du 08 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Le FBI réclame une copie en clair des communications en ligne

Promis, le bureau fédéral ne veut pas de porte dérobée. L'expression est bien devenue un tabou. C'est ce qu'a assuré son directeur, Christopher Wray, lors d'une conférence sur la cybersécurité à Boston.

Pourtant, ce qu'il demande s'en approche bien. Comme en France, le débat coince sur la nécessité de protéger les communications et la synchronisation en ligne du contenu de smartphones, et les blocages que le chiffrement pourrait causer dans les enquêtes.

« Ce que nous demandons est la capacité d'accéder à l'appareil une fois que nous avons un mandat d'un juge indépendant, qui déclare que nous avons une cause probable » a déclaré le responsable. Comment ? Il prend l'exemple de la plateforme de discussion Symphony du monde bancaire, qui chiffre les communications, mais en conserve une copie en clair pour les autorités pendant sept ans, ainsi que des copies des clés de chiffrement chez des tiers de confiance.

Autrement dit, le FBI vante un chiffrement sans vraie confidentialité, où un utilisateur n'a aucune garantie que ses communications restent bien entre lui et son correspondant, comme le permet le chiffrement de bout en bout de Signal, WhatsApp ou Wire. Ces services restent une épine dans le pied pour les forces de l'ordre, car leur attrait repose en bonne partie sur leur incapacité technique à consulter le contenu des messages.

En janvier, nous révélions que les autorités françaises avaient abandonné l'idée de déclarer de force chaque service de messagerie comme opérateur, ouvrant des obligations d'interception. Le gouvernement préfèrerait passer par le futur Code européen des télécoms, qui intégrera de fait cette obligation. En attendant, les messageries étrangères ne fournissent jamais le contenu des conversations sans commission rogatoire internationale, même si certaines livrent les métadonnées sans grand formalisme, à l'image de Facebook ou Skype.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

En mars, le réseau social reconnaissait avoir stocké en clair des mots de passe de « centaines de millions d'utilisateurs ». Dans le lot, se trouvaient aussi des « dizaines de milliers d'utilisateurs Instagram ». Il y en avait finalement bien plus.

Dans une mise à jour discrète du billet de blog du 21 mars repérée par TechCrunch, le réseau social explique avoir trouvé d'autres mots de passe Instagram stockés en clair. De dizaines de milliers, on passe désormais à « des millions d'utilisateurs » touchés.

Facebook affirme de nouveau que ces mots de passe n'ont pas été utilisés à des fins malveillantes. Les utilisateurs concernés seront informés.

Copié dans le presse-papier !

Depuis hier, les enceintes connectées Google Home sont capables de fonctions supplémentaires, malheureusement dans quelques pays et en anglais uniquement.

L’enceinte prend ainsi en charge les ampoules Hue de Philipps pour les sessions de réveil ou de sommeil en douceur, avec évolution lente de la lumière dans un sens ou dans l’autre.

Plusieurs fonctions ont été ajoutées pour faciliter le sommeil, comme « Hey Google, je veux méditer », faisant le lien avec les applications proposant ce genre de fonction.

L’assistant est également compatible désormais avec l’enregistrement de recettes, que l’on peut chercher à la voix, avec instructions étape par étape. Google en profite pour remettre en avant son Home Hub avec écran intégré.

L’enceinte Home peut en outre être utilisée pour jouer des listes de lecture spéciales sport, régler des alarmes pour partir courir ou demander des à YouTube des démonstrations d’exercices physiques. Une petite pause lecture ? L’enceinte peut vous en lire un.

En bref, toujours plus de dépendance à un objet connecté pour régenter le moindre aspect de nos vies. Notez que Google ne dit rien pour l’arrivée de ces fonctions en Europe.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, Amazon propose une version gratuite avec publicité de son service Music, mais uniquement sur Alexa aux États-Unis pour le moment.

Il permet d'écouter des listes de lecture et des milliers de « stations » basées sur un artiste ou un style par exemple. Rien n'est précisé sur une ouverture au reste du monde pour le moment.

Google fait de même avec YouTube Music sur Google Home. « “Ok Google, mets de la musique” vous permettra d’écouter gratuitement, sur l’ensemble de la gamme d’enceintes Google Home, des contenus musicaux via YouTube Music », mais « l’écoute sera quelquefois interrompue par des coupures publicitaires de 30 secondes ».

Cette fonctionnalité est disponible dans de nombreux pays, notamment en France.

Copié dans le presse-papier !

Petite mise à jour d’entretien pour LibreOffice, dont la version 6.2.3 corrige environ 90 bugs divers. Les notes complètes sont réparties entre les moutures RC1 et RC2.

Il n’y a aucune nouveauté à signaler, mais en dépit des correctifs supplémentaires, la Document Foundation continue de recommander la version 6.1.5 pour les entreprises, « où les fonctions sont moins importantes que la robustesse ».

Copié dans le presse-papier !

Première mise à jour majeure pour le nouvel Edge rebâti sur Chromium dans le canal Dev. La version passe à la 75.0.131.0, très proche finalement de la 75.0.133.0 de la branche Canary.

L’ajout principal est la disponibilité du Media Cast, qui permet tout simplement de « streamer » le contenu d’un onglet, du bureau ou d’un fichier vers un appareil compatible.

D’après nos premiers essais, lancer le cast d’une vidéo YouTube vers un téléviseur connecté sous Android TV n’a pas posé de problème particulier, pas plus que vers une barre de son (HT-ZF9) après le choix d’un MP3.

Les travaux avancent donc, mais il manque encore de très nombreux éléments dans Edge, comme nous aurons l’occasion de le voir plus tard dans la journée.

Notez que le navigateur peut maintenant être installé sur les moutures 32 bits de Windows 10. Les versions pour Windows 7, 8.1 et macOS sont toujours attendues.