À 7 jours de la fin de leur campagne, les créateurs (français !) du jeu de plateau Le 7e Continent ont collecté près de 4,1 millions de dollars auprès de 31 250 contributeurs, soit 100 fois plus que le but initialement fixé.

Après une première campagne couronnée de succès en septembre 2015, ils proposent une réédition du jeu original, accompagnée d’une extension. Celle-ci est vendue 49 dollars seule, le jeu de base 80 dollars et l’intégrale est proposée pour 129 dollars.

Le 7e Continent dépasse les 4 millions de dollars sur Kickstarter
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le service de gestion des flux RSS Feedly ajoute une nouvelle fonctionnalité à son offre Teams : la possibilité d'envoyer des newsletters (voir la vidéo).

Celles-ci sont composées à partir des Boards qui comprennent la liste des éléments sauvegardés par l'équipe. Les notes et éléments surlignés sont également repris dans l'email envoyé.

L'expédition se fait à l'heure de votre choix et seulement certains jours si vous le désirez. Vous avez également la possibilité d'ajouter un tiers dans la liste des destinataires, mais attention à ne pas le faire sans son accord.

L'idée n'est de toute façon pas de mettre en place un service complexe comme peuvent le faire des sociétés spécialisées telles que MailJet ou Mailchimp. Feedly veut surtout permettre à ceux qui utilisent ses outils collaboratifs de partager leur travail sous une forme différente, ce qui peut être pratique pour une revue de presse interne par exemple.

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, Google évoquait un nouveau programme de protection avancée pour ses comptes et ses services. Derrière cette annonce, il était surtout question de quelques options activées par défaut, notamment le besoin d'utiliser une clé de sécurité physique (U2F) pour la connexion à deux facteurs.

ProtonMail répond à la société américaine en mettant en avant ses propres avantages. Tout d'abord, l'emplacement de ses serveurs. Ensuite, le fait qu'elle n'appartienne pas à un groupe aux revenus issus majoritairement de la publicité.

Elle évoque aussi le chiffrement intégré au cœur de son dispositif, même s'il n'est pas encore possible de chiffrer les messages de manière asymétrique et via OpenPGP, même pour les comptes extérieurs au service. Elle ne stocke pas non plus de données sur ses utilisateurs ou leur activité, même pas leur adresse IP.

Enfin, elle utilise un dispositif de Secure Remote Password pour le contrôle d'accès, avec une authentification en deux étapes. Néanmoins, il n'est pour le moment pas possible d'utiliser une clé U2F.

Il est intéressant de voir Google se renfocer sur la sécurité, alors que la société avait fait des promesses dans le domaine du chiffrement des emails, avant de reculer au début de l'année

Problème, de nombreuses alternatives sont apparues sur ce terrain laissé vacant. Et ce n'est pas avec quelques promesses et autres petites retouches dans les paramètres de sécurité que la situation évoluera vraiment. Surtout quand la solution identifie les utilisateurs qui l'activent comme des cibles potentielles.

Copié dans le presse-papier !

L’éditeur propose un brouillon de ce qui pourrait devenir un futur standard. WebXR est une API qui ambitionne de trouver les points communs entre les principales technologies pour les mettre à disposition des développeurs web.

Que l’on utilise HoloLens (Microsoft), ARCore (Android) ou encore ARKit (iOS), il existe des concepts communs. Avec une API pour les opérations de base, il serait possible d’amener les différents équipements à proposer le même rendu pour les pages/applications web qui s’en serviraient.

WebXR peut être vu comme un surensemble de WebVR qui gèrerait aussi bien la réalité augmentée que virtuelle. La nouvelle API part d’ailleurs du brouillon de WebVR 2.0 pour en élargir les capacités.

Mozilla en appelle désormais à toutes les bonnes volontés et invite les développeurs intéressés à se pencher sur le projet. L’éditeur prévient également qu’une plateforme mobile de navigation 3D est en cours de développement. Basée sur Servo (d’où vient le nouveau moteur Quantum de Firefox), elle devrait faire prochainement l’objet d’une présentation.

Copié dans le presse-papier !

Dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances pour 2018, les députés ont rejeté, samedi 21 octobre, tous les amendements visant à avancer d’un an la déclaration automatisée au fisc, par les grandes plateformes de type Uber ou Airbnb, des revenus générés par leurs utilisateurs.

Ils se sont également opposés, toujours en suivant l’avis défavorable du rapporteur et du gouvernement, à l’abattement de 3 000 euros qui aurait pu profiter aux adeptes de ces mêmes plateformes. L’amendement visant à taxer les géants du Net à partir de leur « présence digitale significative » en France a quant à lui été retiré.

Copié dans le presse-papier !

La société suédoise passe à la vitesse supérieure en proposant une plateforme promotionnelle, presque une agence. Selon les propres mots de l’entreprise, elle s’engage à « soutenir les carrières des artistes de tout niveau ».

RISE comprend une plateforme dédiée et un programme de promotion sur divers canaux, surtout les réseaux sociaux et les services de streaming, car Spotify ne veut pas se contenter du sien. Des playlists spéciales seront mises en avant et des évènements organisés dans les prochains mois. L’idée sera toujours la même : faire découvrir les artistes.

Une première sélection est déjà avancée : Kim Petras (pop), Lauv (pop/rock), Russell Dickerson (country) et Trippie Redd (hip hop). En l’état, RISE pourrait entrer en compétition directe avec Music Up Next, un programme équivalent chez Apple. Même s’il est restreint aux seuls services de Cupertino, il a l’avantage d’exister depuis plus longtemps.

Hasard du calendrier (ou pas), Apple a déposé la semaine dernière une demande de marque pour Music Up Next, mettant en avant son travail de curation, la promotion des artistes et son engagement pour le multimédia.