du 09 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Le Crédit Agricole livre quelques détails sur son offensive « anti-Orange Bank », EKO

L'arrivée d'Orange Bank n'initie pas un changement en profondeur dans le domaine bancaire (voir notre analyse), mais l'implication d'un acteur de cette taille fait forcément bouger les lignes et réagir la concurrence.

Nous avons déjà évoqué le cas du Crédit Mutuel Arkea qui a simplifié sa procédure de création de compte et mise sur son service Max, ou le Crédit Mutuel avec Avantoo. C'est au tour du Crédit Agricole d'en dire un peu plus sur son EKO.

Et autant le dire clairement, ça ne va pas vraiment révolutionner le genre. Comme tout acteur important du secteur, la banque veut éviter de cannibaliser son offre actuelle et préfère donc se préserver en mettant de nombreuses barrières en place, au risque de proposer un nouveau produit finalement peu intéressant.

Cette solution facturée 2 euros par mois permet d'obtenir une carte bancaire internationale à autorisation systématique. Proposée en ligne et dans les agences du groupe, elle autorise 300 euros de retrait sur sept jours et 1 200 euros de paiement par mois.

EKO a été pensée pour « ceux qui souhaitent maîtriser leurs dépenses [et] conçue pour éviter les mauvaises surprises (pas de petites lignes ni de frais cachés) : tout a été pensé pour aider les Français à maîtriser leur budget » précise le communiqué.

Des alertes seront envoyées gratuitement par SMS lorsque le solde sera débiteur ou inférieur à 20 euros, le découvert n'est pas autorisé. Une application viendra accompagner le dispositif, dont les premiers détails tarifaires ont été dévoilés.

Ainsi tout est gratuit à quelques exceptions près : 25 retraits sont inclus par an en France dans les distributeurs qui n'appartiennent pas au Crédit Agricole, 10 dans les pays hors de l'espace économique européen. Des commissions d'intervention et des frais de rejet peuvent s'appliquer en cas de solde insuffisant, la refabrication urgente de la carte ou les chèques de banque sont payants (montants non communiqués)

La promesse est également celle d'une création de compte en moins de 10 minutes et d'une « offre 100 % humaine et 100% digitale co-construite avec les clients du Crédit Agricole ». Tout un programme. Une large campagne de communication viendra promouvoir ce nouveau service dans les prochains jours à la télévision, au cinéma et en ligne.

La date de commercialisation effective n'a pas encore été dévoilée.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Alors que la Blizzcon approche à grand pas, de nombreuses rumeurs ont fait surface autour d'une éventuelle suite à la saga Diablo. Un faisceau d'indices, comme la présence d'une conférence « Diablo : What's Next » sur la scène principale dès la fin de la cérémonie d'ouverture, ou encore le lancement de tous nouveaux produits dérivés semblaient donner du poids à ces rumeurs.

Blizzard s'est toutefois fendu d'un communiqué visant à calmer les attentes des fans de la franchise. « Nous connaissons les souhaits de bon nombre des membres de la communauté. Tout ce que nous pouvons dire c'est que "tout vient à point à qui sait attendre" et que certaines nouveautés diaboliques demandent plus de temps ».

L'éditeur assure qu'il y aura tout de même quelques annonces liées à l'univers de Diablo. Espérons seulement qu'il ne s'agira pas uniquement de présenter le portage sur Switch, dont le lancement est prévu le 2 novembre prochain, jour de la cérémonie d'ouverture de la Blizzcon.

Copié dans le presse-papier !

Cet été, les deux protagonistes annonçaient leur divorce après la seconde génération de puces 3D XPoint prévue pour le premier semestre 2019. Ensuite, le développement se fera « indépendamment par les deux sociétés afin d'optimiser la technologie pour leurs produits et besoins commerciaux respectifs ».

Aujourd'hui, Micron fait part de son intention de prendre le contrôle de la co-entreprise IM Flash Technologies (IMFT). La société explique qu'elle a jusqu'au 1er janvier 2019 pour exercer son option d'achat.  

Le montant de la transaction est de 1,5 milliard de dollars en cash, ainsi que la reprise des dettes pour 1 milliard de dollars. Une fois la procédure lancée, la transaction devrait être définitivement conclue dans les six à douze mois suivants.

Si le rachat arrive à son terme, « IMFT deviendra une filiale à 100 % de Micron et tous ses employés feront partie de l’équipe » de la société. L'accord prévoit que Micron continuera à vendre à Intel des Wafers de 3D Xpoint jusqu'à un an après la clôture du rachat.

Copié dans le presse-papier !

À ce jour, les consommateurs qui souhaitent lancer une action de groupe doivent trouver une association agréée pour porter leur cause devant les tribunaux.

Un « filtre » qui ne plaît guère à la députée Laurence Vichnievsky. L’élue Modem estime que cette procédure n’a de ce fait été que « peu utilisée dans la pratique », sans provoquer de surcroît « d’avancées significatives dans la défense des consommateurs ».

À l’appui d’une proposition de loi co-signée par une quarantaine d’élus de la majorité, la parlementaire voudrait ainsi que les actions de groupe puissent à l’avenir être lancées par les groupes constitués d’au moins cent consommateurs (qui s’estiment victimes du même préjudice, par exemple au sujet d’un contrat de téléphonie).

Les associations « conserveront toute leur place mais ne disposeront plus d’un monopole », explique Laurence Vichnievsky. « L’interface entre la juridiction et les consommateurs sera, dans ce cas, l’avocat. »

Cette réforme concernerait uniquement les actions de groupe portant sur des litiges commerciaux, et non sur ceux en matière de données personnelles (tel que prévu par la loi de modernisation de la justice de 2016).

Copié dans le presse-papier !

Apple a confirmé un nouvel événement presse, qui se tiendra cette fois le 30 octobre à la Brooklyn Academy de New York, soit deux jours avant la présentation de ses derniers résultats financiers.

On attend évidemment que la firme y dévoile ses nouveaux iPad et Mac.  Les rumeurs sur les tablettes vont toutes dans le même sens maintenant depuis plusieurs mois : un amincissement des bordures, une disparition du bouton Accueil et l’arrivée de Face ID. En clair, le traitement iPhone X.

Côté Mac, on attend surtout la confirmation d’un bruit de couloir insistant : le lancement d’un MacBook moins cher qui viserait particulièrement les étudiants. Un Mac mini Pro pourrait également être de la fête, le petit ordinateur n’ayant pas eu de mise à jour depuis des années.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, c'est aujourd'hui que le remplaçant de l'iPhone 8 fait son entrée dans la boutique Apple. Il faudra par contre attendre le 26 octobre pour la livraison et la disponibilité dans les magasins physiques.

Il est pour rappel disponible en six couleurs (blanc, noir, bleu, jaune, corail et rouge), avec 64 (855,28 euros), 128 (917,68 euros) ou 256 Go (1 027,68 euros) de stockage. Pour certaines versions, l'expédition commence déjà à glisser « sur une à deux semaines ».