du 30 avril 2019
Date

Choisir une autre édition

LDLC : chiffre d'affaires en hausse de 7,4 %, mais l'activité BtoC hors boutiques baisse

Sur l'année 2018-2019 (du 1er avril au 30 mars), le groupe revendique un chiffre d'affaires de 507 millions d'euros, en hausse de 7,4 % sur un an, « malgré un contexte particulièrement défavorable sur une majeure partie de l’exercice ».

Il n'est par contre pas question du bénéfice/perte, les résultats complets seront comme toujours avec LDLC publiés dans un second temps : le 20 juin après la fermeture de la bourse.

Dans tous les cas, « cette performance encourageante témoigne des efforts du Groupe pour renforcer ses positions sur les activités BtoC et développer le réseau de magasins », affirme LDLC. « Nous observons, depuis février 2019, une réelle inversion de tendance sur ces activités avec une hausse sensible des ventes en ligne et en boutiques, qui se poursuit au cours des premières semaines d’avril ».

L'activité BtoC réalise un chiffre d'affaires de 335,7 millions d'euros sur l'exercice 2018-2019, dont 59,9 millions d'euros pour les 40 magasins du groupe. Il y a un an, les revenus BtoC étaient de 340,1 millions et ceux des magasins de 53 millions d'euros pour… 29 boutiques.

Hors boutique, le chiffre d'affaires du BtoC est donc de 275,8 millions d'euros en 2018-2019, contre 287,1 millions il y a un an, soit une baisse de 11,3 millions d'euros. LDLC ne donne aucune explication, alors que l'année dernière encore il mettait en avant « la hausse des prix des composants mémoire ».

La croissance est donc principalement portée par l'activité BtoB à 161,9 millions d'euros, en hausse de 34,1 % « avec l’intégration du Groupe OLYS (+2,0 % à périmètre constant) », explique le groupe. Enfin, « les autres activités (hors Maginea) totalisent un chiffre d’affaires de 7,1 M€ sur l’exercice, contre 3,8 M€ en 2017-2018 ». Bref, la croissance est cette fois encore portée par les rachats et les activités professionnelles.

Depuis le 12 avril 2019, LDLC a mis fin à l’activité du site Maginea, spécialisé dans la décoration. La société explique vouloir se « recentrer sur ses activités de distributeur spécialisé, comme dans le high-tech, son métier emblématique, mais aussi dans des secteurs propices comme la puériculture, où les premiers résultats sont concluants, avec L’Armoire de Bébé ».

LDLC a également signé une promesse de vente pour céder son entrepôt de Nantes. « Le montant de la transaction, qui devrait être finalisée sur le 1er trimestre 2019-2020, s’élève à environ 11 millions d'euros ». Il restera sur place en tant que locataire.

Le revendeur compte aussi sur la commercialisation des produits Solaari et Nemeio au cours du second semestre de son exercice 2019-2020. Enfin, le 10 mai, LDLC ouvrira une nouvelle boutique (la 41e) dans le centre-ville de Bordeaux.

En bourse, ces annonces ont été favorablement accueillies avec une hausse de 15 % de l'action depuis la publication des résultats. Elle est passée de 6 euros à 7 euros aujourd'hui. On reste loin des 30 euros de juin dernier et de la pointe à 37 euros fin 2016 et début 2017.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Disponible depuis maintenant près de trois ans dans l'Hexagone, la banque en ligne connaît une importante progression : 100 000 clients en septembre 2017, 200 000 en janvier 2018, 600 000 en janvier 2019 et maintenant le cap du million.

Les jeunes ne sont pas les seuls intéressés : 25 % des clients ont entre 18 et 25 ans, 37 % entre 25 et 35 ans et enfin 38 % on plus de 35 ans.

Copié dans le presse-papier !

Microsoft a annoncé hier soir que la nouvelle mise à jour semestrielle était prête, finalement avec un petit mois supplémentaire par rapport aux estimations. 

