du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le Premier ministre a présenté hier la stratégie de l’exécutif pour « transformer l’offre de soins en France ». Son plan est articulé autour de cinq grands axes, dont l’un concerne le numérique (PDF).

Une mission « e-santé » sera notamment créée (à une date non précisée) auprès de la ministre de la Santé. Celle-ci devrait être « issue du regroupement de l’ensemble des différentes instances actuellement existantes au sein du ministère, notamment la délégation à la stratégie des systèmes d’information de santé (DSSIS) et l’ASIP Santé ».

Cette mission coordonnera « l’ensemble des actions conduites en matière de numérique en santé », afin d’atteindre les trois « objectifs stratégiques » que s’est fixé le gouvernement pour « d’ici 2022 » :

  • « L’accessibilité en ligne, pour chaque patient, de l’ensemble de ses données médicales. »
  • « La dématérialisation de l’intégralité des prescriptions. »
  • « La simplification effective du partage de l’information entre tous les professionnels de santé. »
Le gouvernement lance une mission « e-santé »
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

À défaut de lancer sa nouvelle génération de GPU, NVIDIA multiplie les références sur la gamme actuelle. Une GeForce GTX 1050 dotée de 3 Go  (2 Go pour le modèle classique) vient ainsi de voir le jour. Elle est détaillée sur le site de la marque.

Son GPU dispose de 768 CUDA Cores, comme une GTX 1050 Ti. Elle affiche également des fréquences supérieures : 1 392 et 1 518 MHz contre 1 291 et 1 392 MHz. Sa différence se situe au niveau de la mémoire. Avec 3 Go sur 96 bits plutôt que 4 Go sur 128 bits, elle affiche une bande passante mémoire de 84 Go/s contre 112 Go pour sa grande sœur.

Reste maintenant à découvrir ses performances et son prix, si elle arrive sur le marché français. Elle n'est en tous cas pas détaillée sur le site local de NVIDIA.

Copié dans le presse-papier !

Dans une lettre au Parlement britannique du 14 mai, repérée par The Outline, la directrice des affaires publiques de Facebook a quantifié la présence du groupe sur des sites tiers.

« Entre le 9 et le 16 avril 2018, le bouton J'aime de Facebook est apparu sur 8,4 millions de sites, le bouton Partager sur 931 000 et 2,2 millions de Pixels Facebook étaient installés sur des sites » écrit ainsi Rebecca Stimson.

La question est sensible pour les parlementaires des deux côtés de l'Atlantique, la collecte de données de navigation via ces différents outils étant en grande partie invisible aux internautes. Lors de sa double audition au Congrès américain, Mark Zuckerberg a admis que des profils temporaires étaient construits sur cette base pour les internautes, détaillés publiquement par la suite. Le réseau social a déjà été sanctionné par la CNIL pour son abus de cookies, l'an dernier.

Copié dans le presse-papier !

L'autorité des télécoms met en consultation publique un plan pour libérer la bande des 26 GHz (PDF), aujourd'hui utilisées pour les faisceaux hertziens (des réseaux point à point à longue distance et très haut débit). L'objectif : qu'elle accompagne la bande des 3,5 GHz, censée couvrir la plupart des besoins des opérateurs et industriels se lançant dans la 5G.

« En France, les fréquences de la bande 25,5 - 27 GHz sont attribuées au ministère des Armées, au Centre national d’études spatiales, et l’administration chargée la météorologie. La bande 26 GHz accueille donc également des stations terriennes du service d’exploration de la Terre par satellite, du service de recherche spatiale et du service fixe par satellite » explique le régulateur, qui verrait donc la 5G coexister avec les utilisations existantes.

La bande des 26 GHz permettrait d'étendre la capacité de la 5G à des connexions à très basse latence ou de très grande capacité suivant les besoins. Les connexions actuelles via ces ondes fournissent des débits de plusieurs dizaines de Gb/s (voir notre analyse). SFR a déjà obtenu des débits de 70 Gb/s en 5G par ce biais. Les acteurs intéressés ont jusqu'au 18 juin pour répondre.

Copié dans le presse-papier !

Il s'agit de machines complètes avec une carte mère TB250-BTC (Pro), un processeur « Intel 3930 » (probablement un Pentium G3930), 4 Go de mémoire vive, un SSD de 90 ou 120 Go, une alimentation de 1 300 à 1 600 watts et des cartes graphiques.

L'iMiner A578X6 propose six Radeon RX570, huit pour l'iMiner A578X8D et enfin 12 RX560 pour l'iMiner A564X12P. Les performances oscillent entre 148 et 220 MH/s selon le fabricant.

Pour le moment, Biostar ne donne pas d'indication sur les tarifs et la disponibilité.

Copié dans le presse-papier !

La société de profilage électoral, au cœur d'un scandale mondial après avoir aspiré des données de dizaines de millions d'internautes en 2014, s'est déclarée en faillite il y a quelques jours outre-Atlantique.

En début de mois, Cambridge Analytica et sa maison-mère britannique (SLC Elections) annonçaient mettre la clé sous la porte, suite à une trop grande chute de son activité depuis les révélations du Guardian et du New York Times en mars.

Le scandale a mené à une très forte pression politique sur Facebook, puis à une très médiatique double journée d'audition au Congrès américain. Le groupe a promis de nombreuses mesures (dont certaines auraient pu être prises il y a des années) pour apaiser les parlementaires et les actionnaires. L'action du groupe est depuis revenue à son niveau de départ.

Il est aussi apparu que des dirigeants de SCL Elections auraient monté la société Emerdata, sise dans le même bâtiment. Il n'est donc pas dit que l'activité disparaisse réellement, malgré les apparences.