du 02 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Après avoir présenté des drones aux couleurs de Star Wars, la société dévoile un nouveau modèle Mini qui ne mesure que 42 mm de diamètre pour un poids de 46 grammes. Il peut atteindre 3,6 km/h (deux fois moins que le Sphero original) avec une portée d’une dizaine de mètres en Bluetooth.

Bien évidemment, le tout se pilote depuis un terminal mobile (Android 5.0+ ou iOS10+). Dans le bundle, trois minis cônes de trafic (orange) et six quilles de bowling miniatures sont présents. Le tarif est de 49,99 dollars, contre près de 130 euros pour le grand frère.

Le drone Sphero Mini débarque pour 50 dollars
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

L'équipe travaille sur une exploitation de la console et semble avancer. Après avoir montré que la tablette pouvait lancer Linux au début du mois, on a désormais droit à une vidéo de son utilisation, navigateur Chromium à la clé.

Reste maintenant à voir ce qu'il sera possible de faire une fois la console « libérée », à moins que Nintendo ne trouve rapidement une solution pour empêcher un tel usage.

Copié dans le presse-papier !

La société, rebaptisée suite à l'investissement de Richard Branson, indique avoir signé un accord-cadre avec l'État indien du Maharashtra (il ne s'agit donc pas d'un contrat définitif).

L'objectif est de construire un système Hyperloop entre la ville de Pune, l'aéroport international de Navi Mumbai et Bombay, le trajet pouvant être effectué en 25 minutes. Il s'agit des deux villes les plus importantes de l'État du Maharashtra.

La première étape de ce projet est la construction d'une piste de démonstration opérationnelle, dont le calendrier n'est pas précisé. Une première étape pour un projet d'envergure, mais dont on attend maintenant de voir s'il se concrétisera.

Copié dans le presse-papier !

C'est aujourd'hui que les deux anciens systèmes se verront couper leurs notifications.

La mesure a trois conséquences directes. Les applications ne signaleront plus aucun nouvel évènement qui provienne d'un serveur. Ensuite, les vignettes dynamiques ne le seront plus, puisqu'elles n'auront plus aucun nouveau contenu. Enfin, la fonction Trouver mon téléphone ne pourra plus fonctionner.

La nouvelle version minimale pour que les notifications push soient prises en compte est Windows Phone 8.1. Cependant, et comme le fait remarquer Neowin, ce système n’est plus supporté depuis juillet. La coupure pourrait donc ne plus être loin, tout comme pour la toute première version de Windows 10 Mobile, plus supportée depuis le mois dernier.

Copié dans le presse-papier !

Mike Bombich, créateur du logiciel Carbon Copy Cloner, a trouvé deux bugs très précis dans le système de fichier APFS d’Apple (voir notre analyse), désormais utilisé par défaut dans toutes les dernières révisions des plateformes.

Sous High Sierra, il peut ainsi survenir des problèmes avec les images disques formatées en APFS, réalisées par exemple dans le cadre d’une sauvegarde. D’une part, leur espace libre n’est pas mis à jour quand celui de la machine hôte se réduit.

D’autre part, le système de fichiers ne renvoie pas d’erreur quand l’ajout de données échoue par manque de place. Bombich indique avoir ajouté une vidéo dans son image test, alors même que le disque local était plein. La copie du fichier a « réussi », le système ne signalant aucun problème, mais l’opération s’était faite dans le vide. Il s’agit donc bien d’une perte de données.

Ces deux soucis sont assez spécifiques prévient le développeur. Les utilisateurs de Mac ne tomberont pour la grande majorité jamais dessus. Apple a été informée de la situation, et Bombich ajoute que Carbon Copy Cloner ne prendra pas en charge APFS tant que ces bugs n’auront pas été résolus.

Dans ses explications, Mike Bombich fournit une vidéo montrant comment se manifeste la perte de données.

Copié dans le presse-papier !

Flight Sim Labs conçoit des add-ons pour Flight Simulator X, ajoutant de nouveaux appareils au simulateur aérien. Dernièrement, le modèle pour l'Airbus A320 (l'add-on A320-X) a déclenché l'antivirus de certains joueurs, rapporte Rock Paper Shotgun. La raison : l'outil d'installation embarque un dispositif de vol d'identifiants via Google Chrome.

L'entreprise a rapidement répondu sur son forum. Elle reconnaît les faits et tente de le justifier. Pour résumer, elle s'est lancée dans la traque d'un concepteur de cracks pour ses logiciels, trop efficaces et évolutifs pour être arrêtés via des mises à jour.

Flight Sim Labs a tenté d'entrer sur les forums où il partageait ses découvertes avec d'autres crackers, sans succès. La société a remarqué que la personne en question utilise Chrome pour contacter ses serveurs. Elle a donc décidé de le piéger, en intégrant un outil d'extraction de mots de passe à l'installeur de ses add-ons.

« En conséquence, nous avons mis notre serveur à l'écoute d'un sous-ensemble de données spécifique de la part de l'installeur. En cas de correspondance [avec les données du cracker], il devait extraire les informations du cracker nécessaires pour que nous puissions accéder à ces sites illicites, et partager des données avec les autorités compétentes » reconnaît l'entreprise. Le pirate a été identifié et ses coordonnées sont à la disposition des forces de l'ordre, déclare le studio.

Il promet que l'outil en question ne se serait jamais déclenché en cas de correspondance partielle ou pour tout client légitime, l'extracteur d'identifiants étant supprimé dans le processus d'installation. Flight Sims Lab propose aux clients qui s'estiment lésés de les rembourser de leur add-on.

L'installeur a depuis été vidé du malware, la société assurant qu'elle ne répétera plus une telle opération... sans doute en espérant qu'aucune plainte ne soit déposée.