du 08 janvier 2018
Date

Choisir une autre édition

Le premier ministre a annoncé mercredi 3 janvier que le projet de loi sur les mobilités, qui devrait notamment conduire à une réforme des dispositions législatives relatives à l’ouverture des données de transport, serait présenté en avril 2018 (et non en février, contrairement à ce qui était encore envisagé le mois dernier).

Édouard Philippe a par ailleurs indiqué que son gouvernement présenterait un projet de réforme constitutionnelle dans les prochains mois, et que ce texte serait « discuté par les assemblées au cours du premier semestre ». Les propositions de la députée Paula Forteza relative à la « démocratie numérique » pourraient être débattues à cette occasion (voir notre article).

Le gouvernement dévoile son agenda pour les six mois à venir
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Lancés il y a maintenant près d'un an, ils sont (enfin) annoncés officiellement par le géant de la vente en ligne. Le principe est proche de celui des consignes automatiques Locker en France, mais les Hubs sont prévus pour des immeubles d'habitation.

Ils peuvent surtout recevoir des colis provenant de n'importe quel transporteur et/ou enseigne, pas seulement d'Amazon. Une fois le colis dans la consigne, le client reçoit un code à saisir pour le récupérer.

Puisqu'ils sont disponibles depuis l'année dernière, des Hubs sont d'ores et déjà installés dans des bâtiments aux États-Unis. Amazon explique ainsi que 500 000 résidents de New York, San Francisco et d'autres villes en profitent déjà.

De nouveaux Hubs sont installés régulièrement avec « des milliers d'utilisateurs supplémentaires chaque mois ». De plus amples informations sont disponibles par ici.

Copié dans le presse-papier !

AMD et NVIDIA semblaient conscients que la folie de la demande de cartes graphiques aurait une fin, et que son impact ne serait sans doute pas des plus agréables.

Car avec la baisse des crypto-monnaies, le niveau de la demande retombe à des valeurs plus « normales » pendant que certains cherchent à se débarrasser de leurs cartes usagées sur le marché de l'occasion.

Quoi qu'il en soit, Digitimes rapporte que la demande et les revenus devraient être en baisse pour la seconde moitié de l'année. Dommage pour tous les constructeurs ayant fortement misé sur cette tendance, comme certains l'exposaient au Computex.

La perspective du lancement de nouvelles GeForce devrait néanmoins stimuler un peu la demande sur l'offre haut de gamme, mais sans doute pas assez pour chambouler le marché cette année.

Copié dans le presse-papier !

Apple risque aux États-Unis une plainte pour abus de position dominante. Pas sur ses produits, mais sur les commissions récupérées via l’App Store, les fameux 30 % que les développeurs doivent concéder à la firme.

Il y aurait distorsion de la concurrence : Apple agit comme seul intermédiaire possible entre les utilisateurs et les applications achetées. Il en résulterait une hausse du prix moyen de ces dernières, aucune concurrence ne jouant. Les utilisateurs seraient ainsi lésés.

Les racines du souci remontent à 2011, mais l’histoire subit depuis l’année dernière une nouvelle accélération. Un premier juge avait estimé que les clients n’avaient pas d’assise juridique suffisante : c’était aux développeurs de se manifester.

Pour une cour d’appel de San Francisco, ce n’est cependant pas suffisant : Apple est un distributeur d’applications, qu’il fournit directement aux clients. L’entreprise est donc susceptible d’être attaquée par ces derniers pour abus de position dominante.

Apple risque donc bien un procès, ce qu’elle veut évidemment éviter. Non seulement pour s’épargner des frais, mais également pour éviter toute mauvaise publicité. Elle a donc demandé à la Cour suprême à être reçue pour donner sa version des faits, ce que la Cour a accepté.

Il n’y a bien sûr aucune garantie pour la Pomme, mais elle dispose d’un angle d’attaque : un jugement de 1977 de la Cour suprême. La plus haute instance américaine y limitait les dommages pour les pratiques anti-compétitives aux seules victimes ayant directement payés un surplus.

Ce qui explique les écarts entre les verdicts rendus jusqu’ici : parle-t-on des utilisateurs ou des développeurs ? Apple devra convaincre la Cour que seuls les développeurs sont concernés.

Copié dans le presse-papier !

La version 42 du navigateur vient d'être mise en ligne. Ses notes de versions évoquent quelques améliorations comme la recherche visuelle intelligente ou de meilleures synchronisations.

Mais nos confrères de XDA ont repéré une autre nouveauté bien plus marquante : la possibilité d'activer des bloqueurs de contenus. Un seul est proposé pour le moment : Adblock Plus, avec le support de la liste des publicités acceptables.

Pour le moment, cette nouveauté ne semble pas encore disponible sur iOS. Pour rappel, une extension Adblock Plus pour Edge sous Windows existe déjà, en complément d'autres bloqueurs (AdBock, uBlock Origin).

De quoi continuer de faire grincer des dents du côté des éditeurs qui pensaient encore il y a peu que le mobile serait préservé du blocage ou que des acteurs comme Microsoft ne faciliteraient pas trop les choses sur ce terrain. Raté.

Copié dans le presse-papier !

L'application se présente comme une alternative au circuit bancaire traditionnel pour les micro-crédits. Vous pouvez demander entre 200 et 2 000 euros remboursables sur 1 à 24 mois.

Une messagerie instantanée vous permet alors d'échanger avec de potentiels prêteurs. De son côté, chaque prêteur peut proposer entre 100 et 1 000 euros. L'application se charge ensuite de prélever chaque mois les mensualités sur le compte de l'emprunteur pour les transférer aux différents prêteurs.

Enfin, le service propose également d'ouvrir un compte et de disposer d'une MasterCard. Fintch est partenaire de MasterCard, Axa, Treezor et One Point. La société se lance aujourd'hui à grande échelle et sera présente dans 500 bureaux de tabac.