du 13 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

Le prochain HoloLens débarquerait au premier trimestre 2019

Mine de rien, le casque HoloLens commence à sérieusement accuser le poids des années. Présenté en 2015, il n'a pas changé d'un iota, même si la partie logicielle a grandement évolué.

Selon les dernières rumeurs, la nouvelle version, portant le nom de code Sydney, serait en préparation pour une commercialisation prévue au premier trimestre 2019.

Les améliorations seraient significatives et générales. L'écran serait ainsi bien meilleur, fournissant très probablement un plus grand champ de vision, point clairement améliorable sur la version actuelle.

Il serait nettement plus léger, plus confortable et, surtout, beaucoup moins cher. La seule manière d'obtenir le HoloLens actuellement est en effet d'acheter le kit développeurs, dont le tarif n'a pas changé depuis la Build 2016 : 3 000 dollars.

Au vu des évolutions sur la réalité augmentée dans Windows 10, il est clair que Microsoft a besoin d'un casque bien plus accessible pour montrer de quoi l'entreprise est capable dans ce domaine. Après tout, le HoloLens premier du nom n'a jamais été pensé comme un produit grand public.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Proposée depuis plusieurs mois en accès anticipé pour certains clients seulement, la carte « Metal » de la néo-banque se lance dans le grand bain, avec quelques ajustements au niveau du design. Pour l'occasion, elle avait organisé une conférence de presse, dont le replay est disponible sur Facebook.

M26 Metal est « bientôt disponible pour tous » explique N26 sur Twitter, ajoutant qu'une liste d'attente a été mise en place pour les plus pressés.

La carte bancaire, compatible avec le paiement sans contact, accompagne le forfait N26 Metal à 16,90 euros par mois. Il reprend les mêmes services et fonctionnalités que N26 Black, avec des « offres exclusives de partenaires ». Pour le moment, il est question de WeWork, Tannico, GetYourGuide, Lanieri, Home24, IHG, Hotels.com, etc. Tous les détails sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué commun, le Berec (qui rassemble les régulateurs européens) et la TRAI ont rappelé l'intérêt d'un Internet ouvert.

Les deux acteurs promettent de collaborer étroitement sur le sujet, en promouvant la même vision de la neutralité des réseaux. Ils soulignent, entre autres, que la 5G peut être lancée en accord avec la neutralité du Net, contrairement à ce qu'affirment les opérateurs européens.

Le Berec et la TRAI comptent se concentrer sur la surveillance du respect de la neutralité, sur le pouvoir donné aux internautes, sur les effets des pratiques commerciales sur l'ouverture du Net et sur la compatibilité des nouvelles technologies.

Le moment n'est pas innocent, quelques jours après le guillotinage de la neutralité outre-Atlantique. Dans son dernier rapport sur l'état de l'Internet français, l'Arcep notait (très) pudiquement que les Etats-Unis relancent le débat sur le principe de non-discrimination.

Copié dans le presse-papier !

C'est fait. Selon un communiqué commun publié dans la matinée, les trois groupes audiovisuels ont réussi à s'entendre pour « une réponse ambitieuse aux nouvelles attentes du public avec un service de qualité, innovant et simple d’accès ».

Le CSA a salué l'initiative sur Twitter. Après de nombreux remous ces derniers mois, il a finalement été décidé de travailler ensemble pour faire face à la menace grandissante des géants américains de la vidéo payante par abonnement (SVOD), Netflix en premier lieu.

Ainsi le modèle sera payant, avec « plusieurs formules d’abonnement pour tenir compte des besoins de chacun ». Cette nouvelle offre ne gênera pour autant pas ce qui est proposé gratuitement, promettent les nouveaux partenaires, et « s’articulera de la meilleure manière avec MYTF1, 6Play et France.tv ».

Le tout sera géré par une société commune, détenue à parts égales. Certains ironisent déjà sur le fait que l'ensemble est hébergé par... Amazon. Cela ne s'invente pas.

Côté contenu, il est question d'accès aux chaînes en direct et au rattrapage (replay) avec des services Premium. Avec ou sans publicité ? Mystère. Une chose est sûre, cela semble être plus de nature à gêner le français Molotov que l'américain Netflix. Peut-être est-ce là une autre menace à contrer selon les chaînes ?

Pour l'utilisateur, le choix sera difficile puisque Salto se limitera à l'offre de trois chaînes et ne sera donc pas exhaustif. Une alliance serait alors une meilleure approche. Reste à voir si elle arrive à voir le jour.

Il sera aussi question d'un vrai catalogue de SVOD, regroupant les séries, films et documentaires des trois groupes. Le tarif fixé serait, selon Le Figaro, de 1,99 euro et 6,99 euros par mois. La date de lancement n'a pas été précisée.

Une telle alliance en rappelle d'autres. On se demande d'ailleurs pourquoi ces accords ne se passent pas encore entre différents pays. C'est sans doute la prochaine étape, afin de disposer de la masse suffisante et d'une véritable réponse aux géants mondiaux que sont les acteurs américains en la matière.

Copié dans le presse-papier !

Dans une réponse à un parlementaire, le ministère des Affaires étrangères déclare que la France défend le principe d'une loyauté des plateformes, étendant la neutralité au-delà des télécoms.

« En effet, le règlement sur l'Internet ouvert régule les activités des fournisseurs d'accès à Internet et les opérateurs de télécommunications de l'Union européenne sont soumis à de nombreuses obligations, ce qui n'est pas le cas des plateformes ou encore des fabricants de terminaux. Cette situation n'est pas équitable et il est important d'aboutir à une régulation des différents maillons de la chaîne des intermédiaires techniques de l'accès à Internet, dont les plateformes, par le droit de l'Union » écrit le gouvernement.

Il rappelle le rôle de l'autorité des télécoms, l'Arcep, porte-parole de la neutralité dans des instances internationales.

Coup de chance, purement fortuit, l'Arcep vient d'accoucher d'un épais rapport sur la neutralité des terminaux, avec la volonté claire de tendre vers une neutralité des plateformes. Elle suggère même de se charger du dossier, étendant son périmètre et, par là même, ses moyens.

Copié dans le presse-papier !

Cette mise à jour est disponible pour les Insiders dans le « Fast ring ». Pour rappel, SwiftKey a été acheté il y a deux ans par Microsoft, mais il n'était alors disponible que sur Android et iOS. Désormais accessible dans Windows 10, il est proposé dans plusieurs langues, dont le français et l'anglais.

Cette mise à jour du système d'exploitation de Microsoft est également l'occasion d'apporter des améliorations sur de nombreux points, notamment l'accessibilité et la recherche. Tous les détails sont disponibles par ici.