du 24 février 2020
Date

Choisir une autre édition

Le quart des tweets sur la crise climatique émanent de bots climatosceptiques

Selon The Guardian, une analyse de 6,5 millions de tweets publiés dans les jours précédant et le mois suivant l'annonce par Donald Trump du retrait des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat a révélé que les bots avaient tendance à applaudir le président pour ses actions et à diffuser de la désinformation sur le consensus scientifique.

Les tweets de robots suspects sont passés de centaines par jour à plus de 25 000 autour de l'annonce. En moyenne, sur la période étudiée, 25 % de tous les tweets sur la crise climatique provenaient de bots. Cette proportion était plus élevée dans certains sujets : les bots étaient ainsi à l'origine de 38 % des tweets sur la « fausse science » et 28 % de tous les tweets sur le géant pétrolier Exxon.

A contrario, les tweets qui pourraient être classés comme activisme en ligne pour soutenir l'action contre la crise climatique comportaient très peu de robots, avec une prévalence d'environ 5 %.

L'étude de l'Université Brown n'a pas été en mesure d'identifier des individus ou des groupes derrière le bataillon de robots Twitter, ni de déterminer le niveau d'influence qu'ils ont eu autour du débat climatique, souvent chargé.

chargement Chargement des commentaires...