du 31 janvier 2019
Date

Choisir une autre édition

Les Émirats Arabes Unis auraient espionné des personnalités publiques grâce à un outil de pointe

Selon Reuters, une équipe de cinq anciens opérateurs américains du renseignement travaille actuellement pour les Émirats Arabes Unis. Ils permettent au petit pays d’espionner des cibles préférentielles, grâce notamment à un puissant outil nommé Karma.

Le groupe, nommé Raven, aurait été capable grâce à lui de s’introduire dans les iPhone de centaines de personnages publics, Karma ayant été spécifiquement conçu pour les téléphones Apple. Il lui manque des capacités de haut niveau comme l’écoute en temps réel des conversations, mais il dispose d’un avantage conséquent : il ne réclame aucune action du détenteur de l’iPhone.

Parmi les cibles se trouveraient notamment l’émir du Qatar, la lauréate du Nobel de la Paix Tawakkol Karman, l’ancien Premier ministre de la Turquie Mehmet Şimşek et l’actuel ministre des Affaires étrangères du Sultanat d’Oman. Selon les sources de Reuters, Raven n’aurait qu’à indiquer le numéro de téléphone ou une adresse email dans son outil pour déclencher l’attaque.

Sans que l’on sache comment, le groupe aurait réussi en 2016 et 2017 à récupérer ainsi des photos, vidéos, emails, SMS ou encore positions géographiques. Karma aurait même été capable de voler les mots de passe enregistrés, débloquant alors de nouvelles possibilités. Tout juste apprend-on qu’une faille dans iMessage aurait été utilisée.

Comme dans de nombreuses autres révélations du même genre, notamment celles de Snowden sur la NSA et de WikiLeaks sur la CIA, on ne sait pas si l’outil est encore utilisé. Leur durée de vie est souvent de quelques années, quand les failles finissent par être colmatées ou que le niveau global de sécurité augmente.

Les Émirats Arabes Unis, Apple ou les ambassades américaines dans les pays concernés n’ont pas souhaité commenter l’affaire. Cette dernière n’est d’ailleurs pas tant importante pour les capacités de Karma, finalement dans les mêmes tons que les multiples informations déjà obtenues sur le petit monde du renseignement.

Cependant, Raven et Karma montrent une redistribution des cartes quand il s’agit de guerre de l’information. Si les Émirats Arabes Unis peuvent se payer une équipe et des outils de pointe, leurs capacités d’espionnage deviennent alors – dans l’absolu – équivalentes à des puissances comme les États-Unis, la Russie ou la Chine.

Par ailleurs, une grande zone d’ombre persiste. Le fait que Raven soit constitué d’Américains laisse présager une relation trouble entre les États-Unis et les Émirats Arabes Unis. On ne sait pas pour l’instant si les cinq anciens opérateurs ont été envoyés par leur agence, ou s’il s’agit d’une « reconversion professionnelle ».

chargement Chargement des commentaires...