du 29 août 2018
Date

Choisir une autre édition

Le « HAT » PoE pour le Raspberry Pi 3B+ est disponible pour 21,50 euros

En mars dernier, le Raspberry Pi 3B+ était annoncé avec un SoC plus rapide, du Wi-Fi 802.11ac et de l'Ethernet Gigabit (limité à environ 300 Mb/s). Ce modèle 3B+ supporte également le Power over Ethernet (PoE), à condition d'utiliser un « HAT » en plus. Cinq mois plus tard, il est enfin disponible pour 21,50 euros chez Kubii.

Il permet donc de récupérer l'alimentation depuis le réseau (à condition qu'il soit relié à un équipement lui aussi compatible PoE). L'ensemble prend la forme d'un PCB occupant quasiment le même espace que celui du Raspberry Pi 3 B+ (sans les ports USB et Ethernet). Il est surmonté d'un petit ventilateur.

Un I2C se charge automatiquement de contrôler la température du SoC et de le mettre en marche lorsqu'un certain seuil est dépassé. Pour en profiter, il faudra installer le dernier firmware, via la commande sudo rpi-update sur Raspbian par exemple.

Si le GPIO est « caché » par le HAT, les connecteurs ne sont pas utilisés par ce dernier. Il faudra par contre acheter un prolongateur pour en profiter (des trous sont prévus dans le PCB du HAT). On en trouve pour une poignée d'euros.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Depuis plusieurs années, l'outil permet déjà de contrôler à distance son terminal mobile sous Android. Une mise à jour déployée cette semaine ajoute la prise en charge d'Android TV.

Les notes de version indiquent également que divers correctifs et améliorations ont été apportés, notamment un problème avec les terminaux sous Android 8 (Oreo) ou une version plus récente du système d'exploitation.

Copié dans le presse-papier !

Après le rover baptisé Rosalind Franklin, c'est au tour de la plateforme d'atterrissage d'avoir un petit nom : Kazachok, un choix fait par les Russes de Roscosmos. L'agence spatiale européenne explique qu'il signifie « petit cosaque » et qu'il s'agit d'une danse folklorique.

La plateforme est également arrivée à Turin, en Italie. Pour rappel, ExoMars 2020 est une initiative conjointe de l'ESA et de l'agence spatiale russe. Le lancement est prévu pour juillet 2020. Si tout se passe bien, une fois sur le sol martien, le rover quittera sa plateforme pour aller explorer la surface.

Copié dans le presse-papier !

Le Virtual Desktop avait été présenté en septembre dernier lors de la conférence Ignite. Dans la foulée, Microsoft en avait proposé une préversion pour quelques privilégiés. Elle est désormais disponible pour toutes les entreprises éligibles, mais aux États-Unis seulement.

Le Virtual Desktop réunit en fait l’infrastructure de bureau virtuel (VDI) de Windows 7 et les services de bureau distant multi-utilisateurs (RDS) de Windows 10. Il suffit de créer une instance Azure, seule la machine virtuelle étant facturée.

La tarification est en effet agressive puisque Microsoft ne compte pas le coût des licences. Et pour cause : Virtual Desktop accompagne naturellement les abonnements Microsoft 365 F1/E3/E5, Windows 10 Entreprise E3/E5 et Windows VDA.

Elle est d’autant plus agressive que les bureaux virtuels Windows 7 seront automatiquement accompagnés de trois ans d’Extended Security Updates (ESU). Une offre séduction puisque le support technique du système s’arrête en janvier 2020, les trois années supplémentaires de support sur site étant facturées au moins 25/50/100 dollars par poste.

En outre, le rachat de FSLogix en novembre dernier permet un provisionnement des applications en environnement virtualisé. La technologie devrait être particulièrement utile avec OneDrive et Outlook, qui peuvent tous deux stocker plusieurs Go de données. Elle sera automatiquement utilisée chez les clients ayant Office 365.

La préversion publique n’est disponible que dans deux régions américaines (US East 2 et US Central). La version finale sera disponible partout, mais Microsoft ne donne pas de date.

Copié dans le presse-papier !

Metropolitan a mis en ligne une nouvelle vidéo de présentation pour le troisième épisode des aventures du célèbre tueur à gages, incarné par Keanu Reeves bien évidemment.

Pour rappel, cet opus se déroule juste après le deuxième film : « John Wick a transgressé une règle fondamentale : il a tué à l’intérieur même de l’Hôtel Continental ». Sa tête est ainsi mise à prix pour la bagatelle de 14 millions de dollars.

La sortie au cinéma est programmée pour le 22 mai.