du 12 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Le fabricant les avait déjà présentées au CES 2016 de Las Vegas. Elles disposaient alors de bandes de chaque côté qui pouvaient changer de couleur en fonction de vos envies.

La disponibilité était annoncée pour fin 2016, mais c’est finalement fin 2017 qu’elles arriveront sur le marché. C’est en tout cas ce qu’affirme le PDG de la société, François Feijoo, à nos confrères des Echos.

Cette série limitée à 150 paires sera vendue fin novembre dans le magasin du Forum des Halles à Paris, pour 289 euros. « Cette basket va évoluer. Aujourd'hui, elle est tournée vers la mode, demain elle proposera d'autres services, c'est un début » ajoute-t-il, sans donner plus de détails.

Les baskets connectées d’Éram disponibles fin novembre, pour 289 euros
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Fin mars, le fabricant lançait trois smartphones : les P20 Lite, P20 et P20 Pro. Bien différents, ils sont proposés à des tarifs allant de 300 à plus de 700 euros environ.

Le fabricant semble très satisfait du démarrage des ventes. En moins de trois mois, il revendique en effet avoir écoulé « six millions d’unités à travers le monde, en croissance de 81 % par rapport aux ventes de la gamme P10 ».

Huawei ne précise par contre pas la répartition des ventes smartphone par smartphone.

Copié dans le presse-papier !

Un site web spécialement conçu « peut exécuter en arrière-plan un simple script collectant des données de localisation précises sur les personnes disposant d'un appareil Google Home ou Chromecast installé n'importe où sur leur réseau local » expliquent Brian Krebs et Craig Young de Tripwire.

Pour arriver à leur fin, ils utilisent la fonction permettant aux produits Google de scanner les réseaux Wi-Fi aux alentours. « La seule vraie limitation est que le lien doit rester ouvert pendant environ une minute avant que l'attaquant n'obtienne l'emplacement » précisent les chercheurs, vidéo de démonstration à l'appui.

Contrairement à une adresse IP qui ne donne généralement qu'une position assez vague, celle issue des réseaux Wi-Fi est bien plus précise. Dans le cas de la maison d'un des chercheurs, elle passe de 5 km environ à moins de 10 mètres. Cette information peut ensuite être utilisée afin de proposer une publicité toujours plus ciblée, comme nous l'avons déjà expliqué.

Selon Krebs, Google n'avait pas prévu de corriger ce « bug » lorsqu'il a été signalé par Craig Young en mai, précisant qu'il s'agissait d'un « comportement prévu ». La société s'est depuis ravisée et devrait déployer un correctif, probablement mi-juillet.

Copié dans le presse-papier !

Le partenariat stratégique, annoncé hier, doit mener à des actions communes, dont le développement de la vente au détail aux États-Unis, en Europe et en Asie du Sud Est. Les deux sociétés comptent monter une infrastructure « de prochaine génération », pour une expérience d'achat personnalisée, sans friction.

Des produits vendus par JD.com sont aussi censés arriver dans Google Shopping. Avec cet investissement, Google obtient un peu moins de 1 % des parts de l'e-commerçant. Il ne s'agit pas pour autant d'une incursion directe des services de Google en Chine, où ils sont toujours bloqués, rappelle Reuters.

JD.com est l'un des géants chinois de la vente en ligne. Du 1er au 18 juin, lors d'une des grandes périodes de vente de l'année, la société dit avoir battu son record de chiffre d'affaires, de plus de 17 milliards d'euros.

Copié dans le presse-papier !

S'il est assez rare qu'Orange communique officiellement sur sa très chère marque Parnasse, cette annonce était attendue. La marque très « haut de gamme » de l'opérateur propose désormais des « solutions de sécurisation du mobile et des communications jusque là réservées aux entreprises ». Deux options payantes sont proposées.

Tout d'abord, le chiffrement des communications mobiles de bout en bout (voix, visiophonie, messagerie instantanée) à partir de 70 euros par mois pour deux licences. Ensuite, la « sécurisation du mobile » agissant « tel un agent transparent et actif en permanence » dès 35 euros par mois pour un terminal. De plus amples informations sont disponibles par ici.

Pour le moment rien n'indique que ce genre de service sera par la suite proposé aux clients Orange (sans parler de ceux de Sosh).

Copié dans le presse-papier !

Comme ce fut le cas en France, l'opérateur a envoyé des emails à ses clients pour les informer qu'un accès non autorisé avait été identifié sur un serveur de test contenant des données personnelles. Orange explique à Techzine qu'elles « ont fini sur le serveur de test en raison d'une erreur humaine d'un sous-traitant ».

Parmi les informations ayant fuité : nom, prénom, adresse postale, adresse e-mail, numéro de téléphone, numéro de carte d'identité, numéro de registre national et/ou numéro de compte, mais aucune donnée bancaire.

Bien évidemment, « Orange a immédiatement pris toutes les mesures techniques pour bloquer cet accès, empêcher l'accès aux données et renforcer la sécurité de tous ses serveurs ».

Comme toujours, le risque est une attaque par phishing de personnes malveillantes essayant de se faire passer pour Orange Belgique.