Donald Trump sont victimes de harcèlement en ligne outre-Atlantique.

La Chine reste le pays restreignant le plus les libertés en ligne, suivi de la Syrie et de l'Éthiopie. La coupure des réseaux mobiles devient d'ailleurs de plus en plus fréquente, en parallèle de l'Internet fixe, visant en premier lieu des minorités comme les Tibétains. De même pour la diffusion vidéo en direct, de plus en plus ciblée.

Des cyberattaques contre des opposants ont été détectées dans 34 pays. Des attaques physiques étant répertoriées dans 30 pays, contre 20 un an avant. L'organisation s'inquiète de la lutte croissante contre le chiffrement et les limitations grandissantes des réseaux privés virtuels (VPN) utilisés pour sécuriser des connexions.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Google déploie actuellement une modification pour les appareils sous Android 8.1 : la liste des réseaux Wi-Fi publics affiche un indicateur clair de la vitesse de chacun.

On trouve quatre indicateurs :

  • Lent : assez pour des appels en Wi-Fi
  • OK : assez pour la navigation web, les réseaux sociaux et le streaming musical
  • Rapide : assez pour la plupart des vidéos en streaming
  • Très rapide : assez pour le streaming vidéo en très haute qualité

Non qu'il s'agisse d'un changement révolutionnaire bien sûr, mais ces informations seront nettement plus claires que le classique « logo à ondes » qui donne surtout l'intensité du signal.

Deux facteurs limitent toutefois la fonctionnalité : sa disponibilité exclusive à Android 8.1 (qu'on ne trouve essentiellement que sur les smartphones de Google) et son incompatibilité avec les réseaux protégés. L'indicateur nécessitant un court test de performances, aucune donnée ne peut circuler en effet sans le mot de passe.

Copié dans le presse-papier !

Après la Turquie la semaine dernière, c'est donc au tour de l'Algérie d'être incluse dans les 25 Go data (en 3G) utilisables dans certains pays. Comme précédemment, seule la data est concernée, pas les appels et les SMS. Free Mobile affirme que « c’est la première fois qu’un opérateur inclut du roaming data depuis l’Algérie dans un forfait mobile grand public ».

Le trublion « s'amuse » même à comparer son offre avec celle d'un de ses concurrents. « À titre d’exemple, le prix des 25 Go chez Orange pour l’Internet mobile en roaming en Algérie est de plus de 340 000 euros (hors option et pass) dans le cadre de ses forfaits mobiles », en prenant 13,31 euros par Mo comme tarif de base. Certes, mais Orange propose aussi du roaming depuis Andorre, contrairement à Free qui facture 16 euros par Mo, ce qui lui avait d'ailleurs attiré les foudres de l'UFC-Que Choisir.

Bref, chacun choisira en fonction de ses besoins. Rappelons enfin que les opérateurs sont censés bloquer la consommation hors forfait en roaming au-delà d'une certaine limite (généralement 50 euros).

 

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, le groupe de Redmond annonce quatre nouveaux PC, par Lenovo et JP. Le premier inaugure ainsi le Lenovo 100e (Celeron Apollo Lake), commercialisé à 189 dollars aux États-Unis et 219 dollars ailleurs. Une version deux-en-un, le Lenovo 300e, est proposée à partir de 279 dollars.

Le constructeur JP, ciblant les marchés émergents, présente le Classmate Leap T303 (équipé de l'identification via Windows Hello) à 199 dollars et son frère deux-en-un, le Trigono V401, à 299 dollars.

Ces machines doivent donc cimenter l'emprise de Microsoft dans l'éducation, entre autres face à la poussée des Chromebook dans ce domaine. L'entreprise compte beaucoup sur son avance dans la réalité mixte, avec HoloLens. Elle annonce ainsi des partenariats avec des entreprises dans l'éducation, exploitant ses technologies de réalité mixte, et une baisse de prix temporaire pour les universités pour son casque maison.

Copié dans le presse-papier !

Important ajout chez Microsoft pour la version professionnelle de son service de stockage, et venant combler une absence que nous avions constatée dans notre dossier.

Files Restore ne peut fonctionner que si l'historique des fichiers est activé (ce qui est le cas par défaut). L'utilisateur peut alors restaurer n'importe quel fichier à un état précédent, tant qu'il ne dépasse pas les 30 jours. Tout aussi important, la fonction s'étend à l'ensemble du OneDrive, dont l'état total peut lui aussi être restauré, toujours dans une limite de 30 jours. Pratique dans le cas d'une fausse manipulation par exemple.

Microsoft vient donc braconner sur les terres de Dropbox, seul à proposer cette granularité dans ses offres Pro jusqu'à présent. La fonctionnalité est en cours de déploiement et peut mettre jusqu'à plusieurs semaines pour attendre tous les clients. Pour l'instant, rien n'est dit pour les utilisateurs gratuits de OneDrive.

Comme le fait remarquer Neowin, une telle fonction de restauration existait bien dans SharePoint, mais elle était dépendante du support technique. Selon les cas, il fallait donc parfois attendre deux ou trois semaines. 

Copié dans le presse-papier !

Jusqu'à présent, l'application du revendeur se contentait principalement de servir de relai afin de configurer les appareils exploitant l'assistant numérique Alexa (famille Echo).

Des mises à jour sont en cours de déploiement (sur Android d'abord, iOS dans un second temps) pour ajouter Alexa à… l'application Alexa : l'utilisateur peut désormais se servir de la reconnaissance vocale, comme avec une enceinte connectée.

Pour rappel, Google Assistant peut également être utilisé sur un smartphone depuis le début. Contrairement à ce dernier, il n'est par contre pas possible de lancer l'application Alexa avec des mots clés : il faudra l'ouvrir manuellement avant de profiter de l'assistant numérique.

Pour rappel, Alexa n'est toujours pas disponible en France et/ou en français.