du 28 septembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Les bêtas d'Ubuntu 18.10 et de ses variantes sont disponibles

Avec une sortie prévue pour octobre, il était temps que Canonical publie les bêtas de la prochaine Ubuntu. C’est chose faite, ainsi que pour toutes les variantes habituelles : Kubuntu, Lubuntu, Ubuntu Budgie, Ubuntu Kylin, Ubuntu MATE, Ubuntu Studio et Xubuntu.

De son petit nom Cosmic Cuttlefish, Ubuntu 18.10 embarque un nouveau thème par défaut (Yaru), GNOME 3.30, le kernel Linux 4.18, de nombreuses optimisations venues du compilateur GCC 8, le serveur X.org 1.20 (utilisé par défaut, Wayland étant pour plus tard), un meilleur support des GPU AMD et l’inévitable mise à jour générale des paquets.

Côté édition Server, le nouvel installeur texte Subiquity est maintenant en place. Canonical met cependant toujours à disposition des images ISO basées sur l’installeur Debian

Certaines variantes ont leurs propres nouveautés bien sûr. Budgie bascule ainsi de Chrome à Firefox comme navigateur, après un vote écrasant (75 %) de la communauté. La distribution abandonne également TLP pour la gestion de l’énergie, estimant que les apports du kernel 4.18 remplissent largement leur mission.

Lubuntu franchit également un cap important : elle abandonne le traditionnel environnement LXDE au profit de LXQt. Ce dernier est né d’une fusion entre LXDE et Razot-Qt. Principale différence, détectable dans le nom du « nouveau » venu : LXQt est basé sur Qt5, alors que LXDE repose sur GTK.

Comme d’habitude, l’installation d’une bêta peut réserver son lot de surprises (comprendre de bugs). Il est donc recommandé de ne pas installer le système sur une machine stable ou de production. Ce, même si Canonical fournit une procédure pour passer de l’actuelle version stable 18.04 à la 18.10 bêta.

Rappelons en outre qu’Ubuntu ne gère plus que les processeurs x64 sur PC. D’autres variantes, comme Lubuntu, se montrent plus souples et prennent encore en charge les anciens processeurs 32 bits

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société s'est retrouvée à la une de nombreux médias ces dernières semaines grâce à sa version low cost du Thermomix de Vorwerk. La raison ? Elle est désormais disponible en France, allant jusqu'à créer des bousculades en magasin face au manque de stock.

Mais aucun des nombreux tests n'avait relevé un élément pourtant visible de l'extérieur : un micro est intégré en complément d'un petit haut-parleur. Une « découverte » qui a ému sur les réseaux sociaux hier, faisant réagir la marque.

Les micros se sont fait une place croissante dans nos appareils du quotidien, des PC aux smartphones en passant par les enceintes et autres objets connectés. Problème : sa présence n'était pas mentionnée dans la fiche technique.

Si l'on devait retenir un enseignement de cette « affaire », c'est que LIDL est meilleur pour organiser les buzz que pour gérer sa communication de crise. Il suffit de voir les différentes positions, parfois contradictoires, publiées chez BFM ou Les Numériques.

Finalement, un communiqué de presse a été diffusé, relayé par Numerama. On y apprend que le micro est là pour de futures fonctionnalités comme la commande vocale. Aucune date n'a été donnée.

Espérons au passage que les mises à jour de sécurité basiques seront effectuées. Comme de nombreux appareils à bas prix avec une interface tactile, il ne s'agit que d'une simple tablette sous une vieille version d'Android (6.0).

Espérons que cette présence constante des micros dans nos vies incite certains à se poser des questions, alors que des usages détournés et abusifs, qui ne sont pas que du fait de pirates malintentionnés, sont parfois mis en lumière.

On pourrait en effet imaginer une obligation légale de mentionner la présence d'un micro ou d'intégrer un interrupteur coupant physiquement son fonctionnement dans les objets connectés. Un mécanisme dont le robot de LIDL est malheureusement dépourvu.

Copié dans le presse-papier !

Après le partenariat signé avec Orange en France, on s'attendait à ce qu'il s'étende, mais cela n'a pas été le cas. A la place, le FAI français a annoncé sa propre initiative, concurrente, visant le marché B2B.

C'est donc finalement Proximus qui est le premier opérateur à intégrer le service de « PC dans le cloud » de Blade à son offre.  

Les détails n'ont pour le moment pas été dévoilés, l'offre devant être lancée en septembre. Mais un tel partenariat est une bonne nouvelle pour la startup française et son développement à l'étranger.

Copié dans le presse-papier !

La grande finale nationale se déroulait hier à Grenoble. Comme son nom l'indique, le principe est de ne laisser que trois minutes aux doctorants pour présenter leur sujet de recherche sur des sujets pointus.

Tom Mébarki est le grand gagnant : il remporte la première place et le prix du public. Il a présenté « La “folie organisée” dans l’opéra buffa rossinien. Vers une transhistoire du son ». Il représentera donc la France lors de la finale internationale à Dakar en septembre.

Leah Vandeveer est deuxième avec « la phonologie des consonnes rares : une approche typologique », tandis qu'Apolline Chabenat prend la troisième place avec la « modification des polymorphismes liés aux défenses vis-à-vis des prédateurs par des médicaments psychotropes chez un céphalopode et un décapode ».

  1. Revoir la finale de « Ma thèse en 180 secondes »
Copié dans le presse-papier !

Alors que le téléphone pliable devait sortir fin avril, Samsung a repoussé son lancement à la dernière minute. En cause, des retours des premiers tests pas vraiment reluisants au niveau de l'écran et de la charnière. Des rumeurs évoquaient deux changements, mais rien d'officiel jusqu'à présent.

Fin mai, faute de nouvelles concrètes, Best Buy annulait l'ensemble des précommandes. L'opérateur AT&T emboîte le pas à la chaîne de boutiques et prévient ses clients par email en ajoutant qu'ils devraient recevoir un bon de 100 dollars, comme le rapporte Tom's Guide.

Copié dans le presse-papier !

Après un « teaser » en avril, Pathé a mis en ligne une bande-annonce pour Playmobil Le Film. Après un plongeon dans le monde des Lego, c'est au tour des figurines articulées de prendre vie. Le film sortira le 7 août.

Voici le synopsis : « Lorsque son petit frère Charlie disparaît dans l'univers magique et animé des Playmobil, Marla se lance dans une quête hors du commun pour le retrouver ! C'est le début d'une aventure pleine d'action et d'humour où Marla fera des rencontres inoubliables ».

Lino DiSalvo est aux commandes. Il s'est déjà illustré en tant qu'animateur dans Volt, Raiponce et La Reine des Neiges pour ne citer que ceux-là. Kad Merad, Franck Dubosc, Jérôme Commandeur et Jenifer prêtent leurs voix.