du 03 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

Le 31 mars, Mozilla fêtait ses 20 ans

Le projet est né le 31 mars 1998, quand le code source du navigateur Netscape a été ouvert à tout un chacun.

Le « 31/3 », ce code avait été nettoyé de toute trace propriétaire et une nouvelle licence avait été créée pour l'occasion, la Mozilla Public Licence (MPL), reconnue open source par l'OSI. Une première version du site Mozilla.org était également lancée, aujourd'hui consultable depuis WebArchive.

Difficile bien sûr d'imaginer le chemin que parcourrait cette entité, qui deviendrait fondation et accoucherait quelques années plus tard du projet Phoenix, devenant Firefox. Un succès foudroyant pour un navigateur très attendu et ayant joué un rôle profond dans la transformation du web, qui stagnait à cause d'un Internet Explorer presque figé. Microsoft ne s'en est d'ailleurs jamais remis.

Bien que la situation ait bien changé depuis (notamment à cause d'un Chrome omniprésent), la mission de la fondation n'a guère changé, et son poids reste important. Actuellement, Firefox vit d'ailleurs une grande transition technologique, avec un remaniement presque complet de ses fondations et l'arrivée de nombreuses fonctionnalités.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Cette fois-ci c'est la bonne. Fin 2015, le revendeur annonçait qu'il ne vendrait plus de clés Chromecast et d'Apple TV. La raison officielle était la non-prise en charge d'Amazon Prime Video. Depuis, Amazon et Google se livrent une bataille par services interposés, conduisant au retrait de YouTube de la Fire TV fin 2017.

Quelques jours plus tard, un porte-parole d'Amazon affirmait que les produits Apple et Google seraient prochainement de retour sur la boutique en ligne. Des fiches produits étaient mises en ligne, mais sans aucun stock pour Chromecast.

L'attente a été plus longue que prévu puisque les Chromecast (3e génération) et Chromecast Ultra ne sont disponibles que depuis cette semaine sur Amazon.com, comme l'explique Android Police. Pour le moment, ce n'est pas le cas sur Amazon en France.

Par contre, Amazon Prime Video n'est toujours pas supporté par Chromecast. « Il est important que les lecteurs multimédias de streaming que nous vendons soient compatibles avec Prime Video afin d’éviter toute confusion pour nos clients », nous affirmait Amazon fin 2015… qui semble donc avoir changé son fusil d'épaule.

Copié dans le presse-papier !

Le chercheur Tavis Ormandy, connu pour être un actif participant du Project Zero de Google, avait découvert en septembre des problèmes de sécurité dans l’application Options de Logitech, qui permet de personnaliser le comportement des claviers et souris maison.

Cette personnalisation se faisait via l’ouverture d’un serveur WebSocket local très mal protégé, acceptant des commandes potentiellement dangereuses, démarrant automatiquement avec le PC et ne fournissant qu’un système d’authentification décrit comme « apathique », presque inexistant.

Le chercheur dit avoir rencontré les équipes de Logitech le 18 septembre pour leur exposer les différents problèmes. Le constructeur aurait bien pris note et compris ses erreurs. Mais en octobre, la nouvelle version d’Options ne contenait aucun correctif.

S’agissant du Project Zero, Logitech avait 90 jours pour corriger le tir après découverte des failles. Ce délai écoulé, Tavis Ormandy a publié les détails de ses découvertes… provoquant une réaction de Logitech en moins de 48 heures.

Le constructeur a en effet publié la version 7.00.564 d’Options. Il confirme sur Twitter qu’elle corrige bien les soucis soulevés par le chercheur. Sur Twitter, certains notent qu’ils n’étaient donc pas si longs à réparer, soulignant le délai total de réaction.

Dommage une nouvelle fois qu’une entreprise, avertie depuis deux mois, ne réagisse à un problème de sécurité qu’après en avoir été exposée aux détails de manière publique.

Copié dans le presse-papier !

