du 12 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Lancés lundi, les Core i5-9600K, i7-9700K et i9-9900K étaient disponibles pour 340, 550 et 560 euros chez LDLC en début de semaine. Ce, alors qu'ils avaient été annoncés à 262, 374 et 488 dollars.

Mais les choses semblent empirer. En effet, tant LDLC et ses sites annexes que Top Achat affichent désormais ces puces aux alentours de 380, 550 et... 700 euros. Pour rappel, on trouve des Ryzen Threadripper 1950X à 16 cœurs pour un peu plus de 750 euros.

Une inflation de 25 % tout de même pour l'i9, qui pourrait s'expliquer par la faible disponibilité de ces puces qui doivent venir contrer l'offre d'AMD. La différence entre les 9700K et 9900K se situe surtout dans l'activation de l'HyperThreading, de 4 Mo de cache et 100 MHz supplémentaires côté Turbo.

Intel se vantait lors de son annonce d'avoir le processeur le plus rapide au monde pour les jeux vidéos, c'est aussi (et de loin) le plus cher. Reste à voir lors des premiers tests le nombre de fps qu'il sera possible de grapiller pour ce prix.

En attendant, on ne peut que vous déconseiller l'achat de ces processeurs, en attendant un retour à la normale.

Le tarif du Core i9-9900K explose chez les revendeurs
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Nos confrères de Reuters expliquent que cette fonctionnalité doit « créer automatiquement des publicités ciblant le public en temps réel ». Une pratique déjà en place chez Google et Facebook.

La publicité dynamique va en fait sélectionner automatiquement des produits dans les catalogues des annonceurs pour ensuite les diffuser en fonction des centres d'intérêt des utilisateurs ; sans avoir besoin de créer des publicités pour chaque produit individuellement.

Copié dans le presse-papier !

C'est en tout cas ce qu'affirme le Financial Times en se basant sur des sources proches du dossier. Aucun processus formel ne serait lancé pour l'instant, Verizon tâterait le terrain à la recherche groupes intéressés.

Créé en 2005 par Arianna Huffington, Kenneth Lerer et Jonah Peretti, le Huffington Post est tombé dans l'escarcelle d'AOL en 2011, avant de passer entre les mains de Verizon, qui possède aussi TechCrunch et Engadget.

Copié dans le presse-papier !

Le député Sébastien Chenu (non inscrit, porte-parole du Rassemblement national), a déposé une proposition de loi « visant à une meilleure sensibilisation contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement ».

Il propose deux mesures principales : d’une part, obliger le chef d’établissement à signaler au référent académique tout « fait avéré de harcèlement ou de cyberharcèlement dont un élève est victime ou coupable ».

D’autre part, faire organiser au sein de chaque établissement une réunion annuelle « regroupant élèves, parents d’élèves et personnels éducatifs (…) afin de sensibiliser et informer contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement. »

L’éducation nationale a déjà plusieurs procédures en réponse à ces faits : plan de prévention, numéro d’écoute et de prise en charge au service des familles et des victimes (le 3020 et le 0800 200 000, dédié) et site et protocole dédiés. 

Copié dans le presse-papier !

« L'action du Gouvernement est aujourd'hui trop peu lisible pour les citoyens: multiplicité d'émetteurs, manque de coordination entre les différentes initiatives de communication ministérielle, usage de jargon et de nombreux acronymes dans la communication grand public »

Voilà ce qu’indique une circulaire signée le 14 octobre dernier par le Premier ministre. Dorénavant, le SIG ou service d’information du gouvernement, verra son rôle renforcé et  centralisé. 

Il sera notamment chargé de « connaître l'état de l'opinion publique, dans les médias comme sur les réseaux sociaux », de « conseiller les ministères et opérateurs à ce sujet », d’ « identifier les messages-clés, puis préparer avec les ministères concernés les actions de communication les plus adaptées ».

Autres missions, « bâtir une stratégie de communication adaptée aux publics visés en évaluant, par exemple, la pertinence de la création de sites internet » et « réagir aux fausses informations fortement relayées sur internet ».

Enfin, il aura à veiller « à ce qu'une analyse de la performance des actions de communication soit menée au cas par cas », tout en garantissant « la cohérence de la « marque » gouvernementale ».

Surtout, les directions de la communication des ministères devront impérativement solliciter une autorisation du SIG lorsqu’elles envisagent de réaliser une étude d’opinion, une opération de communication ou encore refondre ou créer un site ou un compte sur les réseaux sociaux. 

Selon la circulaire, « un audit de l'IGA, l'IGF et l'IGAS de juillet 2018 relatif à la communication gouvernementale a établi la coexistence, dans la sphère gouvernementale, d'un ensemble disparate de près de 1 500 sites internet différents et de 1 800 comptes sur les réseaux sociaux ».

Copié dans le presse-papier !

WarnerMedia a conclu un accord exclusif avec GKids, distributeur américain du studio Ghibli aux États-Unis, comme l'indique Variety

« Nous sommes ravis de travailler avec HBO Max afin d’apporter la collection complète des films de Studio Ghibli aux téléspectateurs américains », affirme Koji Hoshino, président des studios Ghibli. Le lancement outre-Atlantique est prévu pour le printemps. 

C'est un changement de paradigme pour le studio, qui ne misait jusqu'à présent que sur les DVD/Blu-Ray et le cinéma. Hayao Miyazaki et Ghibli étaient en effet réticents à diffuser leurs films en streaming.

Cette annonce est tout de même surprenante puisque le contraire avait été annoncé pas plus tard que la semaine dernière : « Le Studio Ghibli ne propose pas ses films sous forme numérique, que ce soit en téléchargement ou en streaming, dans le monde entier [...] Ils continuent de croire que la présentation est vitale », affirmait mardi dernier GKids à Polygon.