du 13 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Depuis hier, Google met à disposition des ingénieurs en machine learning (ML) une préversion de ses Cloud TPU (TensorFlow Processing Unit). Chaque TPU est réalisé pour rappel à partir de quatre puces ASIC et fournit une puissance de 180 TFLOPS.

Ces TPU sont utilisables à travers la Google Cloud Platform et doivent améliorer largement la rentabilité de chaque dollar dépensé dans des solutions et modèles ML. Google cite plusieurs avantages, dont celui de ne pas attendre pour lancer des opérations, ainsi que la faculté d'entraîner plusieurs variantes du même modèle pour sélectionner le plus efficace.

La solution est évidemment conçue pour accompagner TensorFlow, le framework maison pour le machine learning. Le tarif est actuellement de 6,5 dollars par TPU et par heure, avec facturation à la seconde. Le nombre de Cloud TPU est cependant limité actuellement, et les développeurs devront peut-être attendre leur tour.

Les Cloud TPU de Google disponibles en bêta pour le machine learning
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite par le spécialiste Troy Hunt sur son blog. Il explique que plus de 12 000 fichiers pour un poids total de 87 Go étaient accessibles sur MEGA.

Il a identifié près de 2,7 milliards lignes contenant des adresses email et des mots de passe, pour environ 1,1 milliard de combinaisons uniques. Ils proviennent de centaines de fuites de données différentes, certaines remontant à près de 20 ans.

Dans le détail, le chercheur décompte plus de 772 millions d'adresses email uniques et 21 millions de mots de passe différents. Bien évidemment, toutes ses informations ont été intégrées dans le service Have I Been Pwned permettant de savoir si son adresse email ressort dans des fuites de données.

Sachez enfin que Collection #1 est le nom de la fuite donnée par Troy Hunt.

Copié dans le presse-papier !

Le service de streaming musical a lancé, fin décembre, une application proposant jusqu’à 30 000 stations, sans publicité supplémentaire. Pour le moment uniquement outre-Manche.

Elle est utilisable sans inscription et, Deezer oblige, permet d’identifier directement les morceaux écoutés. Les chansons aussi présentes dans le catalogue de Deezer peuvent être sauvegardées dans les favoris, à condition de disposer d’un compte.

Copié dans le presse-papier !

L’éditeur avait prévenu, c’est maintenant chose faite dans la branche de développement 19H1 disponible via le programme Windows Insider. Désormais, le champ de recherche ne s’occupe que de ça, tandis que la fonction Cortana est accessible depuis une icône juste à droite.

Microsoft assure que cette séparation permettra de se concentrer sur la meilleure expérience utilisateur possible pour chacune des deux fonctions. Elle correspond surtout à une volonté de repositionner Cortana en assistant de productivité, plutôt que comme simple assistant vocal. L’éditeur semble penser que la bataille est déjà gagnée par Alexa, Google Assistant et Siri.

Cette nouvelle 18317 inclut d’autres améliorations, dont un processus séparé pour le menu Démarrer, qui gagnera donc en fiabilité. La fonction était jusqu’ici présente dans ShellExperienceHost.exe. Microsoft dit avoir observé pendant ses tests des gains substantiels, notamment en matière de réactivité.

La gestion des polices est également simplifiée dans les nouveaux Paramètres. Les nouvelles peuvent ainsi s’ajouter par glisser/déposer depuis l’Explorateur ou le bureau. L’installation se fait par utilisateur, sans élévation de privilèges. Un bouton spécifique permet au contraire de rendre la police disponible pour les autres comptes de la machine.

Rappelons que la branche 19H1 actuelle doit mener à la prochaine mise à jour majeure de Windows 10. Si Microsoft garde son rythme et sa nomenclature, elle devrait être finalisée en mars pour une distribution en avril, et s’appeler April 2019 Update. On espère que l’éditeur aura résolu ses soucis de qualité, après une année 2018 bien difficile.

Copié dans le presse-papier !

Le 18 juin dernier, le président des États-Unis demandait « au Département de la Défense et au Pentagone de commencer immédiatement le processus nécessaire pour établir une force spatiale en tant que sixième branche des forces armées ».

Il n'en fallait pas plus pour que Netflix se lance dans l'aventure, à sa manière. Dans cette fiction, la plateforme explique que le but de la Space Force est de défendre les satellites et l'espace de toutes formes d'attaques : « c'est l'histoire des hommes et des femmes » derrière cette sixième force de l'espace.

La série est réalisée par Greg Daniels et Steve Carell (The Office). Aucune date de sortie n'est annoncée, Netflix indique simplement un « coming soon ».

Copié dans le presse-papier !

En novembre dernier, le revendeur annonçait Neural TTS (NTTS) ou Neural Text-To-Speech. Basée sur l'intelligence artificielle, elle permet d'avoir « une voix plus naturelle et, en fonction du contexte, permet à Alexa d’adapter également son style de voix ».

Outre-Atlantique, lorsque vous demandez à Alexa quelles sont les dernières nouvelles, l'intelligence artificielle sait désormais « quels mots ou quelles phrases doivent être accentués pour une présentation plus réaliste des informations ».

Des exemples avec différentes voix sont disponibles par ici.