En octobre, Brave faisait le saut vers l’utilisation complète de Chromium. Il n’en utilisait jusque-là que le socle technique, complété par la bibliothèque Muon pour tout ce qui touche à l’interface.

Le changement avait été conséquent : interface calquée sur Chrome (y compris l’installeur et les options), poids largement en baisse, ouverture au catalogue d’extensions, lancement plus rapide, chargement plus rapide des pages... au détriment d’une perte d’identité probablement.

Cette nouvelle version, estampillée 0.57, était réservée jusqu’ici aux nouveaux téléchargements. Depuis quelques jours, elle est en diffusion auprès des utilisateurs d’anciennes moutures, qui n’ont donc plus le choix.

Notez que les spécificités de Brave, comme le blocage des publicités et trackers, ainsi que le système de récompenses Brave Rewards, sont toujours présents. L’éditeur continue d’en faire le cœur de son produit.

Parallèlement, une nouvelle mouture 1.7 pour iOS est disponible. Les développeurs annoncent utiliser désormais le contrôle WKWebView fourni par le système. Conséquence, une hausse générale des performances, tant dans le chargement des pages web que dans le navigateur lui-même.

Brave prend également en charge les nouveautés d’iOS 12, particulièrement l’AutoFill permettant aux gestionnaires de mots de passe (1Password, Dashlane, LastPass…) de renseigner les champs d’authentification dans les pages web.

À noter que certaines fonctions ont disparu au passage, comme le passage forcé en HTTPS ou le contrôle précis des cookies. Elles seront réintroduites, le temps que les développeurs finalisent les gros travaux récents.

On peut donc observer un vaste mouvement de fond chez Brave, qui ne cherche plus à réinventer la roue. L’équipe a manifestement décidé de prendre les composants existants, ce qui devrait mathématiquement libérer des ressources au profit de la valeur ajoutée du navigateur.

Brave promet d’ailleurs une année 2019 « excitante », avec notamment un nouveau design en préparation (de quoi faire oublier la copie de Chrome ?) et l’arrivée des Rewards dans la mouture iOS.

Copié dans le presse-papier !

La société de Richard Branson a donc réussi son pari d'aller dans l'espace avant Noël. Le vaisseau suborbital est monté à 51,4 miles, soit 82,7 km environ… mais en dessous de la ligne de Kármán (100 km).

Cette dernière étant imaginaire (et fixé avec un chiffre rond dans l'unité du SI), les États-Unis, la NASA et l'US Air Force prennent parfois en compte une autre définition, également avec une valeur facile à retenir : 50 miles (environ 80,5 km). S'il fallait une confirmation supplémentaire, la Federal Aviation Administration (FAA) félicite Virgin Galactic pour son voyage (et son retour) dans l'espace.

Pour arriver à réaliser cette opération, les pilotes ont allumé le moteur de la fusée pendant 60 secondes pour atteindre Mach 2,9, soit quasiment trois fois la vitesse du son. Ils se sont ensuite posés sans encombre sur la terre ferme.

Pour rappel, cet engin spatial est largué en l'air par un gros porteur WhiteKnightTwo avant d'allumer son moteur pour rejoindre l'espace.

Copié dans le presse-papier !

« L'ARCEP n'a pas pour vocation de jouer aux associations de défense des consommateurs, ce n'est pas son rôle » a lâché le PDG de SFR, Alain Weill, lors d’une audition à la Commission des affaires économiques du Sénat, cité par Les Échos.

L’autorité des télécoms a ouvert une instruction contre l’opérateur sur la base des remontées de clients sur son service « J’alerte l’ARCEP ». SFR bat ses concurrents sur le mécontentement, entre autres à cause de facturations après une portabilité de numéro fixe vers un autre opérateur.

« Le régulateur des télécoms devrait davantage guider et encourager les opérateurs, or là, il nous rabaisse. La situation n'est certes pas idyllique, mais les informations de l'ARCEP ne correspondent pas à la réalité pour autant », pense l’opérateur, qui défend l’amélioration de ses indicateurs.