du 24 octobre 2018
Date

Choisir une autre édition

Le noyau Linux et le projet GNU se dotent de nouvelles lignes de conduite

Il y a du mouvement dans le monde du logiciel libre : le comportement des développeurs est actuellement au centre des attentions. On note ainsi deux publications importantes.

D’abord, un nouveau Code of Conduct accompagnant le tout récent noyau 4.19. Greg Kroah-Hartman, dirigeant par intérim son développement, a rappelé que ces règles concernaient autant les nouveaux arrivants que les vieux lions. Elles reviennent sur les interactions entre participants et veulent assurer une base stable de respect et dignité.

Kroah-Hartman résume : « La seule chose qui peut nous arrêter, c’est nous-mêmes ». Il rappelle que les derniers mois ont été complexes dans la communauté, avec des groupes campés sur leurs positions et s’agressant entre eux.

Ce n’est pas un règlement au sens strict, puisqu’il ne contient pas vraiment de volet de sanctions à appliquer aux éventuels contrevenants. Le code est davantage un guide pour rappeler certains bases élémentaires de vie en société et permettre le dialogue en cas de difficulté.

Une approche du même acabit a été choisie par Richard Stallman pour l’autre publication importante : les GNU Kind Communication Guidelines. Là encore, des lignes de conduite plutôt que des règles dures, sans sanctions prévues.

L’idée générale ? « Guider les gens vers des communications plus aimables ». Le mot « gentillesse » est largement mis en avant, le texte en vantant les mérites au lieu de clouer au pilori ceux qui en seraient incapables.

Les GNU Kind Communication Guidelines ont également un autre objectif : encourager les femmes à s’investir dans le développement des logiciels libres.

Sur ce point, Stallman précise d’ailleurs sa pensée (puce 2 à la fin). Il ne cherche ainsi pas la diversité coûte que coûte. Il préfère s’assurer que les conditions d’accès sont les mêmes pour tous et qu’une femme ne rencontrerait pas plus de difficultés qu’un homme.

Ces nouvelles lignes de conduite trônent désormais en bonne place sur GNU.org.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Après un énième retard annoncé début février par la NASA, le premier lancement de la capsule CST-100 (Crew Space Transportation) Starliner de Boeing était programmé pour avril. Selon des sources de Reuters, il faudra finalement attendre le mois d'août.

Pour rappel, cette capsule est prévue pour envoyer des humains dans l'espace et sur la Station spatiale internationale. Ce premier vol test sera par contre inhabité. La capsule Crew Dragon de SpaceX a pour sa part réussi cette première étape avec succès.

Ce décalage de trois mois entraine aussi un même glissement de la date du premier lancement habité. Il est désormais prévu pour novembre, au lieu d'août. Interrogé par nos confrères, un porte-parole de Boeing a refusé de commenter.

Copié dans le presse-papier !

L'ESA rappelle qu'il s'agit de sa première mission consacrée à l’étude des exoplanètes. Le lancement à bord d'une fusée Soyouz est prévu entre le 15 octobre et le 14 novembre 2019.

Une fois dans l'espace, « le satellite observera les étoiles brillantes dont on sait qu’elles abritent des exoplanètes, en ciblant plus particulièrement les planètes d’une taille comprise entre celles de la Terre et de Neptune », explique l'agence spatiale européenne.

Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Après le rover baptisé Rosalind Franklin, c'est au tour de la plateforme d'atterrissage d'avoir un petit nom : Kazachok, un choix fait par les Russes de Roscosmos. L'agence spatiale européenne explique qu'il signifie « petit cosaque » et qu'il s'agit d'une danse folklorique.

La plateforme est également arrivée à Turin, en Italie. Pour rappel, ExoMars 2020 est une initiative conjointe de l'ESA et de l'agence spatiale russe. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Si tout se passe bien, une fois sur le sol martien, le rover quittera sa plateforme pour aller explorer la surface.

Copié dans le presse-papier !

En ce 22 mars, deux éléments indispensables à notre vie sont à l'honneur. Le CNRS en profite pour mettre en ligne des articles de recherche sur divers questions autour du sommeil : « Pourquoi dormons-nous ? Que se passe-t-il alors dans notre corps ? D’où viennent les rêves ? ».

Comme chaque année, l'Institut National du Sommeil et de la Vigilance – une association de loi 1901 fondée en 2000 sous l’impulsion de la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil – se mobilise évidemment pour cette 19e journée du sommeil.

De son côté, la journée mondiale de l'eau est elle reconnue par les Nations Unies. Elle est célébrée depuis 1992 et placée cette année sous le thème : « Ne laisser personne de côté ».

Pour l'ONU c'est l'occasion de rappeler que « 2,1 milliards de personnes ne disposent pas d'eau potable chez elles ». L'Organisation indique aussi que, depuis 2010, elle a reconnu que « le droit à l'eau potable et à l'assainissement est un droit de l'homme, essentiel à la pleine jouissance de la vie et à l'exercice de tous les droits de l'homme ».