du 02 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Le CNRS veut se doter d'une structure dédiée à l'intégrité scientifique

Antoine Petit, président du CNRS depuis un peu plus d'un mois, explique qu'il a mis sur pied un groupe de travail qui devra faire « des propositions et des recommandations sur le traitement par le CNRS des questions de méconduite et de fraude scientifique ».

Le président souhaite que les choses bougent rapidement : il veut un pré-rapport d'ici deux mois, la version définitive dans trois mois et la mise en place du dispositif avant l'été. Antoine Petit se montre ferme : « j’attends de ce nouveau dispositif qu’il permette de sanctionner les fraudeurs à la juste hauteur de leurs méfaits, sans aucune complaisance, et qu’il assure une certaine sécurité juridique ».

Cette annonce n'est pas anodine : elle arrive quelques semaines après l'enquête visant Anne Peyroche, l'ex-présidente par intérim du CNRS. Comme l'explique Le Monde, elle avait été convoquée mi-janvier par sa hiérarchie « pour un entretien destiné à l’éclairer sur des anomalies constatées dans certains de ses articles ».

À la même période, le Ministère de lʼenseignement supérieur et de la recherche publiait un communiqué pour annoncer son remplacement à la tête du CNRS par Antoine Petit. Le gouvernement restait vague sur les raisons, évoquant simplement qu'Anne Peyroche se trouvait « pour l’heure empêchée ». D'après Le Figaro, elle n'aurait « pas été désavouée par le ministère ni par le CNRS », mais son remplacement « aurait été précipité pour des raisons de santé ».

Au même moment, la biologiste Catherine Jessus était sous le coup d'une commission d'enquête de la Sorbonne Université – CNRS pour « méconduites scientifiques ». Le rapport conclut finalement « n'avoir pas trouvé, dans les figures incriminées sur internet, de fondement à une méconduite scientifique de Mme Jessus ».

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La version 4.19 du noyau Linux est désormais disponible. Comme toujours, les utilisateurs attendront que leur distribution leur propose la mise à jour, qui souvent n’arrive qu’avec la version majeure suivante.

La particularité principale de cette mouture est qu’elle a été développée sans la supervision de Linus Torvalds. Il est pour rappel « en repos », à méditer sur ses interactions avec les autres. Connu pour sa brutalité dans les rapports humains, les remous ont fini par le rattraper. Il est temporairement remplacé par Greg Kroah-Hartman, qui s’est donc chargé de l’annonce.

Comme souvent, la plupart des améliorations concernent le support du matériel et donc les pilotes. On note par exemple une première prise en charge de l’Adreno 600 de Qualcomm, une progression pour les GPU Icelake « Gen 11 » d’Intel, de nombreuses améliorations pour les GPU Zen et GFX9 d’AMD ou encore une surveillance désormais précise de la température pour les Threadripper 2.

Notez que cette version continue d’intégrer des mesures d’atténuation pour les failles Spectre, puisqu’elles touchent de nombreuses architectures et possèdent plusieurs variantes. Les processeurs IBM POWER et x86 reçoivent ainsi des protections supplémentaires, et même jusqu’aux IBM s390.

Maintenant que le noyau 4.19 est terminé, la gestion de son développement doit normalement revenir à Torvalds. Il devrait être aux commandes du kernel 4.20, qui pourrait être renommé en Linux 5.0, de la même manière que le noyau 3.19 était devenu le 4.0. Phoronix a pour information réalisé une compilation des nouveautés attendues.

Copié dans le presse-papier !

La situation se tend pour Julian Assange. Le fondateur de WikiLeaks attaque en effet l’Équateur, qui lui offre pourtant l’asile politique depuis six ans dans son ambassade londonienne.

Assange estime en effet que ses libertés fondamentales sont bafouées. Il semble que l’attaque fasse suite à une série de règles confiées récemment à Assange par l’Équateur : nettoyer sa salle de bain, nourrir son chat, laver son linge, ne pas participer à des débats houleux avec le personnel…

Des règles de bienséance jugées dégradantes par Assange.

Baltasar Garzon, son avocat, a indiqué récemment au cours d’une conférence téléphonique que le fondateur de Wikileaks a été « détenu dans des conditions inhumaines depuis plus de six ans. Même les personnes emprisonnées ont leurs appels payés par l’État ».

Un choix de mots très particuliers. « Détenu » renvoie à une situation d’emprisonnement après condamnation. Assange n’est pas en prison mais réfugié politique. Difficile de fait de savoir quels intérêts se jouent ici.

Le Royaume-Uni répète depuis des années qu’Assange sera arrêté au premier pas en dehors de l’ambassade. Les États-Unis pourraient alors le faire extrader pour ses activités liées à WikiLeaks. Quant à l’Équateur, son président Lenin Moreno indiquait en juillet qu’Assange ne pouvait pas rester « pour toujours » dans son ambassade.

