du 13 juillet 2018
Date

Choisir une autre édition

C'est dans un communiqué des plus succincts que le groupe annonce ces deux nouvelles. Ces ventes de son pôle e-santé s'inscrivent dans le cadre de son « redéploiement stratégique » et devraient rapporter 60 millions d'euros.

Le groupe Lagardère est ainsi entré en négociations exclusives avec TF1 afin de céder 100 % de Doctissimo. La finalisation de l'accord devrait avoir lieu avant le 30 septembre selon le groupe.

En parallèle, la plateforme de prise de rendez-vous en ligne MonDocteur tombe dans l'escarcelle de Doctolib, son concurrent direct. Dans un billet sur Medium, Stanislas Niox-Chateau (PDG et fondateur de Doctolib) explique les raisons de ce rachat et ses ambitions pour la suite.

En plus de proposer un service plus complet à un plus large panel de personnes, Doctolib à l'ambition de bâtir « un champion européen de l'e-santé ». Des détails sont promis pour la rentrée.

Lagardère en négociations exclusives pour vendre Doctissimo à TF1, MonDocteur racheté par Doctolib
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Le service de streaming payant de jeux vidéo de Sony ne permettait jusqu'à présent que de jouer en ligne. Désormais, aux États-Unis, il est possible de télécharger des titres sur sa console pour en profiter en local et en mode hors ligne.

L'éditeur affirme que « presque tous les jeux PS4 du service, y compris Bloodborne, God of War 3 Remastered, NBA 2K16 et Until Dawn, seront disponibles en téléchargement, en plus des titres PS2 classiques remasterisés pour PS4 ». Les titres PS3 resteront uniquement disponibles en streaming.

Comme avec n'importe quel service de streaming proposant un mode hors ligne (Spotify, Netflix, etc.) il faut se connecter de temps en temps pour que la console vérifie la validité de l'abonnement.

Une foire aux questions est disponible par ici. Il y est précisé que tous les DLC, microtransactions et autres modules achetés par les joueurs seront conservés. Par contre, rien n'est indiqué pour une ouverture du téléchargement à plus de pays, notamment en Europe.

Copié dans le presse-papier !

La dernière version de l’application Apple Music prend maintenant en charge Android Auto, pour ceux disposant d'une voiture équipée.

Un cas amusant, comme le fait remarquer The Verge, puisqu’Apple bat Google sur ce créneau, YouTube Music n’ayant pas encore ce support. À Mountain View, on a cependant déjà confirmé qu’une expérience spécifique était en préparation.

D’autres améliorations sont disponibles dans cette nouvelle version : vue artiste améliorée, prise en charge des cartes microSD, recherche d’un titre par ses paroles ainsi qu’une fonction « Mix entre amis », basée sur ce que les amis écoutent (si ces informations sont accessibles).

Pour profiter de ces nouveautés, il faut bien sûr se servir d’un service Apple sur un système Google. L’application traîne d'ailleurs une image mitigée, de nombreux commentaires évoquant des soucis de stabilité.

Copié dans le presse-papier !

Samsung n'est pas le seul à se lancer dans le smartphone pliable, Huawei compte bien être de la partie lui aussi.

Et comme il faut toujours en faire plus, Ken Hu (président de la société) affirme que son premier modèle pliable sera également son premier 5G. Il arrivera au milieu de l'année prochaine si tout va bien.

Copié dans le presse-papier !

Après le « contrôle technique » pour smartphones l'année dernière, le groupe passe la seconde et « investit dans la réparation express de smartphones ».

Il indique ainsi être « en négociations exclusives et avancées, en vue d’une prise de participation majoritaire dans WeFix », qui dispose notamment d'un réseau de 59 boutiques en France et en Belgique pour la vente et la réparation sur place.

Le but étant ensuite de développer son réseau de points de vente (il veut le doubler en deux ans) ainsi que des « corners » dans des enseignes Fnac et Darty.

L'opération devrait être finalisée dans les prochaines semaines, mais le montant de la transaction n'est pas encore connu.

Copié dans le presse-papier !

L'un des problèmes du lancement des GeForce RTX est que deux de leurs nouvelles fonctionnalités principales sont encore impossibles à analyser, ou presque.

NVIDIA a donc mis à disposition des testeurs des outils maison pour leur permettre d'expérimenter le ray tracing sous Windows 10 ou encore le nouveau mode d'anti-aliasing soutenu par les Tensor Cores : DLSS.

Le système permet d'exploiter DirectX Raytracing dans sa version actuelle via le mode développeur. Il faudra attendre la version October 2018 pour que cette fonctionnalité soit accessible à tous. Les éditeurs de jeux devront alors publier leurs mises à jour.

Autre acteur largement surveillé : UL. La société derrière 3DMark a en effet annoncé l'arrivée d'une scène exploitant le ray tracing il y a quelques mois. Contactée ces derniers jours, elle nous a fourni un premier outil.

Elle vient également de publier un communiqué de presse détaillant ses plans et confirmant l'arrivée de ce test (qui exploite un rendu hybride) pour le quatrième trimestre. Bref, comme pour tout ce qui est lié au ray tracing en temps réel, il faut attendre.

Notez l'arrivée le mois prochain d'une nouvelle scène DirectX 12 : Night Raid. Elle permettra de tester les machines avec partie graphique intégrée et autres appareils mobiles.

Ce test sera également exploitable sur Windows 10 on ARM et permettra donc de comparer les différents PC « Always connected ».