du 06 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Après avoir lancé son service de cloud gaming en bêta payante (à 14,99 euros par mois) la start-up rennaise Blacknut vient de lancer une phase de test ouverte et gratuite, ce jusqu’à début 2018.

La plateforme, accessible depuis un PC (sous Windows) ou certaines TV connectées Samsung, propose aujourd’hui un catalogue d’une cinquantaine de jeux très grand public et vise la centaine au moment de son lancement officiel.

« Nous ne visons pas les hardcore gamers avec notre offre, mais plutôt un public familial, qui ne souhaite pas forcément investir dans du matériel dédié au jeu », nous a confié Olivier Avaro, fondateur de Blacknut, lors de la Paris Games Week.

Du côté de la connexion requise, l’entreprise recommande un accès fibre, mais précise qu’un ADSL à plus de 10 Mb/s offre déjà des résultats satisfaisants.

Le service de cloud gaming Blacknut en bêta ouverte gratuite
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La Las Vegas Convention and Visitors Authority (LVCVA) valide ce contrat avec la société d'Elon Musk, comme le rapporte The Verge.

Le but est de construire deux tunnels et trois stations pour les véhicules et les piétons. Il servira notamment à relier les halls d'exposition du Las Vegas Convention Center utilisés durant le CES.

Sur Twitter, Elon Musk pense qu'il sera opérationnel d'ici la fin de l'année (sans préciser avec combien de mois/années de retard). Plus prudente, la LVCVA pense l'utiliser pour le CES 2021, selon nos confrères.

Copié dans le presse-papier !

Deadline explique que Constantin Film a acheté les droits à Avalanche studio et Square Enix.

Nos confrères affirment que le film gardera l'esprit du jeu : « Rico Rodriguez participe à une course contre la montre pour arrêter The Black Hand, un groupe de mercenaires meurtrier ». Le tournage pourrait débuter en 2020 si un réalisateur et un acteur pour le personnage principal sont rapidement trouvés.

Copié dans le presse-papier !

Réuni en assemblée générale les 17 et 18 mai dernier, le CNB déplore dans une motion « qu’une fois de plus, le législateur entende légiférer dans la précipitation, sans étude d’impact préalable sérieuse au regard des textes existants et notamment de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse ».

Alors que la loi Avia sera examinée en commission le 5 juin, il tient à rappeler la nécessité de protéger les droits fondamentaux, en particulier la liberté d’expression. Il rejoint ici les remarques du Conseil d’État qui a plusieurs fois fait cette piqûre de rappel.

Le texte porté par l’élue LREM obligera les plateformes à supprimer dans les 24 heures les contenus manifestement haineux. De même, il étend les pouvoirs du CSA sur ces intermédiaires techniques afin de les accompagner dans ces traitements, voire les sanctionner en cas de non-respect de leurs obligations.

Dans cette motion, signalée par Contexte, le CNB « constate que la proposition de loi ne prévoit pas des sanctions graduées, respectueuses du principe de proportionnalité », déplore-t-il. Il dénonce pareillement l’absence de recours effectif à une autorité judiciaire, regrettant lui-aussi « qu’aucune sanction ne soit non plus prévue contre un retrait abusif ».

De manière plus exotique, il « s’oppose à toute mesure qui tendrait à interdire l’anonymat sur les réseaux sociaux », alors que les intermédiaires ont déjà pour obligation de conserver un an durant les données de connexion des inscrits et contributeurs.

Copié dans le presse-papier !

Le mystérieux compte SandboxEscaper sur GitHub a publié récemment les détails de trois failles 0-day dans Windows.

La première a été publiée mardi et est de type escalade de privilèges. Elle réside dans le Windows Task Scheduler et peut permettre à un utilisateur authentifié localement d’obtenir les droits SYSTEM.

La deuxième, également de type escalade, a été publiée hier. Elle se trouve cette fois dans le service Windows Error Reporting. Exploitée, elle pourrait autoriser un utilisateur à modifier des fichiers normalement hors d’atteinte.

La dernière, elle aussi publiée hier, affecte Internet Explorer 11. Elle pourrait permettre à un code JavaScript d’être exploité avec des privilèges plus élevés que ce que ne permet la sandbox.

Ces trois nouvelles failles viennent s’ajouter aux quatre autres dont les détails avaient été publiés au cours de l’année écoulée. Aucune des sept vulnérabilités ne peut être exploitée à distance.

Elles ne sont donc pas critiques, mais restent sérieuses puisqu’un pirate pourrait gagner des droits administrateur depuis un compte classique s’il devait en obtenir un à distance. En outre, ces failles peuvent être éventuellement exploitées en conjonction d’autres brèches pour obtenir cette fois un scénario d’attaque distante.

Microsoft n’a pas encore réagi à ces informations.

Copié dans le presse-papier !

Elle se tiendra au McEnery Convention Center de San Jose (Californie). Il s'agit pour rappel de la keynote d'ouverture de l'événement dédié aux développeurs qui se tiendra du 3 au 7 juin.

Il devrait donc y être question des prochaines grosses versions des systèmes d'exploitation de la marque à la pomme, notamment iOS 13 et macOS 10.15.