du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le responsable de Bixby (Samsung) part chez Google

Injong Rhee était l’un des ingénieurs les plus importants chez Samsung. Il a notamment dirigé le développement de Knox, plateforme de sécurité maison pour Android, dans la veine des modifications faites par BlackBerry. Il pilotait également l’équipe de Bixby, l’assistant vocal maison.

Son développement, déjà en retard, vient manifestement de prendre une claque. Son profil LinkedIn comporte depuis hier une importante note : il part travailler chez Google et ne sera pas moins que le responsable de tout ce qui touche aux objets connectés. Sa supérieure hiérarchique sera Diane Greene, qui dirige Google Cloud.

Il expose brièvement ses idées IoT pour Google, dont les efforts dans ce domaine sont « multiples ». Il aimerait justement aligner l’ensemble de ces travaux autour d’une vision globale, coordonner les développements et, tant qu’à faire, « créer des branches distinctes de produits pour le grand public et les entreprises ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La fédération des industriels des réseaux publics annonce son soutien au Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET), dans le projet européen censé amener du Wi-Fi gratuit dans 6 000 à 8 000 communes européennes. En vue : 120 millions d'euros d'aide de la part des institutions communautaires pour installer ces réseaux.

Avec une première vague d'inscriptions à la mi-mars, l'organisation estime qu'il y a urgence à informer les acteurs de la filière, pour qu'ils se préparent à déposer rapidement leurs dossiers. Les candidatures seront ouvertes six à huit semaines plus tard.

Une fois cette urgence gérée, la Firip assure que « d'autres travaux viendront ensuite, comme celui d'une contribution technique aux travaux européens autour de l'identification et de l'interopérabilité afin d'aboutir au roaming ».

 

Copié dans le presse-papier !

Durant l'été 2016, Samsung annonçait ce SSD de 2,5" avec une interface SAS (12 Gb/s). 18 mois plus tard, la production de masse débute enfin.

Pour rappel, il exploite 32 modules de 1 To, chacun constitué de 16 puces de V-NAND de 512 Gb (soit 64 Go). Pas moins de 40 Go de DRAM sont également présents. Le fabricant annonce des débits de 2,1 Go/s en lecture et de 1,7 Go/s en écriture, pour respectivement 400 000 et 50 000 IOPS.

Aucun prix n'est par contre indiqué.

Copié dans le presse-papier !

Flight Sim Labs conçoit des add-ons pour Flight Simulator X, ajoutant de nouveaux appareils au simulateur aérien. Dernièrement, le modèle pour l'Airbus A320 (l'add-on A320-X) a déclenché l'antivirus de certains joueurs, rapporte Rock Paper Shotgun. La raison : l'outil d'installation embarque un dispositif de vol d'identifiants via Google Chrome.

L'entreprise a rapidement répondu sur son forum. Elle reconnaît les faits et tente de le justifier. Pour résumer, elle s'est lancée dans la traque d'un concepteur de cracks pour ses logiciels, trop efficaces et évolutifs pour être arrêtés via des mises à jour.

Flight Sim Labs a tenté d'entrer sur les forums où il partageait ses découvertes avec d'autres crackers, sans succès. La société a remarqué que la personne en question utilise Chrome pour contacter ses serveurs. Elle a donc décidé de le piéger, en intégrant un outil d'extraction de mots de passe à l'installeur de ses add-ons.

« En conséquence, nous avons mis notre serveur à l'écoute d'un sous-ensemble de données spécifique de la part de l'installeur. En cas de correspondance [avec les données du cracker], il devait extraire les informations du cracker nécessaires pour que nous puissions accéder à ces sites illicites, et partager des données avec les autorités compétentes » reconnaît l'entreprise. Le pirate a été identifié et ses coordonnées sont à la disposition des forces de l'ordre, déclare le studio.

Il promet que l'outil en question ne se serait jamais déclenché en cas de correspondance partielle ou pour tout client légitime, l'extracteur d'identifiants étant supprimé dans le processus d'installation. Flight Sims Lab propose aux clients qui s'estiment lésés de les rembourser de leur add-on.

L'installeur a depuis été vidé du malware, la société assurant qu'elle ne répétera plus une telle opération... sans doute en espérant qu'aucune plainte ne soit déposée.

Copié dans le presse-papier !

La première étape de la levée de fonds en crypto-monnaie de la messagerie chiffrée semble avoir dépassé ses attentes. Début janvier, elle s'attendait à obtenir 500 millions de dollars via cette opération, qui aurait déjà été une des ICO les plus rémunératrices jusqu'ici.

Selon une déclaration au gendarme boursier américain, la SEC, ce sont 850 millions de dollars qui ont été récoltés. Selon TechCrunch, il s'agirait pour le moment de préventes.

Le projet est de constituer une nouvelle chaine de blocs fondée sur les utilisateurs de la messagerie, le Telegram Open Network (TON). Il doit permettre des échanges financiers moins coûteux que les crypto-monnaies habituelles (via une nouvelle monnaie, le « gram »).

Des services décentralisés, tel du stockage de fichiers, un réseaux privé virtuel (VPN), des outils pour des applications distribuées, ainsi que des smart contracts sont aussi prévus. Comme indiqué en janvier, certains éléments devraient tout de même être centralisés.

De premières briques du TON sont censées apparaître au deuxième trimestre de l'année.

Copié dans le presse-papier !

La société, rebaptisée suite à l'investissement de Richard Branson, indique avoir signé un accord-cadre avec l'État indien du Maharashtra (il ne s'agit donc pas d'un contrat définitif).

L'objectif est de construire un système Hyperloop entre la ville de Pune, l'aéroport international de Navi Mumbai et Bombay, le trajet pouvant être effectué en 25 minutes. Il s'agit des deux villes les plus importantes de l'État du Maharashtra.

La première étape de ce projet est la construction d'une piste de démonstration opérationnelle, dont le calendrier n'est pas précisé. Une première étape pour un projet d'envergure, mais dont on attend maintenant de voir s'il se concrétisera.