du 12 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Legion 730 et 530 de Lenovo : deux portables, deux tours et deux « cubes »

Le fabricant profite de l'E3 pour présenter ses portables Legion Yx30, les ordinateurs de bureau au format tour Tx30 et les PC cubiques Cx30. Suivant une des tendances du Computex, des LED RGB sont présentes sur certains modèles.

C'est notamment le cas du Legion Y730 avec clavier rétroéclairé et des LED au niveau des aérations, l'ensemble étant pilotable via le logiciel iCUE de Corsair. Les Y730 et Y530 disposent d'une GeForce GTX 1050 Ti (pas de certification Max-Q), d'un processeur de 8ème génération et d'un écran à 144 Hz en option.

Comptez 1 249,99 dollars minimum pour le Y730 en version de 17 pouces et 1 179,99 dollars en 15,6 pouces, disponible à partir de septembre. Le Y530 sera vendu à partir de 929,99 dollars dès ce mois de juin. Une vidéo de présentation est disponible par ici.

Les Legion T730 et T530 sont au format tour (28 litres), avec là encore des couleurs. Le T730 dispose en plus d'une paroi transparente et d'un système RGB à l'intérieur. GTX 1060 et CPU Intel de 8ème génération sont au programme. Les deux ordinateurs seront disponibles en août, à partir de 829,99 dollars pour le T530 et de 929,99 dollars pour le T730.

Enfin, les Legion C730 et C530 sont des ordinateurs dans un boîtier cubique de 19 litres, avec un panneau supérieur transparent sur le C730. La configuration CPU/GPU reste la même que sur les Tx30. Il en est de même pour les prix et la disponibilité.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La carte se distingue des autres modèles de la gamme Turing de par son format et son TDP, de 75 watts seulement.

Elle est pensée pour les calculs d'inférence et autres besoins en machine learning via RAPIDS. Elle vise surtout à proposer une alternative aux solutions basse consommation comme les Movidius d'Intel par exemple.

NVIDIA se dit très heureux de l'accueil fait à ce modèle, déjà intégré dans 57 designs. Il gagne surtout un allié de poids avec Google qui la propose au sein de son offre Cloud.

Elle n'est pour le moment disponible que via un programme d'accès anticipé limité. Aucune date de commercialisation n'a été donnée, pas plus que les tarifs qui seront proposés.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a présenté hier les grandes lignes de la version 8.0 de C#, son langage star, notamment pour tout ce qui touche à .NET.

Parmi les grandes évolutions prévues, signalons les types nullable reference – qui ambitionnent d’en finir avec les NullReferenceException, très courantes – les flux asynchrones, les types Index et Range (deux Index), les modèles récursifs ou encore les expressions switch.

La plupart des fonctionnalités seront utilisables avec toutes les versions de .NET. D’autres seront spécifiques à .NET Standard 2.1. En préparation lui aussi, il constituera le socle de .NET Core 3.0 et des prochaines moutures de Xamarin, Mono et Unity. L’actuel .NET Framework 4.8 ne sera donc pas compatible (ancienne branche).

Copié dans le presse-papier !

« Parmi toutes les particules élémentaires qui constituent la matière, les neutrinos sont les plus mystérieuses » explique le Centre national de la recherche scientifique.

L'existence des neutrinos a été prédite en 1930, puis confirmée en 1956. Depuis, les scientifiques multiplient les expériences pour en apprendre davantage. S'ils ont découvert de nombreuses propriétés de ces particules, « bien des questions les concernant demeurent encore aujourd’hui, dont les réponses promettent de révolutionner nos connaissances sur la matière et l’Univers », excusez du peu.

Problème, ils se font relativement discrets : « Produits au cœur des étoiles lors des réactions de fusion nucléaire, ou dans l’atmosphère sous l’effet de la collision des rayons cosmiques, les neutrinos sont à la fois très abondants mais aussi très discrets : ils interagissent si peu avec la matière qu’ils traversent tout sur leur passage ».

À titre d'exemple, des « milliards de neutrinos nous traversent toutes les secondes sans produire le moindre effet, et seul un neutrino sur dix milliards traversant la Terre parvient à interagir avec un atome ».

Copié dans le presse-papier !

Nos confrères continuent de démonter à tour de bras les nouveaux produits Apple, et c'est maintenant au tour de l'iPad Pro de 11" d'être mis à nu. Verdict : il est toujours aussi compliqué d'effectuer des réparations soi-même.

L'utilisation importante d'adhésif est le principal point noir relevé par nos confrères. Ils notent par contre que le port USB Type-C est modulaire et peut donc être remplacé de manière indépendante. Ils ajoutent que l'absence de bouton d'accueil physique limite les risques de panne et simplifie les réparations.

Dans tous les cas, la note finale n'est que de 3 sur 10, soit un point de plus que l'iPad Pro de 10,5".

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, nous évoquions le possible blocage de Linux sur les Mac récents équipés de puce T2. Pour rappel, celle-ci concentre de nombreuses fonctions de sécurité et s’occupe notamment du chiffrement (AES-256) quand FileVault est actif et du stockage des empreintes pour Touch ID (enclave sécurisée).

Il apparaît que cette puce ne bloque a priori pas les installations de Linux. Nous avions relevé la fameuse option dans l’UEFI des Mac pour couper Secure Boot qui, à l’instar des machines Windows, réclame de reconnaître le certificat de sécurité du système pour contrôler l’intégrité de la chaîne de démarrage. Apple n’en fournit que deux, pour macOS et Windows (via Boot Camp).

Il semblait donc logique que désactiver le Secure Boot débloque les autres systèmes, dont Linux. Pourtant, plusieurs sites et témoignages indiquaient que l’opération restait très complexe, l’unité de stockage n’étant plus visible.

Mais il faut rappeler que la puce T2 dans les Mac n’a pas attendu les derniers MacBook Air et mini pour s’insinuer dans les machines d’Apple. L’iMac Pro en est par exemple équipé, et nos confrères de MacGeneration rappellent qu’ils ont pu y installer Linux.

Il y a potentiellement des bugs liés au matériel le plus récent, ou peut-être des erreurs d’appréciation dans les manipulations, mais Linux doit en théorie pouvoir être installé.