Après avoir présenté des drones aux couleurs de Star Wars, la société dévoile un nouveau modèle Mini qui ne mesure que 42 mm de diamètre pour un poids de 46 grammes. Il peut atteindre 3,6 km/h (deux fois moins que le Sphero original) avec une portée d’une dizaine de mètres en Bluetooth.

Bien évidemment, le tout se pilote depuis un terminal mobile (Android 5.0+ ou iOS10+). Dans le bundle, trois minis cônes de trafic (orange) et six quilles de bowling miniatures sont présents. Le tarif est de 49,99 dollars, contre près de 130 euros pour le grand frère.

Le drone Sphero Mini débarque pour 50 dollars
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Hier, la dernière grande chaine de magasins de jeux vidéo a officialisé son extension vers la pop culture, pour faire face à la dématérialisation galopante de son activité de départ.

Comme le rappelle Gamekult, Micromania a lancé sa marque Zing en septembre 2015, pour attirer une nouvelle clientèle. Le secteur attire les marques, Materiel.net (groupe LDLC) lançant sa boutique Manatori en octobre 2015, en plein boum des jeux à figurines.

Pour leur part, les boutique Micromania arboreront les couleurs des deux marques, bleu et vert fluo, prochainement à Marseille et Metz.

Copié dans le presse-papier !

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a rendu publiques, jeudi 19 octobre, les déclarations d’intérêts et d’activités des nouveaux députés. Enfin presque : l’institution explique que treize parlementaires « n’ont pas déposé au moins l’une des deux déclarations attendues » dans les délais. Le Bureau de l’Assemblée nationale a ainsi été saisi.

Contrairement aux documents publiés lors de la précédente législature, remplis au stylo avant d’être scannés, n’espérez pas trouver des « œuvres d’art ». Les 577 parlementaires élus en juin dernier ont été obligés d’utiliser le téléservice de la HATVP, ce qui permet dorénavant à la Haute autorité de diffuser des données plus facilement réexploitables (pour des comparaisons, graphiques, etc.).

Après un premier examen, la Haute Autorité a néanmoins constaté quelques « carences » sur « certaines rubriques qui paraissent peu ou mal prises en compte, par exemple s’agissant de l’identification des collaborateurs parlementaires et de leurs activités annexes ». L’institution s’apprête donc à poursuivre ses vérifications, afin de s’assurer qu’aucun manquement, passible de poursuites, ne soit à relever.

Ces déclarations resteront quoi qu’il en soit consultables jusqu’à la fin du mandat des parlementaires concernés.

Copié dans le presse-papier !

Depuis maintenant quelques mois, certains sites utilisent une pratique assez étonnante pour monétiser les visites des internautes : le minage de crypto-monnaie.

Ainsi, lors du passage sur certaines pages, un JavaScript se met à effectuer des calculs monopolisant l'activité du processeur de la machine. Les résultats servent au minage de crypto-monnaie, venant gonfler les finances de l'éditeur. Une pratique d'autant plus détestable qu'elle est souvent mise en oeuvre sans l'accord de l'utilisateur, notamment sur des sites de contenus piratés. Une manière de lutter contre le phénomène du blocage publicitaire.

Si rapidement des scripts et autres extensions ont proposé de bloquer ces outils, les développeurs de navigateurs commencent à se poser des questions assez légitimes sur le sujet. Bleeping Computer a ainsi relevé un échange dans le cas de Chromium, au sein du bug tracker, où l'équipe semble pour le moment hésiter sur la réaction à apporter.

Ojan Vafai est intervenu pour évoquer la possibilité d'utiliser le mode de préservation de l'autonomie sur un onglet qui consommerait trop de ressources. Dans un tel cas, l'onglet en question serait fortement limité (throttling), et ne pourrait donc plus effectuer les calculs demandés.

L'utilisateur verrait alors une notification apparaître lui permettant de restaurer la pleine puissance à l'onglet si cela s'avérait nécessaire (notamment pour un jeu en ligne par exemple).

Certains ont expliqué que cette méthode pouvait être considérée comme une source de monétisation différente de la publicité. Bien que ce puisse être le cas, elle ne doit pas se faire sans le consentement de l'utilisateur ou avec un impact important sur les performances ou l'autonomie de sa machine.

Copié dans le presse-papier !

Depuis le début d’année, les grands groupes technologiques américains s’érigent régulièrement contre les mesures anti-immigration de l’administration républicaine.

En septembre, elle décidait de mettre fin au programme Deferred Action for Childhood Arrivals (DACA), qui ouvre la voie à la résidence permanente pour des immigrés illégaux. Il fournit une partie des effectifs de sociétés comme Apple, qui compterait 250 employés « dreamers ».

Reuters révèle qu’une vingtaine d’entreprises préparent la Coalition for the American Dream, un lobby censé défendre le texte. Parmi elles figurent Facebook, Google, IBM, Marriot, Microsoft ou encore Uber. Près de 800 entreprises avaient déjà signé une lettre ouverte au Congrès pour défendre le DACA, alors que les débats législatifs doivent intervenir en décembre.

Copié dans le presse-papier !

Cela fait trois ans que le Mac Mini n'a plus été mis à jour. La machine, qui permet un premier pas dans l'écosystème macOS à un tarif raisonnable, semble abandonnée. À chaque keynote certains espèrent des nouvelles. En vain.

Même avec l'arrivée des nouveaux processeurs Core de 8ème génération d'Intel (Kaby Lake Refresh), qui offrent plus de coeurs dans une même enveloppe thermique (TDP), rien n'a changé.

Mais Tim Cook vient de redonner une lueur d'espoir aux fans. En réponse à un email d'utilisateur, il aurait précisé qu'Apple « prévoit que le Mac mini sera une part importante de notre gamme de produits à venir ».

C'est un peu maigre, certes, mais c'est déjà ça.