du 15 février 2018
Date

Choisir une autre édition

La députée d'Eure-et-Loir, spécialiste du numérique, alerte sur l'enseignement des mathématiques, qu'elle estime insuffisant pour former les ingénieurs et informaticiens dont le pays a besoin.

Elle en appelle au gouvernement, pour qu'il donne une meilleure place à cette matière dans sa réforme de l'éducation. Elle souligne également le besoin de plus de femmes dans les métiers scientifiques et techniques. En parallèle, elle souhaite que les « humanités numériques et scientifiques » soient enseignées dès le collège, pour former les élèves aux enjeux de ces outils. Le cours de technologie doit être transformé en cours de culture numérique, à son avis.

« Elle regrette que cette nouvelle matière, essentielle pour maîtriser les enjeux (atouts et risques) liés au numérique ne soit pas également appliquée dès le collège, comme elle le propose depuis longtemps » précise le communiqué. Elle demande une formation à raison d'une heure par semaine, sur des sujets allant de la gestion de l'identité numérique à la lutte contre la désinformation, en passant par les démarches en ligne ou la création d'un site.

Laure de La Raudière demande d'enseigner les « humanités numériques » dès le collège
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société, spécialisée dans les réseaux télécoms, confirme son entrée en discussions exclusives avec Nokia, révélées avant-hier par Challenges.

« Il n’y a aucune certitude à ce stade sur le fait que ces discussions puissent aboutir sur un quelconque accord ou une quelconque opération » assure l'entreprise.

Le sujet est sensible à la fois pour Nokia (qui cherche un repreneur depuis des mois) et l'État français, qui a intérêt à garder cette infrastructure sous son joug.

Le 17 octobre, Ekinops a aussi publié ses résultats pour le 3e trimestre. La société a engrangé 21 millions d'euros de chiffre d'affaires sur le trimestre, et 63 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année. La progression est de 32 % (en pro forma) par rapport au troisième trimestre 2017, et de 16 % sur les neuf premiers mois. Elle vise 82 millions d'euros de revenus pour l'année, sans préciser son bénéfice.

Copié dans le presse-papier !

Hier, le fabricant organisait la sixième édition de son rendez-vous annuel Summit (lire notre dossier). François Sterin (directeur industriel) est monté sur scène pour donner quelques chiffres sur l'hébergeur.

Depuis la création de l'entreprise en 1999, OVH annonce avoir produit un million de serveurs. Pour rappel, il assemble lui-même ses composants, notamment à Croix dans les Hauts-de-France.

La société possède aujourd'hui 28 datacenters sur 12 sites pour un total de 356 000 serveurs. Elle dispose de 34 points de présence et d'une capacité réseau de 15 Tb/s.

Copié dans le presse-papier !

Le but est d'apporter « des éléments de réponse à de vastes questions, grâce aux regards croisés de scientifiques venus de différentes disciplines ». Les vidéos sont mises en ligne sur la chaîne ZdS (Zeste de Science) du centre national de la recherche scientifique.

Pour le premier épisode, il sera question des réseaux sociaux, « un sujet loin de s’arrêter aux plateformes développées dans la Silicon Valley… ».

Copié dans le presse-papier !

Les deux nouvelles machines ont été annoncées au début du mois, avec peu de changements, si ce n'est des processeurs Intel Core de 8ème génération. Fidèle à ses habitudes, iFixit a entièrement démonté les deux nouveaux ordinateurs… non sans mal.

En effet, ouvrir le Surface Laptop 2 nécessite toujours de le détruire en partie, empêchant toute réparation. Il obtient donc 0 sur 10, comme le premier Surface Laptop. De son côté, le Surface Pro 6 obtient 1 sur 10. C'est (un peu) mieux, mais toujours compliqué de procéder à la moindre réparation, car il faut d'abord enlever l'écran.

Copié dans le presse-papier !

Dans le compte-rendu des auditions de la Commission Copie privée du 5 septembre, un des représentants des consommateurs a su montrer du cœur à l’ouvrage. Alors qu’était ausculté le montant de la future redevance sur les smartphones, la Fédération française des Télécoms avait fait une contre-proposition au barème plus onéreux des ayants droit.

La FFT aurait préféré un abattement de 2 euros dès la deuxième tranche, avec un plafond fixé à 10 euros (contre 14 euros).

Patrice Bouillon, représentant de l’INDECOSA-CGT, au collège des consommateurs, a cependant trouvé « que la proposition des ayants droit est intéressante et que le niveau de la RCP n’est pas si élevé lorsqu’on le ramène au prix d’un smartphone ou d’une tablette ». Et celui-ci d’ajouter quelques instants plus tard « qu’il convient de trouver un équilibre afin que les acteurs de la création soient rémunérés de façon équitable ».

Dévoilés dans nos colonnes, les trois barèmes (smartphone, tablettes et PC tablettes, disques durs externes) furent adoptés ce jour-là. Ont voté pour, tout le collège des ayants droit, le président de la Commission copie privée, les industriels de l’AFNUM – qui avaient obtenu une ristourne sur les disques durs – et depuis le collège des consommateurs, le représentant de l’INDECOSA-CGT.