Il est probable que le réfugié soit devenu un problème gênant pour un nombre croissant d’intérêts. Sa plainte pourrait reposer sur une base légitime mais, même dans ce cas, elle risque fort d’agacer l’Équateur. Elle pourrait cependant éclairer un peu les conditions réelles de vie d’Assange depuis six ans.

Copié dans le presse-papier !

Cette histoire de micropuce espionne continue de faire couler beaucoup d'encre outre-Atlantique. Si Supermicro a déjà démenti catégoriquement les accusations de Bloomberg, le fabricant va analyser en détail ses cartes mères, rapporte Reuters.

« Malgré l'absence de preuve de l'existence d'une puce matérielle malveillante, nous procédons à un examen compliqué et fastidieux pour répondre en détail à l'article de presse », affirme la société dans une lettre envoyée lundi à ses clients.

Dans le même temps, Charles Liang (directeur général de Supermicro) et Andy Jassy (directeur général d'Amazon Web Services) appellent tous les deux Bloomberg à se rétracter. Ils rejoignent ainsi Tim Cook qui a fait de même il y a quelques jours.

Déjà sceptique lors de la publication de l'article début octobre, le site spécialisé ServeTheHome (STH) revient longuement sur cette affaire avec une approche technique. « Nous sommes dans une impasse à ce stade. Nous avons expliqué pourquoi les détails techniques du prétendu piratage de Bloomberg sont inexacts et/ou invraisemblables » affirme STH en guise de conclusion.

Ce dernier demande à Bloomberg des « informations crédibles et vérifiables pour prouver la véracité de cette histoire » ou de se rétracter (et d'expliquer comment cette histoire a pu être publiée) dans le cas contraire.

ServeTheHome demande une fois encore à la SEC d'enquêter. La société estime également qu'en l'absence de preuve, « les actionnaires d'Amazon, Apple et Supermicro devraient demander réparation financière à Bloomberg ».

Copié dans le presse-papier !

L'organisation américaine, en charge des ressources mondiales du Net, a publié une lettre le 20 octobre (PDF), traduisant les tensions sur la réforme du « whois » des noms de domaine à extension générique, imposée par le Règlement général sur la protection des données (RGPD).

Les coordonnées des titulaires doivent désormais être masquées par défaut, l'ICANN ayant pris très tardivement conscience du problème (voir notre analyse). Depuis, des États et groupes privés poussent le maintien de cette information publique.

Dans sa missive, elle réfute servir les intérêts de certains acteurs, comme les forces de l'ordre et des sociétés privées dont l'activité dépend du moissonnage du « whois », sans le consentement des internautes.

L'organisation répond à une lettre du Groupe des acteurs non-commerciaux du GNSO, présidé par Farzaneh Badii, directrice exécutive de l'Internet Governance Project (IGP).  Datée du 17 octobre (PDF), elle accuse l'ICANN de défendre des intérêts particuliers en cherchant un moyen de maintenir l'annuaire public. Le groupe estime aussi que l'ICANN entre dans la régulation des contenus, qui est hors de son champ de compétences officiel.

Pour l'ICANN, il n'est pas question de maintenir l'annuaire public, malgré les apparences. Il ne serait pas non plus question de favoritisme pour certains intérêts, ni de discussions à huis clos avec les CNIL européennes.

De même, elle assure s'inquiéter des droits des titulaires sur leurs données. Elle se défend enfin d'entrer dans la régulation de contenus, dans la conception de son modèle l'accès aux données.

« Nous sommes inquiets que votre lettre soit par moments fondée sur des opinions présentées comme des faits, et tente de réécrire une partie de l'histoire entre la communauté de l'ICANN et les lois de protection des données » tance l'organisation.

Des groupes sont pourtant actifs pour maintenir ce « whois » public. En août, l'IGP avait révélé un brouillon de loi poussé par des sociétés au Congrès américain. Il réduirait le champ du RGPD sur le « whois », en créant des obligations de publicité des coordonnées pour des acteurs américains et ceux visant le pays.

Copié dans le presse-papier !

Déjà très présent dans les solutions réseau grand public, avec ou sans fil, le constructeur cherche continuellement de nouvelles opportunités. Notamment auprès des professionnels.

Il vient pour cela d'annoncer un contrôleur 10G PON disposant d'un processeur à deux cœurs, qui doit trouver sa place dans les infrastructures des réseaux fibre de demain... mais pas seulement.

Ainsi, cette solution basse consommation serait tout autant adaptée à des points intermédiaires de distribution fibre, à des stations de base 5G, aux ONT (Points de terminaison optique) ou même à des appareils domestiques.

Il intègre pour cela une couche physique pour des réseaux ethernet 2.5G permettant de jouer un rôle d'intermédiaire « cost-effective », promet Intel. Bref, il s'agit d'une puce à tout faire que le constructeur compte placer un peu partout dans les années à venir.

Elle sera exposée à l'occasion du Broadband World Forum (BBWF) de Berlin qui se tiendra du 23 au 25 octobre. Ce sera sans doute l'occasion d'en apprendre un peu plus sur ce contrôleur, qui n'a pas encore de référence, et ses différentes intégrations.