Cette November 2019 Update ne cassera aucune habitude : à part quelques fonctions dédiées au monde de l’entreprise, la mise à jour ne contient que des correctifs et optimisations de performances.

Cette évolution « mineure » se reflète dans le numéro de build final : 18363.418, contre 18362.418 pour l’actuelle May 2019 Update à jour. Microsoft explique que les deux versions sont sur la même branche de service et se partageront donc les mêmes lots de correctifs.

De fait, la November 2019 Update ne sera pas distribuée comme une évolution semestrielle séparée, mais comme simple mise à jour cumulative lors d’un Patch Tuesday. Ce qui placerait la date de sa diffusion au 12 novembre, même si l’éditeur n’en dit pas un mot.

Deux conséquences néanmoins à cette annonce. D’une part, la nouvelle mise à jour est disponible dans le canal Release Preview. Microsoft se laisse donc plusieurs semaines de vérifications supplémentaires (on lui en sait gré). 

D’autre part, l’actuelle branche de développement 20H1 va envahir le canal lent. On devrait donc retrouver un cycle plus familier avec un canal rapide bombardant les testeurs de nouveautés sur un rythme hebdomadaire, et un lent ne gardant que les préversions les plus fiables, pour les testeurs moins aventureux.

Copié dans le presse-papier !

Deux ans après le retrait de son application sur macOS au profit de sa version web et TweetDeck, Twitter propose une nouvelle mouture pour le système d’Apple. Comme prévu, elle tire parti du projet Catalyst et est une conversion de la mouture pour iPad.

Il n’y aura donc aucune surprise dans l’interface et les fonctions, même si Twitter s’est au moins assuré que son application supportait le mode sombre de macOS,  disponible depuis un an (voir notre dossier sur Mojave).

L’application est en cours de déploiement, mais est déjà disponible dans la boutique française. Notez pour les utilisateurs de la version web (PWA) que les avantages à utiliser l’application sont moindres qu’avant. Reste ceux d’une intégration dans macOS, et une ergonomie déjà connue.

Copié dans le presse-papier !

Au tour d’Amazon de débarquer sur tvOS (version 12 minimum) avec une application Music, compatible avec toutes les formules actuellement proposées par l’éditeur (Prime, Unlimited ou HD).

L’application n’est pour l’instant pas disponible partout, mais la France fait bien partie des premiers pays concernés.

Amazon fournit en tout cas une application un peu plus complète que sa concurrente Spotify, elle aussi arrivée très récemment sur Apple TV. Elle propose par exemple la gestion des paroles, reprenant X-Ray Lyrics que l’on trouve depuis longtemps dans le service.

À voir, comme dans le cas de Spotify, si les utilisateurs auront envie d’utiliser une application dédiée. Les possesseurs d’Apple TV ont en effet probablement déjà un iPhone ou un iPad, avec la capacité donc de sélectionner l’Apple TV comme sortie son. Le pilotage de l’application mobile se révèle souvent beaucoup plus rapide et complet que l’interface TV et sa télécommande minimaliste.

Copié dans le presse-papier !

Les OnePlus 7 et 7 Pro ont été annoncés en mai dernier, tandis que le 7T a été présenté en septembre (écran AMOLED de 6,55" à 90 Hz, Snapdragon 855+ et 3 caméras). Ce dernier n'était pas disponible en France, mais le sera à partir du 17 octobre à 11h, dès 599 euros.

C'est désormais au tour du OnePlus 7T Pro de débarquer, avec une batterie légèrement plus grande et, là encore, un Snapdragon 855+. Pour le reste, peu de changement : l'écran et le design restent les mêmes que sur le 7 Pro. 

Le fabricant renouvelle son partenariat avec McLaren et annonce un OnePlus 7T Pro McLaren Edition. Il intègre 256 Go de stockage et 12 Go de mémoire.

Le One Plus 7T Pro sera lui aussi en vente le 17 octobre à partir de 11h, dès 759 euros. Il faudra attendre le 5 novembre pour le OnePlus 7T Pro McLaren et débourser au moins 859 euros.